Formation professionnelle dans la recherche et la pratique
Éditeur SGAB Logo
Évaluation du programme « KV4.0 » du centre de formation professionnelle et de formation continue (BZWU) Wil-Uzwil

« C’est votre année KV4.0. C’est à vous de l’organiser ! »

Dietrich Wagner, Urs Thoma & Pascal Kopp

Des apprentis et apprenties en commerce de toute la Suisse ont la possibilité d’interrompre leur apprentissage pendant un an pour effectuer un séjour à l’étranger, acquérir une expérience dans un autre domaine professionnel ou réaliser un projet pratique. C’est possible grâce au modèle de formation KV4.0 soutenu par l’association du même nom. Testée pour la première fois au cours de l’année scolaire 2020/2021, cette offre est encore peu utilisée. Une évaluation montre aujourd’hui les potentiels qu’elle présente. Ils se situent surtout dans le domaine des compétences transversales.

Rapport de l'Observatoire suisse de la formation professionnelle OBS HEFP

Perméabilité entre le gymnase et la formation professionnelle initiale 

En moyenne suisse, environ 8% des personnes qui entrent au gymnase se réorientent vers une autre filière de formation avant d’obtenir leur diplôme – près de 5% vers la formation professionnelle. Les cantons présentant un taux de maturité élevé ont tendance à enregistrer davantage de réorientations vers la formation professionnelle initiale. Les personnes titulaires d’une maturité gymnasiale entrent relativement rarement dans la formation professionnelle initiale (< 1 %). Ce sont les résultats d’un nouveau rapport « Zoom sur les tendances » de la HEFP (Belinda Aeschlimann et Jürg Schweri). Le rapport recommande de renforcer la perméabilité horizontale. Il conviendrait d’examiner où et comment une prise en compte standardisée des acquis du gymnase dans une formation professionnelle initiale serait judicieuse.

Lire la suite

Étude de la Leading House GOVPET

Quelle est la valeur des diplômes alternatifs sur le marché du travail ?

Annatina Aerne & Giuliano Bonoli

Dans un contexte généralisé de pénurie de main d’œuvre qualifiée, la thématique de la validation des acquis de l’expérience de même que des procédures alternatives de reconnaissance des compétences connaissent un regain d’intérêt. Dans le cadre du Leading House GOVPET, nous avons pu étudier la perception que les employeurs ont de ces qualifications alternatives dans le domaine de l’accueil de jour des enfants. Nos résultats montrent que, globalement, les qualifications alternatives jouissent d’une bonne image auprès des employeurs, mais elles restent légèrement moins appréciées que les diplômes standard.

Intervention dans le cadre de la journée des partenaires 2024

Les adultes sans diplôme professionnel, un public cible de la formation visant l’emploi

Katrin Kraus

En Suisse, environ 12% de la population active entre 25 et 65 ans ne dispose d’aucun diplôme au-delà de la scolarité obligatoire. Ces personnes pourraient, entre autres, être prises en compte comme groupe cible dans le cadre de la formation de main-d’œuvre spécialisée pour le marché du travail. Or les offres de formation qui permettent aux adultes d’obtenir un diplôme professionnel doivent être adaptées à leur public cible. En effet, les adultes se trouvent dans des situations de vie très spécifiques et posent des conditions préalables qui, souvent, ne peuvent pas être satisfaites par les offres régulières standardisées. Qu’est-ce qu’une offre adaptée au groupe cible, et quels sont les besoins des élèves adultes ?

Une étude a examiné l'effet de "Grit"

Avec persévérance et passion vers l’apprentissage

Il y a une vingtaine d’années, la psychologue américaine Angela Duckworth a inventé le terme « Grit », qui réunit les traits de personnalité que sont la persévérance et la passion. Ces caractéristiques sont des prédicteurs importants de la réussite dans la formation et sur le marché du travail, comme le montre une étude de Stefan C. Wolter (Université de Berne), Janine Albiez (CSRE) et Maurizio Strazzeri (Haute école spécialisée de Berne). Ainsi, les jeunes (N=2500) qui ont opté pour une formation professionnelle initiale présentent un grit significativement plus élevé que leurs pairs qui ont choisi la voie de l’enseignement général. Toutefois, quel que soit le type de formation, les jeunes ayant un Grit plus élevé choisissent des professions exigeant davantage de mathématiques ou se spécialisent dans les mathématiques et la physique au cours de leur parcours académique.

Lire la suite (anglais)

Expérience de sondage de l'Université de Berne

Les parents font-ils obstacle à un choix professionnel neutre du point de vue du genre ?

Les parents ont une grande influence sur le choix professionnel de leurs enfants. Dans le cadre d’une expérience de sondage randomisée avec des adultes (N=5940), il s’est avéré qu’ils sont neutres quant au sexe lorsqu’ils conseillent une fille, mais qu’ils ont une préférence marquée pour les professions à dominante masculine lorsqu’ils conseillent des fils. Les préférences sont presque identiques pour les parents et les non-parents et pour toutes les cohortes d’âge d’adultes. Le projet a été mené par Stefan C. Wolter (CSRE) et Thea Zöllner (Université de Berne).

Lire la suite (anglais)

Workshop de la HEFP pour discuter des défis de la formation professionnelle

« Osons le rêve »: Scénarios utopiques pour la formation professionnelle du futur

Thomas Ruoss & Lorenzo Bonoli

Une année d’apprentissage scolaire de base pour tous pourrait-elle renforcer la formation professionnelle ? Les écoles de culture générale font-elles partie du système de formation professionnelle ? L’orientation vers les compétences opérationnelles a-t-elle affaibli le rôle de l’école professionnelle ? De telles questions étaient au cœur du workshop d’hiver sur la formation professionnelle de la HEFP du 2 février 2024, au cours duquel une cinquantaine de chercheurs et d’acteurs de la formation professionnelle ont discuté d’utopies pour le développement du système suisse de formation professionnelle.

Premier événement de la série thématique dédiée à la formation professionnelle à la haute école pédagogique de Zurich

Orientation vers les compétences opérationnelles dans la formation professionnelle : l’expérience de trois professions

René Schneebeli

L’orientation vers les compétences opérationnelles est la caractéristique constitutive de la formation professionnelle initiale. Ancré dans la loi fédérale sur la formation professionnelle depuis 2002, ce paradigme reste néanmoins très problématique pour les écoles professionnelles. Les répercussions sur la conception didactique de l’enseignement, sur l’organisation des examens ou sur la formation continue du personnel enseignant sont importantes. La haute école pédagogique de Zurich aborde ce thème dans le cadre de sa série thématique dédiée à la formation professionnelle, qui comprend quatre volets. La première manifestation a mis l’accent sur des comptes-rendus issus de la pratique : Le premier constat qui en ressort : la mise en œuvre n’est pas toujours concluante. Nombreuses sont les écoles qui veulent trop en faire à la fois.

L'OCDE pose les bases d'une mesure des performances de la formation professionnelle

PISA-VET sans la Suisse

L’OCDE veut également soumettre la formation professionnelle à une étude de performance. Celle-ci doit mesurer les capacités des apprenants dans cinq domaines professionnels peu avant la fin de leur formation professionnelle. Dans le rapport « PISA Vocational Education and Training (VET). Assessment and analytical framework », elle en a maintenant posé les bases théoriques, en partie avec le soutien de la Suisse (Jürg Schweri, Tanja Käser, Sabina DeCurtins). L’évaluation porte également sur une série d’aptitudes à l’emploi telles que les compétences sociales et émotionnelles ou la lecture et l’écriture. Treize pays collaborent à PISA-VET ; la Suisse n’y participe pas.

Lire la suite (rapport en anglais)

Projet de recherche de la PH FHNW

L’offre de places d’apprentissage influence fortement le choix professionnel

Les stages d’initiation ou les stages professionnels – en complément du concept individuel de capacité – conduisent le plus souvent à une poursuite dans la profession concernée lorsque l’offre de places d’apprentissage est importante. C’est ce que montrent les résultats du projet WiSel de Jan Hofmann et Markus P. Neuenschwander (tous deux de la PH FHNW). En revanche, l’hypothèse selon laquelle une grande compatibilité personne/profession entre les intérêts professionnels des jeunes et les exigences professionnelles d’un métier essayé conduit à la poursuite de ce dernier n’est pas pertinente. La seule exception est le niveau d’exigence de la profession essayée, qui a un effet plutôt dissuasif sur les jeunes femmes. L’étude s’est basée sur un échantillon longitudinal de 128 jeunes femmes et 202 jeunes hommes.

Lire la suite (en allemand)

Plaidoyer pour une meilleure collaboration entre les trois lieux de formation

Pour plus de collaboration dans la formation professionnelle

Ben Hüter

L’un des problèmes du système de formation professionnelle suisse repose dans le manque de collaboration entre les trois lieux de formation. La Conférence suisse des directrices et directeurs d’écoles professionnelles (CSD) a traité ce sujet lors de sa séance d’automne et formulé huit thèses à ce propos. Elle considère que les écoles et leur corps enseignant ont le devoir d’endosser un rôle pilote dans l’amélioration de la collaboration entre les trois lieux de formation. Pour cela, il s’agirait tout d’abord de mettre au point, dans les trois lieux de formation, une conception pédagogique et didactique commune. De plus, il faudrait renforcer l’importance des compétences transversales par rapport aux contenus spécialisés.

Le préapprentissage d’intégration (PAI) pour personnes migrantes et réfugiées

Une passerelle solide vers la formation professionnelle

Barabara E. Stalder & Marie-Theres Schönbächler

Le préapprentissage d’intégration (PAI) est une réussite. Plus de 80% des personnes participantes l’ont clôturé avec succès. Après la fin de leur préapprentissage, environ 70% ont entamé une formation professionnelle initiale de deux ou trois ans (AFP ou CFC). C’est ce que montre la toute dernière évaluation du programme par la PHBern. On y trouve également des résultats d’ordre qualitatif : ainsi, le personnel de formation perçoit les personnes participantes comme étant majoritairement très engagées. Et le niveau linguistique visé est atteint par environ trois quarts des personnes participantes à l’oral, et environ 90% à l’écrit. Au cours des cinq premières années du programme, plus de 4000 personnes ont participé à un PAI. Dès l’été 2024, ce programme fédéral sera perpétué comme une offre régulière dans les cantons participants.

Contribution à un livre sur la formation des enseignants dans les écoles professionnelles

Les enseignants : « virtuoses de l’adaptation »

Ils s’adaptent à des circonstances incertaines et changeantes et en tirent le meilleur parti, ce sont des « virtuoses de l’adaptation ». Philipp Gonon et Lena Freidorfer (Université de Zurich) citent ce terme dans leur contribution à un ouvrage consacré à la formation des enseignants dans les écoles professionnelles en Suisse. La contribution comprend un regard sur l’histoire de la formation des enseignants de la formation professionnelle, les exigences actuelles envers la profession et les perspectives de développement. Selon les auteurs, une (nouvelle) professionnalisation devrait être axée sur l’acquisition de compétences spécifiques (compétences transversales telles que la pensée critique et la résolution de problèmes).

L’article est paru dans la publication wbv « Partnership-Based Governance and Standardization of Vocational Teacher Education in Ukraine ».

Lire la suite (open access, en anglais)

Thèse de doctorat

TDAH à l’adolescence : comment les personnes concernées se sentent-elles et qu’est-ce qui les renforce ?

L’adolescence et le jeune âge adulte constituent une phase vulnérable pour les personnes concernées par les symptômes du TDAH. Des offres de prévention et de soutien sont nécessaires – également dans la formation professionnelle. C’est ce que montre la thèse d’Annette Krauss (Haute école intercantonale de pédagogie curative, HfH) sur la base d’une enquête menée auprès de 907 personnes concernées en Suisse alémanique. L’étude montre que, sur le plan thérapeutique, il convient de se pencher en particulier sur l’image négative que les personnes atteintes de TDAH ont d’elles-mêmes. De même, le soutien émotionnel d’une personne de référence proche ainsi que des camarades de classe est important pour le bien-être émotionnel des personnes concernées. D’autres mesures liées à l’environnement concernent, outre le foyer parental, les conditions à l’école et dans l’entreprise.

Lire la suite (en allemand)

Etude de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Les petites entreprises ne peuvent pas toujours couvrir les besoins en formation continue

90% des entreprises de moins de 50 collaborateurs estiment que la formation continue est importante pour leur succès. Près des trois quarts des collaborateurs sont motivés pour se former. Mais plus de la moitié d’entre eux ne participent que rarement à des formations continues. Telles sont les constatations de l’étude de la FSEA « Importance et mise en œuvre de la formation continue dans les PME ». Un tiers des entreprises ne parvient pas à exploiter le potentiel de formation continue, soit parce que les ressources financières ou temporelles font défaut, soit parce qu’il n’existe pas d’offres adéquates. Près de la moitié des entreprises interrogées estiment en outre qu’il est difficile d’évaluer leurs futurs besoins en compétences. L’étude se base sur un sondage quantitatif auprès de 386 entreprises et sur dix entretiens qualitatifs avec des responsables.

Lire la suite

Sur mandat de la Conférence suisse de l’orientation professionnelle, universitaire et de carrière (CS OPUC)

Définition des compétences de gestion de carrière

Celui qui peut organiser son choix professionnel et sa carrière de manière active et autodéterminée dispose de bonnes « compétences en matière de gestion de carrière » (CGC). Après qu’une équipe d’auteurs ait déjà approfondi les détails à ce sujet dans un article paru dans Transfer, il existe désormais une « Définition des compétences de gestion de carrière pour les différents niveaux de formation et phases de carrière ». Les auteurs sont Andreas Hirschi (Université de Berne), Koorosh Massoudi (Université de Lausanne) ainsi que Francisco Wilhelm, Sarah Mullen et Julian Marciniak (Université de Berne). Outre un modèle des CGC (partie 1), le rapport contient également une analyse des programmes d’études et promotion des CGC ainsi qu’un inventaire des approches existantes et recommandations pour la promotion des CGC.

Lire le rapport

La formation professionnelle suisse sous la loupe

Bilan après 20 ans de loi sur la formation professionnelle

Peter Marbet

En 2004, la nouvelle loi sur la formation professionnelle (LFPr) a été introduite en Suisse. Cette nouvelle base légale a permis de rendre la formation professionnelle apte à répondre aux exigences du 21e siècle. Mais il y a aussi des défis à relever. En voici trois exemples : le taux de jeunes immigrés titulaires d’un diplôme post-obligatoire est encore trop bas. Il faut également discuter de la manière de promouvoir le diplôme professionnel pour les adultes. Enfin, le financement est un sujet de préoccupation : compte tenu du fait que la Confédération définit les principaux piliers de la formation professionnelle, cette part est trop faible. Selon le principe de l’équivalence fiscale, la part de la Confédération devrait être plus élevée.

Tour de Suisse (TdS) Blended Learning

Mises en application de l’apprentissage mixte dans les écoles professionnelles

Rolf Häner

L’an passé, dix écoles professionnelles ont montré comment elles combinaient l’apprentissage en ligne et les cours en présentiel. Comment fonctionne l’apprentissage mixte au quotidien ? Ces dix écoles ont formé les étapes d’un Tour de Suisse au cours duquel les participant·es obtenaient des réponses concrètes à cette question. Le rapport final de la HEFP est à présent disponible. Une constatation est tout particulièrement intéressante : grâce à l’apprentissage mixte, on observe une accélération dans la conception et la mise en place, au sein des écoles, de cursus de formation à de nouvelles professions. Cette observation souligne bien l’importance croissante de la représentation des écoles professionnelles dans le processus de développement des métiers.

La reconnaissance des acquis comme clé pour le développement professionnel et pour la lutte contre la pénurie de main-d’œuvre qualifiée

Une voie alternative riche en potentiel

Ursula Renold, Thomas Bolli, Lena Dändliker & Ladina Rageth

En Suisse, environ 370’000 personnes actives n’ont pas de qualification postobligatoire – un groupe important qui pourrait se faire confirmer les compétences acquises par le biais d’une procédure de reconnaissance. Mais en fait, environ 5’600 personnes par an seulement acquièrent une certification de formation professionnelle initiale au moyen d’une procédure de reconnaissance des acquis. La présente étude de la chaire de systèmes de formation de l’ETH Zurich montre comment se situe ce taux dans la comparaison internationale. Et elle fait ressortir que la plupart de ces procédures servent à des fins de dispense, tandis que les certifications partielles / complètes sont peu répandues. Les raisons à cela s’expliquent au vu de divers obstacles tels que le manque d’informations, la complexité des procédures, des obstacles financiers et des problèmes de coordination parmi les partenaires en jeu.

L'évaluation confirme les effets positifs sur la personnalité

viamia implémenté avec succès dans toute la Suisse

Le service gratuit de bilan professionnel et de conseil viamia a été mis en place avec succès dans tous les cantons suisses. La satisfaction des participant-e-s est très élevée. De plus, des effets positifs sur le développement personnel et la situation professionnelle peuvent être constatés. C’est ce que montre l’évaluation de viamia, commandée par le SBFI. L’évaluation se montre réservée sur la question de la concurrence des offres privées par viamia ; après tout, l’intersection entre viamia et les offres privées est plutôt « gérable ».

Étude de l'Université d'Exeter

Combien de langues étrangères les jeunes expérimentent-ils dans le cadre de leur apprentissage ?

62% des apprentis entendent ou parlent deux langues ou plus sur leur lieu de travail. C’est le constat d’une étude basée sur une enquête menée auprès de 674 apprentis dans onze professions en Suisse orientale et au Liechtenstein ; les auteures sont Esther Styger (enseignante d’anglais au centre de formation professionnelle et continue de Buchs Sargans) et Gabriela Meyer (Université d’Exeter). L’accès à des expériences multilingues dépend de la catégorie professionnelle. Ainsi, les charpentiers sont plutôt organisés en une seule langue (allemand, dialecte), alors que dans les grandes entreprises industrielles, les connaissances en anglais sont importantes. L’étude fait quatre recommandations, dont l’élargissement des offres d’apprentissage et le développement des séjours linguistiques, des possibilités de mobilité et d’échange.

L’étude se trouve sur le site web du projet (allemand et anglais).