Formation professionnelle dans la recherche et la pratique
Éditeur SGAB Logo

Archives

Désolé, aucun des articles ne correspond à vos critères.
Nouvelle étude d'Avenir Suisse

Choix professionnels en tout genre

Le choix professionnel se fait encore selon des modèles de rôles, comme le souligne Avenir Suisse dans sa publication « Choix professionnels en tout genre ». On assiste cependant depuis peu à un rééquilibrage : 25 % des femmes (ou des hommes) devraient aujourd’hui changer de catégorie professionnelle pour que la répartition soit totalement neutre […]

Résultats de l’analyse TREE (Transitions de l’École à l’Emploi)

Comment le genre influence le choix du métier et la carrière

Sandra Hupka-Brunner & Thomas Meyer

En Suisse, le choix du métier ainsi que la carrière sont toujours très étroitement liés au genre. Le genre influence non seulement le choix du métier, mais aussi la perception que les jeunes adultes ont d’eux-mêmes, le rôle familial anticipé ou le niveau de salaire. Seulement environ un ou une jeune sur quatre choisit un métier dans lequel les hommes et les femmes sont représentés à peu près à parts égales. De nombreuses études basées sur les données de l’étude TREE attirent l’attention sur de tels liens. Les résultats soulignent l’urgence qu’il y a à supprimer la notion de genre dans les parcours éducatifs et professionnels, comme le montrent l’auteure et l’auteur de cette synthèse.

Projet « vETskillinG » au centre de formation professionnelle et continue (GBS) de Saint-Gall

Apprendre au-delà des frontières pour favoriser la transition énergétique

Mike Gadient

Le centre de formation professionnelle et continue GBS (Gewerbliches Berufs- und Weiterbildungszentrum) à Saint-Gall a formé une collaboration avec quatre écoles en Europe et élabore un programme d’apprentissage commun pour développer les compétences des personnes qui apprennent des métiers techniques. Soutenu par le programme Erasmus+, le projet « vETskillinG » entend répondre à la demande croissante en spécialistes techniques qui ne possèdent pas seulement des connaissances techniques, mais qui peuvent aussi communiquer efficacement et travailler dans des équipes pluridisciplinaires. Jürg Pfeiffer est responsable de ce projet au sein du centre de formation professionnelle et continue GBS à Saint-Gall. Dans un entretien, il décrit les attentes placées dans les échanges internationaux et les effets de tels échanges sur l’enseignement.

Cadre national des certifications pour les diplômes de la formation professionnelle

CNC en Suisse : peut-être plus efficace qu’on ne le pense ?

Markus Maurer

Le cadre national des certifications (CNC) pour les diplômes de la formation professionnelle existe depuis bientôt dix ans en Suisse. Jusqu’à présent, très peu d’études ont été réalisées pour mesurer son efficacité, par exemple son importance sur le marché du travail. Des travaux individuels ou des évaluations effectuées par des organisations du monde du travail permettent cependant de conclure que son efficacité est pratiquement nulle. Cet article montre que le cadre des certifications est toutefois plus efficace qu’on ne pourrait le croire à première vue. En effet, il pourrait avoir contribué à la réalisation de certains objectifs que la Confédération et les autres partenaires de la formation professionnelle souhaitaient atteindre à l’aide du CNC.

Évaluation du programme « KV4.0 » du centre de formation professionnelle et de formation continue (BZWU) Wil-Uzwil

« C’est votre année KV4.0. C’est à vous de l’organiser ! »

Dietrich Wagner, Urs Thoma & Pascal Kopp

Des apprentis et apprenties en commerce de toute la Suisse ont la possibilité d’interrompre leur apprentissage pendant un an pour effectuer un séjour à l’étranger, acquérir une expérience dans un autre domaine professionnel ou réaliser un projet pratique. C’est possible grâce au modèle de formation KV4.0 soutenu par l’association du même nom. Testée pour la première fois au cours de l’année scolaire 2020/2021, cette offre est encore peu utilisée. Une évaluation montre aujourd’hui les potentiels qu’elle présente. Ils se situent surtout dans le domaine des compétences transversales.

Programme de formation modulaire chez Helvetia

Une conception sur mesure plutôt que standardisée

Michèle Schaub

Dans un monde du travail en constante mutation, il est essentiel de comprendre les besoins et les attentes des jeunes talents afin de les fidéliser à l’entreprise. Helvetia Assurances Suisse poursuit cette approche et a développé un programme de formation modulaire qui met la priorité sur les centres d’intérêts et la personnalité des personnes apprenantes. En plus des modules obligatoires, elles ont la possibilité de suivre des cours ou d’effectuer des missions de leur choix. Les personnes qui le souhaitent peuvent interrompre la formation pendant un an et partir travailler à l’étranger.

Evaluation econcept de la campagne 2022-2024

Recommandation : plus de campagne « FormationProfessionnellePlus »

Le SEFRI doit renoncer à une nouvelle campagne « FormationProfessionnellePlus ». L’effet recherché auprès des groupes cibles ainsi que la mobilisation des partenaires de la formation professionnelle et des parties prenantes n’ont pas été suffisants, malgré les ressources importantes engagées. Parallèlement, les partenaires de la formation professionnelle et les autres parties prenantes communiquent déjà à […]

Étude de la Swiss Leading House VPET-ECON

L’importance de l’apprentissage tout au long de la vie varie selon les professions

Dans les professions plus dures, où la proportion de qualifications dures (« hard skills ») se détériorant rapidement est élevée, l’apprentissage tout au long de la vie sert avant tout à se prémunir contre le risque de chômage et non à augmenter les salaires. En revanche, dans les professions plus douces, où les travailleurs s’appuient […]

Rapport de projet dans le cadre de l'initiative « Formation professionnelle 2030 »

Les sourds et les malentendants et leur accès à la formation professionnelle

Dans le cadre de l’initiative « Formation professionnelle 2030 », le SEFRI a rédigé un rapport sur la situation des sourds et des malentendants dans la formation professionnelle. Il offre une vue d’ensemble des différentes offres et possibilités de soutien, désigne les compétences et met en évidence les problématiques. Sur cette base, des mesures ont […]

Rapport de l'Observatoire suisse de la formation professionnelle OBS HEFP

Perméabilité entre le gymnase et la formation professionnelle initiale 

En moyenne suisse, environ 8% des personnes qui entrent au gymnase se réorientent vers une autre filière de formation avant d’obtenir leur diplôme – près de 5% vers la formation professionnelle. Les cantons présentant un taux de maturité élevé ont tendance à enregistrer davantage de réorientations vers la formation professionnelle initiale. Les personnes titulaires d’une […]

Étude de la Leading House GOVPET

Quelle est la valeur des diplômes alternatifs sur le marché du travail ?

Annatina Aerne & Giuliano Bonoli

Dans un contexte généralisé de pénurie de main d’œuvre qualifiée, la thématique de la validation des acquis de l’expérience de même que des procédures alternatives de reconnaissance des compétences connaissent un regain d’intérêt. Dans le cadre du Leading House GOVPET, nous avons pu étudier la perception que les employeurs ont de ces qualifications alternatives dans le domaine de l’accueil de jour des enfants. Nos résultats montrent que, globalement, les qualifications alternatives jouissent d’une bonne image auprès des employeurs, mais elles restent légèrement moins appréciées que les diplômes standard.

Intervention dans le cadre de la journée des partenaires 2024

Les adultes sans diplôme professionnel, un public cible de la formation visant l’emploi

Katrin Kraus

En Suisse, environ 12% de la population active entre 25 et 65 ans ne dispose d’aucun diplôme au-delà de la scolarité obligatoire. Ces personnes pourraient, entre autres, être prises en compte comme groupe cible dans le cadre de la formation de main-d’œuvre spécialisée pour le marché du travail. Or les offres de formation qui permettent aux adultes d’obtenir un diplôme professionnel doivent être adaptées à leur public cible. En effet, les adultes se trouvent dans des situations de vie très spécifiques et posent des conditions préalables qui, souvent, ne peuvent pas être satisfaites par les offres régulières standardisées. Qu’est-ce qu’une offre adaptée au groupe cible, et quels sont les besoins des élèves adultes ?

Une étude a examiné l'effet de "Grit"

Avec persévérance et passion vers l’apprentissage

Il y a une vingtaine d’années, la psychologue américaine Angela Duckworth a inventé le terme « Grit », qui réunit les traits de personnalité que sont la persévérance et la passion. Ces caractéristiques sont des prédicteurs importants de la réussite dans la formation et sur le marché du travail, comme le montre une étude de Stefan C. […]

Expérience de sondage de l'Université de Berne

Les parents font-ils obstacle à un choix professionnel neutre du point de vue du genre ?

Les parents ont une grande influence sur le choix professionnel de leurs enfants. Dans le cadre d’une expérience de sondage randomisée avec des adultes (N=5940), il s’est avéré qu’ils sont neutres quant au sexe lorsqu’ils conseillent une fille, mais qu’ils ont une préférence marquée pour les professions à dominante masculine lorsqu’ils conseillent des fils. Les […]

Workshop de la HEFP pour discuter des défis de la formation professionnelle

« Osons le rêve »: Scénarios utopiques pour la formation professionnelle du futur

Thomas Ruoss & Lorenzo Bonoli

Une année d’apprentissage scolaire de base pour tous pourrait-elle renforcer la formation professionnelle ? Les écoles de culture générale font-elles partie du système de formation professionnelle ? L’orientation vers les compétences opérationnelles a-t-elle affaibli le rôle de l’école professionnelle ? De telles questions étaient au cœur du workshop d’hiver sur la formation professionnelle de la HEFP du 2 février 2024, au cours duquel une cinquantaine de chercheurs et d’acteurs de la formation professionnelle ont discuté d’utopies pour le développement du système suisse de formation professionnelle.

Premier événement de la série thématique dédiée à la formation professionnelle à la haute école pédagogique de Zurich

Orientation vers les compétences opérationnelles dans la formation professionnelle : l’expérience de trois professions

René Schneebeli

L’orientation vers les compétences opérationnelles est la caractéristique constitutive de la formation professionnelle initiale. Ancré dans la loi fédérale sur la formation professionnelle depuis 2002, ce paradigme reste néanmoins très problématique pour les écoles professionnelles. Les répercussions sur la conception didactique de l’enseignement, sur l’organisation des examens ou sur la formation continue du personnel enseignant sont importantes. La haute école pédagogique de Zurich aborde ce thème dans le cadre de sa série thématique dédiée à la formation professionnelle, qui comprend quatre volets. La première manifestation a mis l’accent sur des comptes-rendus issus de la pratique : Le premier constat qui en ressort : la mise en œuvre n’est pas toujours concluante. Nombreuses sont les écoles qui veulent trop en faire à la fois.

L'OCDE pose les bases d'une mesure des performances de la formation professionnelle

PISA-VET sans la Suisse

L’OCDE veut également soumettre la formation professionnelle à une étude de performance. Celle-ci doit mesurer les capacités des apprenants dans cinq domaines professionnels peu avant la fin de leur formation professionnelle. Dans le rapport « PISA Vocational Education and Training (VET). Assessment and analytical framework », elle en a maintenant posé les bases théoriques, en partie avec […]

Projet de recherche de la PH FHNW

L’offre de places d’apprentissage influence fortement le choix professionnel

Les stages d’initiation ou les stages professionnels – en complément du concept individuel de capacité – conduisent le plus souvent à une poursuite dans la profession concernée lorsque l’offre de places d’apprentissage est importante. C’est ce que montrent les résultats du projet WiSel de Jan Hofmann et Markus P. Neuenschwander (tous deux de la PH […]

Plaidoyer pour une meilleure collaboration entre les trois lieux de formation

Pour plus de collaboration dans la formation professionnelle

Ben Hüter

L’un des problèmes du système de formation professionnelle suisse repose dans le manque de collaboration entre les trois lieux de formation. La Conférence suisse des directrices et directeurs d’écoles professionnelles (CSD) a traité ce sujet lors de sa séance d’automne et formulé huit thèses à ce propos. Elle considère que les écoles et leur corps enseignant ont le devoir d’endosser un rôle pilote dans l’amélioration de la collaboration entre les trois lieux de formation. Pour cela, il s’agirait tout d’abord de mettre au point, dans les trois lieux de formation, une conception pédagogique et didactique commune. De plus, il faudrait renforcer l’importance des compétences transversales par rapport aux contenus spécialisés.

Le préapprentissage d’intégration (PAI) pour personnes migrantes et réfugiées

Une passerelle solide vers la formation professionnelle

Barabara E. Stalder & Marie-Theres Schönbächler

Le préapprentissage d’intégration (PAI) est une réussite. Plus de 80% des personnes participantes l’ont clôturé avec succès. Après la fin de leur préapprentissage, environ 70% ont entamé une formation professionnelle initiale de deux ou trois ans (AFP ou CFC). C’est ce que montre la toute dernière évaluation du programme par la PHBern. On y trouve également des résultats d’ordre qualitatif : ainsi, le personnel de formation perçoit les personnes participantes comme étant majoritairement très engagées. Et le niveau linguistique visé est atteint par environ trois quarts des personnes participantes à l’oral, et environ 90% à l’écrit. Au cours des cinq premières années du programme, plus de 4000 personnes ont participé à un PAI. Dès l’été 2024, ce programme fédéral sera perpétué comme une offre régulière dans les cantons participants.

Contribution à un livre sur la formation des enseignants dans les écoles professionnelles

Les enseignants : « virtuoses de l’adaptation »

Ils s’adaptent à des circonstances incertaines et changeantes et en tirent le meilleur parti, ce sont des « virtuoses de l’adaptation ». Philipp Gonon et Lena Freidorfer (Université de Zurich) citent ce terme dans leur contribution à un ouvrage consacré à la formation des enseignants dans les écoles professionnelles en Suisse. La contribution comprend un regard sur […]

Thèse de doctorat

TDAH à l’adolescence : comment les personnes concernées se sentent-elles et qu’est-ce qui les renforce ?

L’adolescence et le jeune âge adulte constituent une phase vulnérable pour les personnes concernées par les symptômes du TDAH. Des offres de prévention et de soutien sont nécessaires – également dans la formation professionnelle. C’est ce que montre la thèse d’Annette Krauss (Haute école intercantonale de pédagogie curative, HfH) sur la base d’une enquête menée […]

Etude de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Les petites entreprises ne peuvent pas toujours couvrir les besoins en formation continue

90% des entreprises de moins de 50 collaborateurs estiment que la formation continue est importante pour leur succès. Près des trois quarts des collaborateurs sont motivés pour se former. Mais plus de la moitié d’entre eux ne participent que rarement à des formations continues. Telles sont les constatations de l’étude de la FSEA « Importance et […]

Sur mandat de la Conférence suisse de l’orientation professionnelle, universitaire et de carrière (CS OPUC)

Définition des compétences de gestion de carrière

Celui qui peut organiser son choix professionnel et sa carrière de manière active et autodéterminée dispose de bonnes « compétences en matière de gestion de carrière » (CGC). Après qu’une équipe d’auteurs ait déjà approfondi les détails à ce sujet dans un article paru dans Transfer, il existe désormais une « Définition des compétences de gestion de carrière […]

La formation professionnelle suisse sous la loupe

Bilan après 20 ans de loi sur la formation professionnelle

Peter Marbet

En 2004, la nouvelle loi sur la formation professionnelle (LFPr) a été introduite en Suisse. Cette nouvelle base légale a permis de rendre la formation professionnelle apte à répondre aux exigences du 21e siècle. Mais il y a aussi des défis à relever. En voici trois exemples : le taux de jeunes immigrés titulaires d’un diplôme post-obligatoire est encore trop bas. Il faut également discuter de la manière de promouvoir le diplôme professionnel pour les adultes. Enfin, le financement est un sujet de préoccupation : compte tenu du fait que la Confédération définit les principaux piliers de la formation professionnelle, cette part est trop faible. Selon le principe de l’équivalence fiscale, la part de la Confédération devrait être plus élevée.

Tour de Suisse (TdS) Blended Learning

Mises en application de l’apprentissage mixte dans les écoles professionnelles

Rolf Häner

L’an passé, dix écoles professionnelles ont montré comment elles combinaient l’apprentissage en ligne et les cours en présentiel. Comment fonctionne l’apprentissage mixte au quotidien ? Ces dix écoles ont formé les étapes d’un Tour de Suisse au cours duquel les participant·es obtenaient des réponses concrètes à cette question. Le rapport final de la HEFP est à présent disponible. Une constatation est tout particulièrement intéressante : grâce à l’apprentissage mixte, on observe une accélération dans la conception et la mise en place, au sein des écoles, de cursus de formation à de nouvelles professions. Cette observation souligne bien l’importance croissante de la représentation des écoles professionnelles dans le processus de développement des métiers.

La reconnaissance des acquis comme clé pour le développement professionnel et pour la lutte contre la pénurie de main-d’œuvre qualifiée

Une voie alternative riche en potentiel

Ursula Renold, Thomas Bolli, Lena Dändliker & Ladina Rageth

En Suisse, environ 370’000 personnes actives n’ont pas de qualification postobligatoire – un groupe important qui pourrait se faire confirmer les compétences acquises par le biais d’une procédure de reconnaissance. Mais en fait, environ 5’600 personnes par an seulement acquièrent une certification de formation professionnelle initiale au moyen d’une procédure de reconnaissance des acquis. La présente étude de la chaire de systèmes de formation de l’ETH Zurich montre comment se situe ce taux dans la comparaison internationale. Et elle fait ressortir que la plupart de ces procédures servent à des fins de dispense, tandis que les certifications partielles / complètes sont peu répandues. Les raisons à cela s’expliquent au vu de divers obstacles tels que le manque d’informations, la complexité des procédures, des obstacles financiers et des problèmes de coordination parmi les partenaires en jeu.

L'évaluation confirme les effets positifs sur la personnalité

viamia implémenté avec succès dans toute la Suisse

Le service gratuit de bilan professionnel et de conseil viamia a été mis en place avec succès dans tous les cantons suisses. La satisfaction des participant-e-s est très élevée. De plus, des effets positifs sur le développement personnel et la situation professionnelle peuvent être constatés. C’est ce que montre l’évaluation de viamia, commandée par le SBFI. L’évaluation se montre réservée sur la question de la concurrence des offres privées par viamia ; après tout, l’intersection entre viamia et les offres privées est plutôt « gérable ».

Étude de l'Université d'Exeter

Combien de langues étrangères les jeunes expérimentent-ils dans le cadre de leur apprentissage ?

62% des apprentis entendent ou parlent deux langues ou plus sur leur lieu de travail. C’est le constat d’une étude basée sur une enquête menée auprès de 674 apprentis dans onze professions en Suisse orientale et au Liechtenstein ; les auteures sont Esther Styger (enseignante d’anglais au centre de formation professionnelle et continue de Buchs […]

Les enseignantes et enseignants de connaissances professionnelles et leur identité professionnelle

Comment les enseignants de connaissances professionnelles jonglent avec les exigences de leur métier

Daniel Degen

Qui enseigne les connaissances professionnelles a souvent derrière lui ou elle un parcours professionnel intéressant. Ces personnes sont tout à la fois des professionnels et des pédagogues. Et elles sont soumises à des conditions cadre hétérogènes, typiques dans la formation professionnelle. La présente étude examine comment les enseignantes et enseignants gèrent cette situation. À l’exemple de personnes enseignant des connaissances professionnelles dans le cadre de l’apprentissage en automatisme, installation électrique et informatique, on voit se dessiner trois profils types : les médiateurs, les instructeurs et les épanouisseurs. L’étude formule une série de recommandations, dont le fait qu’il faille assurer une adéquation entre les objectifs d’apprentissage des plans de formation orientés compétences et des méthodes d’examen orientées compétences.

Étude de l'université de Zurich

Les procédures de validation manquent leur objectif sociopolitique

Les procédures de validation sont une mesure importante de la politique de formation visant à augmenter la perméabilité du système de formation. Mais elles manquent l’objectif sociopolitique d’aider les personnes peu qualifiées à obtenir des diplômes reconnus. Pour ce faire, il faudrait un échelonnement des procédures de validation qui prévoie également un encouragement à la […]

Teacher Academies : voici comment des innovations font leur entrée dans la pratique de la formation professionnelle

Ce que Thomas Nüesch a appris en Finlande

Daniel Fleischmann

L’un des principaux moteurs de la prospérité suisse est la capacité d’innovation de l’économie et de la société. Les innovations nécessitent toutefois des sources d’inspiration, c’est-à-dire des opportunités de remettre en question les habitudes et de découvrir de nouveaux modèles. Cela vaut aussi pour la formation professionnelle. Tel est l’objectif des initiatives de mobilité internationale, à l’image du projet SwissCoVE « innoVET » soutenu par Movetia. Un tel projet offre aussi aux enseignantes et enseignants l’opportunité de découvrir d’autres établissements scolaires.

Projet de recherche "Effets de la sélection" (WiSel) de la FHNW

« Un contrat d’apprentissage sur cinq est résilié avant son terme. C’est trop. »

Daniel Fleischmann

Lorsqu’un contrat d’apprentissage est résilié avant la fin de l’apprentissage, ce n’est pas toujours un problème car de nombreux jeunes démarrent avec succès leur parcours professionnel dans un autre métier ou dans une autre entreprise. Mais un tiers des jeunes concernés a besoin de plus d’un an avant de trouver une nouvelle voie.

Évaluation de la flexibilisation de la formation en informatique à l’école professionnelle gibb à Berne

Une école teste l’enseignement de l’avenir

Martin Frieden, Georg Ninck, Thomas Jäggi, Thomas Staub & Lars Balzer

Il y a cinq ans, l’école professionnelle gibb à Berne a lancé le programme « Formation en informatique 4.0 », dans le cadre duquel on a créé la possibilité d’adapter individuellement l’ordre chronologique des modules. Des offres pour l’apprentissage auto-organisé ainsi qu’une plateforme d’apprentissage et d’examen complètent le programme. Entre temps, ces innovations ont été évaluées. Un constat : la flexibilisation de la formation en informatique limitée à différentes séquences des champs de compétences ne suffit pas, il faut personnaliser davantage encore la formation.

Projet de recherche de l'Université de Genève

Etat des lieux de l’enseignement bilingue en Suisse

En Suisse, l’enseignement bilingue est en plein essor, surtout au niveau secondaire II. C’est ce qu’a montré l’inventaire suisse de l’enseignement bilingue 2022, commenté par Daniel Elmiger, de l’Université de Genève, dans un article publié dans Transfer. Il comprenait également une base de données en ligne de tous les programmes d’enseignement. Maintenant, dans le cadre […]

Projet de recherche de la HEFP au Tessin

Comment maintenir le personnel soignant dans la profession ?

À la demande du Tessin, la HEFP a étudié ce dont le personnel infirmier a besoin pour durer dans son domaine et comment récupérer celles et ceux qui ont quitté la profession. Les résultats montrent l’importance d’investir dans les aspects psychosociaux du bien-être et en particulier dans quatre pôles: croissance et développement professionnel santé et […]

La distribution des contrats d’apprentissage dans la formation professionnelle initiale duale

Une flotte de canots et barques, paquebots et voiliers

Andreas Kuhn

Plus de la moitié environ de tous les contrats d’apprentissage se concentre sur les douze professions les plus fréquentes (cela représente 4.8% de toutes les professions d’apprentissage). Le système de formation professionnelle a une distribution que l’on ne peut pas vraiment qualifier de « normale ». La présente contribution illustre la distribution extrêmement inégale du total des contrats d’apprentissage sur quatre dimensions différentes (profession d’apprentissage, branche, entreprise et région) sur la base des données actuelles de la population. Ces échantillons sont connus, mais jamais l’ampleur de l’inégalité de la distribution n’a été décrite de manière aussi détaillée.

Étude de la Leading House VPET-ECON

Les personnes titulaires d’un diplôme de la formation professionnelle dans le sillage des hautes écoles spécialisées

Avec la création des hautes écoles spécialisées (HES) à la fin des années 1990, de nouvelles possibilités d’accès à la formation tertiaire se sont ouvertes aux personnes titulaires d’un diplôme de la formation professionnelle. Tobias Schultheiss, Curdin Pfister et Uschi Backes-Gellner (Leading House VPET-ECON) ont maintenant étudié, à l’aide d’annonces d’emploi, les activités des personnes […]

Étude avec la participation de l'Université de Berne

Étude de synthèse critique sur les transitions professionnelles

Les transitions professionnelles sont de plus en plus fréquentes au cours de la vie. La recherche sur ce thème s’est fortement développée ces dernières années, mais elle est fragmentée entre les différentes disciplines et se concentre principalement sur des transitions spécifiques et uniques (par exemple, de l’école au monde du travail, du chômage au monde […]

Étude de l'Université de Zurich

Ce qui différencie les femmes et les hommes dans le choix des études

Quelles sont les caractéristiques qui déterminent les préférences spécifiques des deux sexes lors du choix d’une filière d’études ? Cette question est abordée dans une expérience intégrée à l’étude TREE et portant sur deux matières artificielles. Les résultats montrent les plus grandes différences entre les sexes en ce qui concerne les préférences pour les caractéristiques […]

Les professions à forte composante linguistique sont particulièrement touchées

ChatGPT entraîne une baisse des demandes de recherche de places d’apprentissage vacantes

L’introduction de ChatGPT a entraîné une baisse de 7.5% des demandes de recherche de places d’apprentissage sur orientation.ch. Les professions avec des exigences linguistiques élevées (-15.1% ; langues étrangères -16%) sont particulièrement touchées, tandis que les professions avec des exigences mathématiques élevées (-6.1%) ainsi que les professions avec une part importante de tâches manuelles (-5.4%) […]

État des lieux au secondaire II en Suisse

De la numérisation à la transformation numérique

Philipp Gonon, Maria Luisa Schmitz, Dominik Petko & Tessa Consoli

Dans les écoles du secondaire II, les médias numériques sont toujours encore utilisés en premier lieu pour des activités d’apprentissage passives. Les formes d’apprentissage actives, interactives et constructives sont plutôt rares, même dans les écoles professionnelles où le recours aux technologies numériques est à présent plus intense que dans d’autres types d’écoles. Tel est le résultat principal de l’étude DigiTraS II (transformation numérique du secondaire II) ; des études de cas suggèrent quelles pourraient en être les raisons.

Étude de l'université de Zurich

Les jeunes en apprentissage sont en aussi bonne santé psychique que les étudiants

Les jeunes qui suivent un apprentissage sont en aussi bonne santé psychique que les étudiants d’une haute école. Dans le détail : les étudiants possèdent une estime de soi légèrement plus élevée, un sentiment d’efficacité personnelle légèrement plus faible ainsi qu’une affectivité négative et un sentiment de stress plus élevés. C’est ce que montre une […]

Étude de l'Université de Berne

Retombées des médailles aux WorldSkills sur les métiers

Les médailles remportées lors des Championnats du monde des métiers (WorldSkills) influencent les décisions des jeunes en matière de choix professionnel. C’est la conclusion à laquelle parvient un travail de recherche (en anglais) mené par l’Université de Berne. Une médaille d’or fait augmenter de 7% en moyenne les recherches liées au métier concerné sur orientation.ch […]

Résultats de l'étude et recommandations d'action

Gestion des apprentis souffrant de troubles psychiques dans l’entreprise

La gestion des apprentis souffrant de troubles psychiques constitue un défi de taille pour les formateurs en entreprise et à l’école. Une étude sur ce thème, qui a également été publiée dans Transfer, constitue une base d’indications sur la manière dont les apprentis et les formateurs en entreprise peuvent être encore mieux soutenus à l’avenir. […]

Jobs for Future

Le choix d’un métier sous le signe de la durabilité

Mischa Kaspar

« Les thèmes environnementaux deviennent de plus en plus pertinents dans l’économie ». En entendant cette affirmation, beaucoup pensent, dans le cadre de l’orientation professionnelle, à des métiers « verts » tels que scientifique environnemental ou recycleur. Dans le cadre du projet « Jobs for Future », cette vision est radicalement élargie : chaque profession est pertinente pour l’environnement. Cette vision élargit également l’objectif professionnel « efficacité » d’une composante. « Jobs for Future » repose sur une collaboration intensive avec de nombreuses classes et acteurs de l’orientation professionnelle. Et cela a donné lieu à une série d’outils pratiques pour les conseillers d’orientation, les enseignants, les associations, les plateformes professionnelles, les jeunes et les parents.

Résultats d’une enquête auprès des directions d’écoles en Suisse alémanique

Les élèves dans le spectre autistique dans le degré secondaire II

Eva Stucki & Andreas Eckert

Les personnes atteintes de troubles autistiques nécessitent tout particulièrement que l’on tienne compte de leurs besoins. Une enquête montre qu’une majorité des directions d’écoles du degré secondaire II partage ce constat : 65% d’entre elles estiment que la question de l’autisme a son importance au sein de leur école, tandis que 35% pensent (plutôt) le contraire. 80 directions d’écoles ont participé à cette vaste enquête. Leurs réponses forment une base solide pour les conclusions formulées dans cette étude. Celle-ci recommande notamment que dans chaque école, des personnes de contact ainsi que les responsabilités soient clairement définies pour toutes les personnes impliquées si des questions se posent et si un besoin d’agir existe.

Renforcer les compétences entrepreneuriales des élèves des écoles professionnelles

Myidea continue à se développer

Eveline Gutzwiller-Helfenfinger, Susan Müller, Georg Berger & Manfred Pfiffner

Penser de manière critique, résoudre des problèmes, faire preuve d’initiative, développer des idées créatives et innovantes, reconnaître et saisir les opportunités ne sont que quelques-unes des capacités qui deviennent de plus en plus importantes dans le monde du travail. Et, pour cela, des compétences entrepreneuriales sont nécessaires. Or, celles-ci sont généralement peu encouragées et systématiquement enseignées dans les écoles professionnelles suisses. Le Centre suisse pour la pensée et l’action entrepreneuriales (csPAE) a abordé ce sujet en 2018 avec un projet pilote soutenu par le SEFRI. Pour ce faire, des enseignants de culture générale ont été formés dans quatre cantons pilotes (Berne, Soleure, Tessin, Valais) et ont mis en pratique le programme myidea avec leurs élèves. Depuis la fin du projet pilote en 2022, l’initiative du csPAE et le programme d’apprentissage myidea sont continuellement développés.

Soutien financier pour votre formation continue à l'étranger

Et si vous alliez observer le travail d’un ou d’une responsable de formation en Belgique ?  

Charlotte-Sophie Ramseier

L’agence nationale Movetia encourage et soutient les échanges et la mobilité dans la formation initiale et continue ainsi que dans le domaine des activités de jeunesse extrascolaires en Suisse, en Europe et dans le monde. Movetia, soutenue par la Confédération et les cantons, propose de nombreux programmes de subvention aux séjours de formation – pour les élèves, les jeunes en apprentissage, les étudiants et étudiantes, le corps enseignant, les animateurs et animatrices de jeunesse, et aussi pour les formateurs et formatrices.

À l’ère des incertitudes, quels défis pour la formation professionnelle ?

Grégoire Évequoz

Depuis quelques temps, les systèmes de formation professionnelle sont confrontés à un environnement dont les bouleversements n’ont jamais été si rapides et profonds, de même qu’à un avenir fait en grande partie d’incertitudes. Afin de pouvoir garder leur efficacité et permettre à la fois aux entreprises de maintenir leur compétitivité et aux individus de pouvoir s’épanouir dans le monde du travail, ces systèmes doivent relever des défis et des enjeux inédits. Dans le cadre de mes réflexions prospectives sur l’avenir des professions et du travail, j’en ai identifiés quatre, présentés succinctement ici. Leur prise en compte va déterminer dans quelles directions les systèmes de formations devraient s’adapter et se transformer à l’avenir.

Procédé éprouvé de développement de l'enseignement basé sur les données de la HEP FHNW

Plus de succès dans l’enseignement avec Eeve

Kathrin Pirani, Wolfgang Beywl & Ivo Schorn

L’enseignement ne réussit pas toujours de la même manière. Souvent, le temps semble insuffisant pour la matière dense à apprendre, et lorsque les élèves laissent en plus tomber les devoirs, cela devient assez désagréable. Comment les enseignants peuvent-ils gérer de telles situations ? Une réponse possible: en impliquant les apprenants dans la responsabilité de leur processus d’apprentissage. Le présent article montre comment cela peut se faire. Grâce à un procédé appelé Eeve, les enseignants parviennent, à l’aide de données qu’ils ont eux-mêmes collectées, à encourager de manière ciblée l’apprentissage dans leur enseignement. Eeve est également un instrument qui permet aux directeurs d’école de faire progresser la qualité de l’école, en interaction avec les évaluations de l’enseignement.

Comment rendre l’apprentissage plus attractif

Davantage de vacances et des salaires plus élevés pour les apprenti·e·s?

Jürg Schweri

Au cours de ces dernières semaines, deux idées pour la formation professionnelle ont fait l’objet d’importantes discussions dans les médias. Est-ce que davantage de vacances et des salaires plus élevés pourraient accroître l’attractivité de l’apprentissage auprès des jeunes? De telles mesures impliquent aussi des surcoûts pour les entreprises. Un compromis modéré pourrait permettre de sortir de ce dilemme.

Le transfert de savoirs plutôt que l’exportation d’un système

Voies vers une formation professionnelle duale

Dieter Euler

C’est un fait établi : le système de formation professionnelle tel qu’il existe dans des pays comme la Suisse ou l’Allemagne ne « s’exporte » pas. De nombreux projets à ce sujet n’ont pas abouti. En revanche, le transfert de certains éléments de la formation professionnelle duale est une possibilité. Depuis des années, le professeur Dieter Euler tente de déterminer comment ce transfert pourrait réussir. Dans cet article, il analyse les thèmes et les moyens de possibles transferts. Il n’envisage pas l’exportation d’un système, mais un transfert de savoirs étape par étape.

­­­­Évolution des aspirations professionnelles chez les jeunes

Place aux rêves de métiers

Sara Möser

Les aspirations des jeunes à un certain statut professionnel n’ont de cesse d’évoluer vers le haut entre l’école et le marché du travail, qu’ils·elles s’orientent vers une formation professionnelle initiale ou vers le gymnase. C’est l’indice que le système éducatif et le marché du travail suisses savent relayer des perspectives toujours attractives pour tous·tes. Mais la grandeur de ces aspirations professionnelles dépend fortement du parcours scolaire, de l’origine sociale et du genre. C’est ce que montre l’exploitation des données de l’étude panel DAB, qui documente les parcours scolaires et professionnels d’un échantillon d’élèves depuis leur 8e année scolaire.

Étude de la Swiss Leading House VPET-ECON

Les hommes sont soumis à des normes de genre plus fortes

Les jeunes hommes des régions où les normes traditionnelles de genre sont plus fortes (ce qui peut être constaté par les résultats des votes) ont tendance à postuler pour des professions typiquement masculines et moins pour des professions typiquement féminines. Cette corrélation n’existe pas chez les jeunes femmes. C’est ce que montrent les résultats d’une […]

Projets d’encouragement de Travail.Suisse Formation

Les personnes en situation de handicap également doivent pouvoir suivre une formation continue

Daphna Paz

Le législateur en Suisse stipule qu’il faut éviter les défavorisations auxquelles sont confrontées les personnes en situation de handicap – expressément aussi dans le domaine de la formation. La réalisation de l’inclusion en est toutefois encore à ses débuts. Dans deux projets cofinancés par le SEFRI, Travail.Suisse Formation contribue à rendre la formation continue plus accessible aux personnes en situation de handicap également.

Étude sur les cantons de Genève et de Bâle-Ville

Engager des travailleurs allogènes ou former des apprenti-e-s ?

Jackie Vorpe

Dans les cantons de Genève et de Bâle-Ville, le nombre de travailleurs provenant de pays voisins est particulièrement important. Ces personnes permettent de compenser les besoins en main-d’œuvre qualifiée liés à la conjoncture ; en même temps, l’arrivée de personnel non indigène nuit à la formation de la propre relève professionnelle. Dans quelle mesure cela se produit-il ? C’est le sujet de la présente thèse, qui s’appuie sur l’histoire des deux cantons.

Une étude de la HEFP et de l’Université de Fribourg explore le potentiel des nouvelles cultures d’apprentissage

Comment le commerce de détail soutient l’ascension sociale

Patric Raemy, Lona Widmer & Antje Barabasch

La réforme en cours de la formation professionnelle initiale dans le commerce de détail met l’accent sur les compétences transversales, l’apprentissage autodirigé et les moyens didactiques numériques. Une grande entreprise a déjà mis en œuvre ces constituants d’une nouvelle culture d’apprentissage. Son application a des effets positifs sur l’ascension sociale des apprenti-e-s, comme le montre un projet de recherche de la HEFP et de l’Université de Fribourg. Elle améliore aussi l’image de la profession.

Stratégies pour les travailleur·ses sur un marché du travail dynamique

Comment réussir l’autogestion de carrière

Francisco Wilhelm, Andreas Hirschi & Dawa Schläpfer

Aujourd’hui, gérer sa propre carrière professionnelle est devenu une tâche plus ambitieuse, en raison d’un marché du travail fortement dynamique. Cette thématique ne devrait pas être réservée aux temps de crises. Avec la notion d’autogestion de carrière, le secteur de la recherche a introduit un concept englobant toutes les activités par lesquelles un individu réalise et planifie des actions en lien avec sa propre carrière. Le présent article fait ressortir sept comportements clés de l’autogestion de carrière. Ces derniers développent et utilisent diverses ressources sociales, motivationnelles ou en lien avec le savoir.

Projet de recherche de la ZHAW et d'emplution

Les PME ont-elles besoin de coaching en formation continue ? Si oui, lequel ?

Claudia Pölderl, Marius Gerber & Jonas Probst

L’offre de formation continue en Suisse est variée, mais aussi peu claire. Si même les conseillères et conseillers d’orientation professionnelle, universitaire et de carrière n’ont pas un aperçu d’ensemble, comment les responsables des PME peuvent-ils s’y retrouver ? De plus, le temps et les ressources en personnel manquent souvent pour maintenir les activités quotidiennes dans les PME pendant la fréquentation d’un cours. Dans le cadre du projet financé par l’ERFI « Analyse des besoins et développement de prototypes prenant en compte les spécificités sectorielles de développement du personnel », une équipe de projet de la ZHAW et d’emplution, en collaboration avec les associations sectorielles JardinSuisse et Fiduciaire|Suisse, a étudié les défis actuels des responsables de PME en matière de formation continue. Sur la base des résultats, des propositions ont été élaborées pour atténuer les défis de la formation continue. L’adhésion des responsables de PME à ces propositions a été vérifiée.

BeLearn – le nouveau centre de compétences pour la numérisation dans l’éducation

Cap vers l’avenir de l’éducation

Katrin Müller & Nina Liechti

La numérisation présente des opportunités et des risques pour l’éducation. En 2021, le canton de Berne a lancé l’ambitieux projet BeLearn en collaboration avec plusieurs hautes écoles et organismes privés. Ce projet doit servir de pont entre la recherche et la pratique: BeLearn est une plaque tournante pour le développement et l’expérimentation de projets pilotes, la réalisation de recherches, la mise en réseau des start-up et bien d’autres choses encore. La formation professionnelle est également à l’ordre du jour, par exemple à travers le projet pratique «dip» destiné à l’échange d’innovations pédagogiques.

Neuf thèses sur le thème de la protection du climat dans la formation professionnelle initiale

Repenser la formation professionnelle

Martin Straumann & Beatrice Ledergerber

Le changement climatique est source d’inquiétude pour la jeunesse. Pourtant, cette thématique est peu présente dans les projets en cours dans le cadre de l’initiative « Formation professionnelle 2030 ». La formation professionnelle pourrait jouer un rôle charnière pour développer l’économie afin qu’elle soit moins consommatrice d’énergie et davantage tournée vers l’écologie. Cet article montre comment la formation professionnelle peut relever ces défis. Les personnes en formation doivent être mieux informées des causes et des conséquences et pourraient contribuer activement à les surmonter dans le cadre de leur formation professionnelle initiale. Cette dernière gagnerait ainsi en attractivité pour les jeunes.

Leading House « Didactique des domaines professionnels »

La créativité dans la formation des enseignant-e-s

La créativité est, avec d’autres compétences, l’une des aptitudes les plus importantes des apprenti-e-s pour réussir dans le monde du travail de demain. En raison de la proximité du monde du travail, la mise en œuvre de telles compétences d’avenir est particulièrement importante dans la formation professionnelle. Pourtant, la promotion de la créativité ne joue […]

Essai pilote à l’école hôtelière EHL Passugg

Affective Hospitality : aborder les gens avec empathie

Beatrice Schweighauser

Les cadres et les prestataires de formation réalisent de plus en plus l’importance des émotions ou de l’intelligence affective. À l’école hôtelière EHL de Passugg, on a lancé il y a un an un essai pilote visant à promouvoir l’intelligence affective appliquée dans l’hôtellerie et la restauration. L’« Affective Hospitality » constitue un élément clé du programme d’études révisé de l’école hôtelière. Les personnes en formation et le personnel apprennent comment le comportement et la coopération empreints d’intelligence affective fonctionnent dans la pratique. L’impact de ce champ d’apprentissage devrait aller au-delà du programme d’études.

Étude de l'Observatoire suisse de la formation professionnelle OBS HEFP

Les écoles supérieures : Après l’épidémie de coronavirus, continuer comme avant ?

L’épidémie de coronavirus a bouleversé l’enseignement dans les écoles supérieures d’un jour à l’autre. Un nouveau rapport « Zoom sur les tendances » de l’OBS HEFP montre à quel point les changements survenus au niveau de l’enseignement et de l’organisation scolaire sont durables. En résumé, trois stratégies peuvent être identifiées pour faire face à la transformation numérique […]

Évaluation du projet BM SEK+

En route vers la maturité professionnelle dès la troisième classe du secondaire

Lea Gnos, Anna Hofstetter, Fabio Käslin & Silke Fischer

Depuis août 2021, dans le canton de Lucerne, des élèves de la 3e année de l’école secondaire peuvent, une journée par semaine, assister à l’enseignement de maturité professionnelle (MP). La possibilité, pour des élèves, de suivre une filière de formation du degré secondaire II pendant leur dernière année de scolarité obligatoire est unique en Suisse. Les premiers résultats du projet BM SEK+ (MP SEC+) sont à présent disponibles. Ils montrent que ce programme est largement approuvé par toutes les personnes impliquées, même si le taux de décrocheurs est plus élevé que d’habitude dans la MP.

La loi sur la formation professionnelle a 20 ans

La loi sur la profession professionnelle doit évoluer

Peter Tresoldi

Peu de lois ont déclenché autant d’innovations que la loi sur la formation professionnelle du 1er janvier 2004. Elle a éliminé de nombreux problèmes et élevé la formation professionnelle suisse à un niveau supérieur. Mais même la meilleure des lois devrait être évaluée après les premières expériences et faire l’objet d’un développement continu. Il est regrettable pour l’avenir de la formation professionnelle que ce ne soit pas le cas ici. Ceci nuit entre autres aux jeunes particulièrement doués, mais aussi aux apprenantes et apprenants plus faibles.

Présentation de la formation en Junior Team dans le canton de Vaud

L’apprentissage en Junior Team : une alternative au modèle dual classique ?

Guillaume Ruiz & Hervé Munz

La formation professionnelle initiale perd en attractivité auprès des jeunes. Pour y remédier, une politique publique de valorisation de l’apprentissage est déployée dans le canton de Vaud depuis 2017. Parmi ses différentes mesures, elle vise la mise en œuvre de modèles de formation innovants et complémentaires au modèle dual classique. Les objectifs sont tout à la fois d’augmenter la quantité de places d’apprentissage, de soutenir la qualité de la formation et de jouer favorablement sur l’image de ce système de formation auprès des jeunes et de leurs parents qui hésiteraient à la rejoindre. La présente contribution vise à présenter la formation en Junior Team. Si d’importants résultats sont obtenus, les défis de la mise en œuvre de ces Junior Teams ne sont cependant pas à négliger.

L’étude SwissSkills « Les attentes de la génération Z vis-à-vis du monde du travail »

La génération Z accorde une importance primordiale à l’ambiance de travail et à l’estime qui lui est témoignée

Quels sont les facteurs décisifs pour attirer, encourager et fidéliser à long terme les jeunes talentueux entre 18 et 27 ans en Suisse ? Pour répondre à cette question, SwissSkills a réalisé l’enquête représentative « Les attentes de la génération Z vis-à-vis du monde du travail ». Cette étude porte sur les motivations et exigences […]

Comparaison des formations aux métiers de la santé

Concurrence menaçante ou potentiel non exploité ?

Raffaella Simona Esposito

En dépit de leur potentiel pour surmonter la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, les écoles de culture générale (ECG) du secteur de la santé, contrairement à la formation professionnelle initiale d’assistante ou assistant en soins et santé communautaire (ASSC), ne sont guère encouragées par la politique éducative et font même l’objet d’une certaine hostilité en Suisse alémanique. Pourtant, une formation aux métiers de la santé dans le cadre d’une ECG Santé présente un profil nettement différent de celui de la formation professionnelle initiale. Le présent article illustre cela au moyen de quatre études de cas cantonales.

Étude de l'Université de Berne

Préférences d’emploi en fonction du genre : Salaire, flexibilité ou opportunités de carrière ?

Un environnement de travail convivial et des possibilités de promotion professionnelle sont les facteurs les plus importants pour les jeunes adultes lorsqu’ils choisissent un nouvel emploi. Les femmes accordent certes une grande importance aux perspectives de carrière de leur nouvel emploi, mais dans une moindre mesure que les hommes du même âge. Par rapport aux […]

Etude pilote de la SUPSI

La diffusion d’une culture de la durabilité par le biais de la formation continue

Florinda Sauli, Camilla Belfiore, Nadia Bregoli & Jenny Assi

L’on assiste, dans la formation continue universitaire tout comme dans la formation professionnelle, à un élan de plus en plus fort vers des pratiques durables. Il s’agit, en effet, d’un sujet très actuel, aussi bien dans le cadre du débat politique que dans la littérature scientifique. Les établissements scolaires, quel que soit leur niveau, constituent des acteurs essentiels pour la promotion du changement des mentalités qui doit accompagner la diffusion d’une culture du développement durable. En 2022, à l’occasion de la publication de son premier rapport sur la durabilité, la Haute École Spécialisée de la Suisse Italienne (SUPSI) a lancé une étude pilote sur l’état des contenus et des pratiques en matière de durabilité dans la formation continue. Cette étude ne visait pas uniquement à fournir une image de la situation actuelle. Elle avait également un but formatif et souhaitait encourager les responsables des programmes de formation continue à promouvoir ultérieurement la culture du développement durable, par la définition du contenu et la conception d’un cours. En effet, grâce à leur lien avec des organisations et des entreprises basées sur le territoire, les professionnel-le-s qui suivent une formation continue favorisent la diffusion d’une culture de la durabilité, par le ruissellement de celle-ci sur le reste de la société.

Thèse sur les parcours éducatifs et professionnels des personnes détentrices d’une MP commerciale

La maturité professionnelle, et après ?

Michael Jöhr

Quatre apprenant·es sur cinq, après l’obtention d’une maturité professionnelle (MP), se dirigent vers des études de l’enseignement tertiaire dans les 54 mois suivants. Ainsi, la maturité professionnelle contribue largement au principe de perméabilité du système éducatif. Le présent travail se penche sur les motifs de décision des jeunes après la MP commerciale. Nous y verrons que la décision de faire des études naît de raisons très distinctes : l’auteur distingue quatre profils types différents, dont deux qui s’éloignent du métier appris. Il s’avérera aussi que la relation entretenue avec le·la supérieur·e hiérarchique et formateur·trice professionnel·le est considérée comme un élément important lorsque les apprenant·es réfléchissent à leur propre parcours.

Évaluation d’une offre de développement à l’école professionnelle de Zurich (ABZ)

La classe de talents pour cuisinières et cuisiniers : un projet qui a du sens

Alexander Wilhelm, Andrea Hanselmann, Véronique Eicher & Lars Balzer

De plus en plus souvent, du fait du rythme d’apprentissage traditionnel et du contenu enseigné, les capacités des personnes en formation ne sont pas suffisamment exploitées. Pour les enseignant·e·s, la difficulté réside presque toujours dans le fait qu’ils peuvent récompenser les personnes en formation pour leurs bons résultats « uniquement » par de bonnes notes ou par des commentaires élogieux dans les rapports de résultats. Si certaines personnes en formation vont jusqu’au bout de leurs bonnes performances, d’autres se replient sur elles-mêmes dès qu’elles constatent que cette sollicitation insuffisante entraîne fréquemment une surcharge de travail sous la forme d’exercices supplémentaires. Pour permettre à ces personnes en formation d’exploiter tout leur potentiel, le projet « Classe de talents pour cuisinières et cuisiniers » a été lancé à l’école professionnelle de Zurich (ABZ). L’objectif est de détecter très tôt les talents et de les développer en leur donnant la possibilité de traiter les contenus de manière plus approfondie et sous la forme de projets, parallèlement aux matières scolaires habituelles. Le Service d’évaluation de la Haute école fédérale en formation professionnelle (HEFP) fut chargé d’évaluer ce projet.

Ouvrage sur la validation des compétences acquises de manière non formelle et informelle

Dans quelle mesure la validation des acquis de l’expérience est-elle rentable ?

Tobias Fritschi

Les personnes sans certification de formation formelle peuvent rendre visibles et faire reconnaître leurs compétences professionnelles par le biais de la validation des acquis de l’expérience. Un examen économique de cet instrument montre que – du point de vue individuel – ce ne sont pas tellement les avantages financiers qui incitent les personnes à faire valider leurs aptitudes, car l’on n’observe pas d’augmentations sensibles du salaire après l’accomplissement de la procédure. La validation a plutôt la fonction d’un signal sur le marché du travail, qui peut jouer un rôle important lors d’un changement d’emploi et réduire le risque de chômage. Une certification au degré secondaire II apporte ainsi des chances d’épanouissement : outre une mobilité accrue, elle donne également accès à la possibilité d’acquérir des qualifications supplémentaires ainsi qu’à une reconnaissance sociale et professionnelle.

Nouveau livre de Philipp Gonon

Critique de la formation professionnelle, ou la formation professionnelle comme éducation

Philipp Gonon

La formation professionnelle en Suisse est considérée comme un modèle à succès, mais elle est confrontée à de grands défis. Présenter et critiquer la formation professionnelle du point de vue des attentes pour l’avenir, cela signifie aussi réfléchir à son développement, à son amélioration et aux moyens d’en accroître l’attrait. Afin d’être parée pour l’avenir, la formation professionnelle devrait devenir plus verte, plus hybride et encore plus perméable et inclusive. La modularisation des contenus de la formation constitue ici un prérequis. Le présent article résume les thèses essentielles d’un ouvrage paru aux éditions hep.

« Prise en compte des acquis dans les écoles supérieures »

Recommandations destinées à encourager la prise en compte des acquis

Christine Anna Hämmerli, Patrizia Salzmann, Jörg Neumann, Carmen Baumeler & Sonja Engelage

La prise en compte des acquis de la formation constitue en Suisse un objectif de politique éducative. Les pratiques à cet égard manquent cependant encore de transparence, en particulier au degré tertiaire. La présente étude, réalisée à l’échelle nationale, a examiné la manière dont les acquis sont pris en compte dans les écoles supérieures et selon quelles motivations. Un accent particulier a été placé sur les acquis de la formation continue et de la formation informelle, car ils sont plus difficiles à valider que ceux de la formation formelle. Des recommandations visant à encourager la validation des acquis ont été élaborées conjointement avec des acteurs de la pratique.

La Haute école pédagogique de la FHNW a recherché des indicateurs

Comment se produisent les différentes formes de résiliation de contrat d’apprentissage ?

Stefanie Findeisen, Lukas Ramseier & Markus P. Neuenschwander

Dans la formation professionnelle, les parcours de formation discontinus ne sont pas rares, comme le montrent les taux élevés de résiliation anticipée de contrat d’apprentissage. Bien que ces résiliations puissent être problématiques pour une partie des jeunes, elles sont aussi un moyen de corriger le choix du métier ou de l’entreprise formatrice, à condition qu’elles n’aboutissent pas à l’abandon pur et simple de l’apprentissage. Une étude menée par la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW) montre que la résiliation de contrat d’apprentissage permet avant tout de rectifier des décisions de formation : dans leur grande majorité, les apprenti·e·s  poursuivent leur formation dans un autre métier ou dans une autre entreprise formatrice. Les résultats montrent également que les deux formes de résiliation de contrat d’apprentissage, à savoir le changement de métier et le changement d’entreprise formatrice, peuvent dans une large mesure être prédites par des facteurs identiques. Cependant, par rapport aux changements de métier, les changements d’entreprise formatrice sont moins souvent initiés par les apprenti·e·s.

Étude de l‘IBB (Institut de gestion et de technologies de la formation) de l’Université de St-Gall

Comment l’intelligence artificielle pourrait simplifier la coopération entre les lieux de formation

Sabine Seufert

Une coopération réussie entre les lieux de formation est considérée comme condition fondamentale pour une formation de qualité. Elle change en raison de la transformation numérique. Dans le cadre du projet « Modèles d’avenir pour la coopération entre les lieux de formation » soutenu par le SEFRI, on a examiné à l’IBB – Institut für Bildungsmanagement und Bildungstechnologien (Institut de gestion et de technologies de la formation) de l’Université de Saint-Gall les potentiels de la numérisation croissante, notamment de l’analyse des données et de l’intelligence artificielle (IA), pour la coopération entre les lieux de formation. Dans la dernière phase de cette recherche, on a élaboré des recommandations d’action en vue de la mise en place d’un écosystème dans la formation professionnelle pour le développement de modèles d’avenir basés sur l’IA pour la coopération des lieux de formation.

Student Driven Studies – une variante innovante de filières diplômantes à la HEFP

Les études deviennent un auto-apprentissage

Veronika Bürgi, Gallus Grossrieder & Regula Künzi-Minder

Student Driven Studies (SDS) – Celui ou celle qui étudie à la HEFP dans le cadre de cette nouvelle forme d’études ne connaît pas l’enseignement au sens classique du terme, et ne suit pas non plus de modules préétablis. En tant que futur-e-s spécialistes de l’apprentissage, les étudiant-e-s conçoivent eux/elles-mêmes leurs contenus d’apprentissage ainsi que le déroulement de leur formation d’« enseignant-e » en travaillant à leurs projets personnels. Ils/elles découvrent ainsi ce que peut impliquer un apprentissage auto-dirigé et autonome. Dans le cadre des SDS, l’accent placé sur le développement et les compétences est vécu en toute cohérence. De même, une importance capitale est accordée à l’apprentissage coopératif.

Apprentissage accompagné auto-organisé (AAAO) à la WKS KV Berne

Autonomes beaucoup plus tôt

Johann Eichenberger

Depuis environ cinq ans, la WKS KV Berne teste des formats de formation alternatifs. Sous le titre « apprentissage accompagné auto-organisé » (AAAO), l’école propose aux personnes en formation commerciale la possibilité d’utiliser mieux et plus individuellement le temps passé à l’école pour leur apprentissage. Les expériences le montrent : le modèle fonctionne, mais il a exigé des adaptations à plusieurs reprises. Chaque année scolaire, deux classes de formation commerciale profil E démarrent selon le modèle AAAO. Et ce ne sont pas forcément les jeunes les plus performants qui y participent avec succès. Qui accomplit ce modèle de formation obtient à la fin un diplôme supplémentaire AAAO qui peut être utilisé pour la recherche d’emploi.

Étude à l'Université de Berne

Des effets de sélection ethnique plus faibles chez les femmes

Les enfants issus de familles immigrées se distinguent souvent par des aspirations élevées en matière de formation ; c’est ce qu’a montré récemment l’article « Désirs de formation des jeunes qui réussissent et de leurs parents issus de familles défavorisées: La réussite malgré tout » publié dans Transfer. David Glauser et Rolf Becker (Université de Berne) ont […]

La formation professionnelle à Genève

Genève s’active pour valoriser la formation professionnelle

Gilles Miserez

Les cantons francophones, c’est bien connu, ont des difficultés différentes en matière de formation professionnelle. Dans le canton de Genève, à peine 21% des jeunes suivent un apprentissage dual et l’âge moyen d’entrée se situe autour de 20 ans. Le présent article analyse les raisons de cette situation et esquisse une série de mesures mises en place par le canton. Le fait qu’une année d’apprentissage de base en école soit proposée dans 18 professions importantes de la formation professionnelle initiale attire l’attention. De même, le canton encourage la création de places d’apprentissage en favorisant les entreprises formatrices lors de certains appels d’offres publics.

À propos de l’institutionnalisation de la formation professionnelle comme tâche commune de la Confédération, des cantons et des organisations du monde du travail (OrTra)

Comment le partenariat de la formation professionnelle a trouvé une voie dans la loi sur la formation professionnelle

Lea Hägi

Avec les deux hautes écoles polytechniques (EPFL et EPFZ), la formation professionnelle représente le seul domaine du système éducatif suisse avec un niveau juridique fédéral. Cet article résume les conclusions d’une dissertation à propos de la légitimité du principe fondamental de la responsabilité partagée (partenariat de la formation professionnelle) et de la compétence législative de la Confédération en matière de formation professionnelle en Suisse. En effet, ce principe, aussi évident qu’il puisse paraître aujourd’hui, ne l’est pas. Ainsi, dans le cadre du projet de nouvelle péréquation financière dans les années 1990, des efforts ont été entrepris pour rendre entièrement aux cantons la compétence législative dans le domaine de la formation professionnelle. Pourquoi ces efforts ont-ils échoué ?

Étude sur la formation professionnelle au Bangladesh

S’il le faut, on peut aussi se passer de l’économie

La formation professionnelle duale en Suisse a une histoire vieille de plusieurs siècles. Sa genèse est marquée par la relation entre l’initiative privée et le contrôle de l’État. Partenariat privé-public – on pourrait penser que c’est l’ADN de la formation professionnelle. Mais ce n’est pas forcément le cas, comme le montre une étude de cas […]

Les chroniques de Dieter Euler sont enfin disponibles en livre

Succès et problèmes de la formation professionnelle en Suisse

Daniel Fleischmann

En Suisse, les critiques envers la formation professionnelle sont plutôt rares. Mais les chroniques de Dieter Euler, qui viennent de paraître dans un livre, font figure d’exception. Euler souligne la haute qualité de la formation professionnelle suisse ; tout en attirant l’attention sur ses parts d’ombre. Notamment, il fait remarquer que la force de la formation professionnelle repose sur une sélection rigide des élèves à l’entrée au gymnase : un principe peut-être judicieux d’un point de vue économique mais qui, selon lui, se produit au détriment de l’égalité des chances.

Les défis rencontrés par la participation numérique de personnes handicapées à la formation professionnelle

Des potentiels non exploités

Julia Bannwart Garibovic

Les médias numériques débordent de potentiels pour l’intégration des personnes handicapées dans la formation professionnelle. Mais ces potentiels restent encore largement inexploités, comme le montre une étude de la Haute école de travail social FHNW, confirmant ainsi qu’environ neuf ans après sa ratification, la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées n’est toujours pas appliquée. Cet article énumère les principaux défis liés à la participation numérique de personnes handicapées à la formation professionnelle. Parmi ces défis, on relève d’une part un manque de sensibilisation à l’inclusion des personnes handicapées ; et d’autre part, des barrières numériques, mais aussi l’absence de structures organisationnelles au sein des organismes de formation pour promouvoir la participation numérique.

Workshop de discussion sur les enjeux de la formation professionnelle

Pourquoi critiquer le « meilleur système du monde » ?

Lorenzo Bonoli, Thomas Ruoss & Jackie Vorpe

Le 3 février dernier, la Haute école fédérale en formation professionnelle (HEFP) recevait à Zollikofen une cinquantaine de chercheurs-euses et acteurs-trices de la formation professionnelle pour évoquer le thème du rôle de la critique dans le développement du système de formation professionnelle suisse. Se distinguant des conférences académiques ou des rencontres officielles, cette rencontre a offert l’opportunité de discuter ouvertement des thématiques qui ont souvent de la peine à émerger dans le débat public, concernant, d’une part, le rapport entre formation professionnelle et critique scientifique, et d’autre part, les « points forts » et les « points faibles » du système suisse.

Nouveau livre aux éditions hep

Éducation positive – promouvoir le bien-être et la performance

Christoph Städeli

Les écoles sont des lieux où les élèves doivent se sentir bien. Ceci n’est pas – contrairement à un malentendu largement répandu – en contradiction avec des aspects tels que la disposition à l’effort, la performance ou le respect. Ces derniers temps, on a vu émerger avec la notion d’« éducation positive » un concept qui confère à cette aspiration des contours plus nets. Il englobe aussi bien les personnes apprenantes que les personnes enseignantes. Pour la mise en œuvre concrète de l’éducation positive à l’école et dans l’enseignement, une nouvelle publication des éditions hep propose un modèle en quatre étapes. Dans le présent article, l’auteur Christoph Städeli en esquisse les principaux éléments et les relie à diverses idées et modèles possibles pour la conception future de l’enseignement et de l’école.

IDM Thoune : la réalité virtuelle dans la formation d’agents d’exploitation

Une troisième dimension entre la théorie et la pratique

Daniel Fleischmann

La réalité virtuelle (RV) n’est encore utilisée que dans des cas isolés dans la formation professionnelle initiale. Le centre de formation professionnelle IDM à Thoune a à présent développé une application destinée aux futurs agents et agentes d’exploitation. L’école a ainsi posé un nouveau jalon : l’application met en évidence le fait que le recours à la RV peut être utile non seulement pour des situations de travail dangereuses ou très complexes, mais également pour des tâches plus ordinaires. Pour le directeur de l’IDM, Ben Hüter, on atteint ainsi une troisième dimension entre la théorie et la pratique. Grâce à la RV, on peut s’entraîner à des situations stressantes, comme il l’explique dans un entretien avec Transfer.

Formation professionnelle et inclusion : aperçu de la recherche

La formation professionnelle et la politique sociale sont en tension. Il n’est pas rare que le système de formation professionnelle soit confronté à des attentes sociopolitiques auxquelles celui-ci ne peut ou ne veut pas répondre – par exemple lorsque des actrices et acteurs du domaine social trouvent que les autorités éducatives sont trop restrictives en […]

Évaluation du concept pédagogique n47e8

Un nouveau concept pédagogique dans l’espace d’apprentissage numérique

Claudia Hug, Stephanie Hess, Lars Balzer & Véronique Eicher

n47e8 est un concept pédagogique du Centre de formation Limmattal, qui associe judicieusement l’orientation vers les compétences opérationnelles, la personnalisation et l’expérience de l’auto-efficacité dans les espaces d’apprentissage numériques et physiques. Il est mis en œuvre à l’aide d’un système de gestion de l’apprentissage (Learning management System, LMS) dans lequel les personnes apprenantes traitent à leur propre rythme, sur la base de « missions », des situations d’apprentissage concrètes dans l’enseignement professionnel et général. Les missions sont constituées d’instruments et d’informations pour le développement des compétences, ainsi que de champs d’entraînement personnalisés d’orientation pratique et de possibilités d’approfondissement dans lesquels on peut appliquer les compétences à des situations concrètes et faire ainsi les premiers pas d’un transfert. Le projet a été évalué de 2019 à 2022 par le Service d’évaluation de la HEFP.

Réplique à l’entretien de Stefan C. Wolter à propos du rapport 2023 sur l’éducation en Suisse

« Brandir un scénario de menace n’est pas approprié »

Regula Julia Leemann, Raffaella Simona Esposito & Sandra Hafner

La formation professionnelle perd du terrain. C’est avec cette phrase choc que Stefan C. Wolter a commenté le rapport sur l’éducation en Suisse 2023, placé sous sa direction. Il rend les écoles de culture générale (ECG) responsables de cette situation. Trois chercheuses de la Haute école pédagogique du nord-ouest de la Suisse soutiennent que cette représentation de l’école de culture générale par M. Wolter est trop réductrice. Elle ne tient pas compte de la contribution des ECG à la pénurie de main-d’œuvre spécialisée. Sa représentation est en outre incomplète et trompeuse. De plus, la mise en place de quotas d’offres de formation souhaitée par M. Wolter ne correspond pas à l’ordre libéral et démocratique de la Suisse.

Nette diminution des emplois avec des activités de routine susceptibles d’être automatisées

Quel est l’impact de la numérisation sur le marché suisse du travail ?

Christian Gschwendt

Les ordinateurs, les robots et l’intelligence artificielle peuvent se charger de plus en plus d’activités qui étaient jusqu’alors exécutées par l’homme. Tandis qu’aux États-Unis, par exemple, des travailleurs et travailleuses ont perdu en masse leurs emplois au profit des technologies numériques dans le cadre de crises, le changement structurel entraîné par la numérisation en Suisse est progressif et moins douloureux. Ceci est sans doute notamment dû au système suisse de formation professionnelle, qui est axé sur l’emploi et prépare activement les jeunes aux différents métiers et aux aptitudes qu’ils exigent. Néanmoins, les chances d’ascension et de réinsertion des personnes qui ont un niveau de formation faible à moyen se sont en partie détériorées. Il semble qu’une politique active de la formation et du marché de l’emploi devienne de plus en plus nécessaire afin de contrer les conséquences économiques, politiques et sociales indésirables de la numérisation croissante.

Passé, présent et futur de la recherche sur les technologies pour l’apprentissage dans la formation professionnelle

L’héritage de Dual-T

Alberto Cattaneo

Quel rôle les technologies pour l’apprentissage peuvent-elles jouer pour soutenir et, le cas échéant, pour améliorer la formation professionnelle ? Telle est la question qui était au cœur des travaux menés dans le cadre du projet « Dual-T » et de l’ouvrage récemment publié à l’occasion de sa conclusion. Dans le présent article, nous tentons d’en résumer les points essentiels et de terminer par une conclusion portant sur le passé, le présent et l’avenir. La plus grande réalisation de Dual-T est peut-être le modèle pédagogique de l’Erfahrraum. Il permet l’échange d’expériences d’apprentissage professionnel par-delà les frontières des trois lieux de formation. Ainsi, le lien entre ce que les apprenantes et apprenants apprennent en entreprise et ce qu’ils-elles apprennent à l’école devient beaucoup plus clair pour eux.

Répandue dans le Nord-est de la Suisse

La formation professionnelle contre paiement

Luca Preite

Certaines écoles privées proposent des formations professionnelles contre paiement de frais de scolarité, autant pour la formation initiale que pour la maturité professionnelle. Or les écoles privées sont largement ignorées autant par la recherche scientifique que par la politique. Contrairement aux gymnases, aux écoles de culture générale et au marché des places d’apprentissage, elles ne connaissent ni procédure de sélection ni limitations d’accès. En s’appuyant sur les données LABB (Analyses longitudinales dans le domaine de la formation) fournies par l’Office fédéral de la statistique, le présent article s’applique à donner un aperçu de l’étendue et de l’évolution de cette formation professionnelle payante. On constate alors qu’il s’agit, en première ligne, d’un phénomène propre à la Suisse alémanique et particulièrement répandu au niveau de la maturité professionnelle.

Fondation ForPro

Un lieu dédié à la formation professionnelle à Genève

Joëlle Mathey & François Antille

La fondation ForPro vise à promouvoir, soutenir et valoriser la formation professionnelle à Genève. Pour cela, elle investit un bâtiment de 22’000 m2 qui sera dédié aux personnes en formation, les accompagnant avant leur entrée en apprentissage, durant leur formation et après, notamment en promouvant l’entreprenariat.

Formation professionnelle à Genève

Raymond Uldry – porte-parole de la formation professionnelle genevoise des années 1955-1976

Jackie Vorpe

Genève n’est pas un canton modèle en matière de formation professionnelle. En 2020, seuls 30,9% des jeunes qui suivaient une filière de formation du degré secondaire II faisaient un apprentissage (en entreprise ou en école), contre 59,3% en moyenne suisse. Il fut un temps où il en allait tout autrement : dans les années 1950 à 1970, le canton de Genève était à l’avant-garde de la formation professionnelle en Suisse. Cette période a été marquée par celui qui reste peut-être le plus grand pionnier de la formation professionnelle en Suisse romande : Raymond Uldry. En tant que directeur du Service des apprentissages dans les années 1955-1976, Uldry a laissé un héritage socialement marqué qui semble encore pertinent aujourd’hui. Il concevait l’apprentissage comme un lieu de formation à la fois générale, culturelle et professionnelle, qui devait être accessible à toute personne et à tout âge.

Réplique aux thèses de Dominique Tellenbach

Réflexion sur l’importance des examens écrits finaux dans la procédure de qualification

David Jan

L’article de Dominique Tellenbach, recteur au Centre de formation professionnelle de Bâle-Campagne, dans l’édition 3-2022 de Transfer, m’a longuement fait réfléchir. Dans les lignes qui suivent, je souhaite y apporter un deuxième point de vue, basé selon ma propre expérience issue du front de la vente et de la formation dans le domaine du commerce de détail. Comme le remarque Tellenbach, les examens écrits dans la procédure de qualification visent à garantir un professionnel compétent. C’est sur leur importance que je me focalise ici. Mais plus qu’un professionnel compétent, prendre en compte le concept de formation continue et d’apprentissage tout au long de la vie permet d’obtenir un professionnel complet.

Voyages d’échange de l’école professionnelle gibb de Berne

Pistes de réflexion de Finlande et de Hambourg

Marc Aebersold & Tvrtko Brzović

De plus en plus de directions d’écoles professionnelles reconnaissent que l’on peut puiser dans des écoles à l’étranger des idées pour le développement de leur propre école. En effet, la formation professionnelle n’existe pas seulement en Suisse ; dans d’autres pays également, les écoles et les associations professionnelles doivent trouver des réponses à des défis tels que l’hétérogénéité des niveaux de performance, le manque de relève ou les ruptures d’apprentissage. En mai et en octobre, avec le soutien de Movetia, des délégations de l’école professionnelle gibb de Berne se sont rendues dans des écoles partenaires en Finlande et en Allemagne. L’un des nombreux constats étonnants : en Finlande, les jeunes peuvent obtenir le certificat de fin d’apprentissage dès lors qu’ils disposent des aptitudes requises.

Entretien à propos du rapport 2023 sur l’éducation en Suisse avec Stefan C. Wolter, directeur du rapport

La formation professionnelle initiale perd du terrain

Daniel Fleischmann

Le rapport sur l’éducation est la publication scientifique la plus importante sur l’éducation en Suisse : toutes les données principales issues des statistiques, de la recherche et de l’administration y sont regroupées et commentées. Concernant la formation professionnelle, quelques conclusions du récent rapport de 2023 attirent l’attention. Par exemple, il s’avère qu’environ la moitié des jeunes s’engage dans une formation professionnelle initiale directement après leur scolarité obligatoire. De plus, il s’avère que les résultats scolaires sont un facteur important pour les futurs succès scolaires. Un regard sur la formation continue supérieure permet d’aboutir au constat suivant : les autorités politiques ne s’occupent pas des bons problèmes, pour reprendre la formulation de Stefan C. Wolter, directeur du rapport.

Enquête auprès des apprenti-e-s assistant-e-s socio-éducatif-ve-s (ASE) et assistant-e-s en soins et santé communautaire (ASSC)

L’intelligence émotionnelle est cruciale pour la réussite de l’apprentissage

Laure Tremonte-Freydefont, Matilde Wenger & Marina Fiori

Une revue de littérature sur les compétences socio-émotionnelles dans la formation professionnelle initiale (FPI) a révélé que relativement peu de programmes éducatifs européens traitent de ce type de compétences. De plus, très peu de publications scientifiques existent sur ce sujet. Ainsi, le présent article rapporte les résultats d’une étude qui s’est intéressée au rôle de l’intelligence émotionnelle (IE) dans le cadre de la FPI. Plus précisément, celle-ci visait à étudier le lien positif entre l’IE et la réussite scolaire chez les assistant-e-s socio-éducatif-ve-s (ASE) et les assistant-e-s en soins et santé communautaire (ASSC). Les résultats soulignent les rôles cruciaux des deux formes d’IE sur la réussite en FPI duale au-delà d’autres facteurs comme l’intelligence classique et les traits de la personnalité. En particulier, l’IE en tant qu’habileté influence davantage la partie cognitive et théorique de la formation, alors que l’IE en tant que trait de la personnalité influence la partie pratique de la formation.

Étudier dans une haute école pédagogique après une formation professionnelle initiale

De nombreux obstacles – de nombreuses chances

Regula Julia Leemann, Bettina Weller & Andrea Pfeifer‏‏‎-Brändli

L’importance de l’entrée dans une haute école pédagogique (HEP) après une formation professionnelle initiale s’accroît dans le champ de la politique de l’éducation, notamment en raison de la pénurie de personnel enseignant à l’école obligatoire. Simultanément, les connaissances sur ce sujet sont très parcellaires. Combien de diplômé∙e∙s d’une formation professionnelle initiale empruntent cette voie ? Quels parcours leur sont ouverts, quels obstacles doivent-ils surmonter et quels facteurs peuvent favoriser cette qualification professionnelle ? Les résultats du présent article montrent qu’un sixième des diplômé∙e∙s du degré secondaire II ayant débuté une formation à l’enseignement sont passés par la formation professionnelle initiale. Cependant, les analyses des données quantitatives comme qualitatives montrent aussi que les voies proposées pour y parvenir sont complexes et peu claires. De plus, certains facteurs – tels que le sexe, le type de formation professionnelle initiale et l’orientation scolaire qui lui est corrélée, de même que la perméabilité entre les domaines de formation – exercent une influence négative ou positive sur l’entrée en HEP.

Le réseau de formation Jomb exploite les possibilités offertes par l'informatique

Voici comment même de petites entreprises peuvent former des apprenti·e·s

Daniel Fleischmann

Les Réseaux d’entreprises formatrices existent depuis longtemps ; on y effectue un apprentissage dans plusieurs entreprises. La jeune entreprise Jomb a transformé une idée en activité : elle utilise les possibilités de l’informatique pour automatiser de nombreuses tâches administratives et de communication. Un concept qui recèle un grand potentiel. Entretien avec Bianka König.

Analyse des examens écrits dans la discipline économie et société de l’apprentissage d’employé-e de commerce

De grandes différences dans la détermination de la note d’expérience

Philipp Spengler

Pour la première fois dans la recherche en éducation, une analyse a été effectuée sur les examens servant de base à la détermination de la note d’expérience dans la discipline économie et société (E&S) de l’apprentissage d’employé-e de commerce. Cette étude parvient à la conclusion qu’en raison des différences constatées dans l’échantillon, on ne peut pas s’attendre à une équivalence des examens et des notes d’expérience qui en résultent. Des différences spécifiques ont pu être identifiées entre les régions linguistiques (Suisse alémanique, Suisse romande / Tessin), entre les écoles et aussi au sein des écoles. Dans le contexte de la réforme en cours de la formation commerciale initiale, les problèmes identifiés sont expliqués et des approches possibles sont formulées.

20 ans de réformes de la formation professionnelle de base : questions et besoins d'intervention

Au-delà d’une approche par tâtonnements

Gianni Ghisla

L’actuelle Loi sur la formation professionnelle, entrée en vigueur il y a près de vingt ans, a déclenché un grand nombre d’innovations qui, dans le cadre des plans et ordonnances de formation, ont été ciblées en appliquant une stratégie pragmatique par tâtonnements. Aussi ambitieuses qu’aient été ces innovations, il est surprenant qu’aucune évaluation théorique et empirique articulée de l’élaboration et de la mise en œuvre des Ordonnances, des Plans de formation et de leurs résultats n’ait été réalisée jusqu’à présent. Ainsi, sans qu’aucun débat critique n’ait eu lieu, le modèle dit des compétences opérationnelles a pu s’imposer comme paradigme structurant des décrets adoptés. Parmi les conséquences de cette orientation il y a la marginalisation des savoirs structurés sous forme de matières traditionnelles, la prédominance d’une approche didactique radicalement basée sur des objectifs d’apprentissage et, de manière plus générale, le fait qu’une logique économique et de contrôle se soit imposée dans la formation professionnelle suisse. Pour l’avenir de la formation professionnelle, une évaluation critique et un débat constructif s’avèrent indispensables.

Cas d’exemple de la formation professionnelle initiale aux métiers de l’électricité

Acquérir des compétences professionnelles grâce à la réalité virtuelle

Martin Berger, Katrin Kraus, Thomas Keller, Elke Brucker-Kley, Janick Michot & Reto Knaack

La « première vérification » d’installations électriques est une compétence opérationnelle centrale dans les métiers de l’électricité. Mais l’enseignement de cette compétence opérationnelle pose des défis majeurs aux lieux de formation, comme le montrent également les résultats décevants dans les procédures de qualification. Un projet interdisciplinaire innovateur de la Haute école pédagogique de Zurich (PHZH) et de la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) se penche sur ce problème et explore le potentiel de la réalité virtuelle (RV) pour le développement de compétences opérationnelles à l’exemple de la première vérification. Dans le cadre de ce projet, on a développé le prototype d’un environnement d’apprentissage RV pour les métiers de l’électricité, et en a évalué les effets avec une étude de terrain. Les résultats ont indiqué le potentiel de cette technologie pour l’apprentissage professionnel.

Entretien à propos du livre Ausbilden und Lernen am dritten Lernort, hep Verlag

Laboratoire de formation professionnelle moderne

Daniel Fleischmann

Les cours interentreprises (CI) sont en général dans l’ombre des deux principaux sites de formation que sont l’école professionnelle et l’entreprise formatrice. Un livre paru chez hep Verlag entend changer les choses : Ausbilden und Lernen am dritten Lernort élucide les spécificités d’une didactique propre au lieu de formation et formule des propositions concrètes concernant la planification et la réalisation de séquences de formation ainsi que l’accompagnement et l’évaluation des personnes en formation sur le troisième lieu de formation. Dans un entretien avec Transfert, les deux auteurs et l’autrice de l’ouvrage expliquent que le principe de l’orientation vers les compétences pratiques s’est certes imposé dans les cours interentreprises, mais qu’il reste une marge de progression, notamment dans le domaine de l’apprentissage autocontrôlé ou de la coopération entre les lieux de formation.

Nouveaux travaux de recherche et nouvelles perspectives

L’enseignement bilingue dans la formation professionnelle

Daniel Elmiger

En Suisse, l’enseignement bilingue connait un véritable boom, surtout au degré secondaire II. Selon un inventaire récent de l’Institut de plurilinguisme et de l’Université de Genève, il y a à l’échelle nationale 373 filières bilingues, dont environ la moitié au niveau gymnasial. Dans la formation professionnelle (apprentissage et maturité professionnelle), on compte une centaine de filières, qui varient beaucoup en termes de durée et d’agencement. Dans l’ensemble, les langues nationales perdent du terrain au profit de l’anglais. Dans la formation professionnelle en Suisse alémanique (cantons monolingues), aucune filière ne propose le français comme langue partenaire – ce qui constitue du point de vue de l’auteur de l’étude un constat qu’il convient de discuter.

Métiers de la petite enfance

L’encouragement précoce du langage en Suisse : quels enjeux pour la formation des professionnels de l’éducation de l’enfance ?

Laurent Filliettaz & Marianne Zogmal

Le développement de la formation professionnelle initiale et continue des professionnels de l’éducation de l’enfance est considéré comme un enjeu essentiel en vue de favoriser l’encouragement précoce du langage des jeunes enfants. L’étude scientifique présentée dans cette contribution considère que la fréquentation d’une offre d’éducation de la petite enfance a des effets positifs sur l’acquisition de la langue d’enseignement pour les jeunes enfants, à condition que la qualité pédagogique soit assurée. Cette qualité pédagogique dépend des compétences mobilisées par les équipes éducatives. Pour pouvoir créer des interactions riches et ajustées aux enfants lors des rencontres et activités quotidiennes, une professionnalisation accrue de l’ensemble du personnel éducatif est nécessaire. Pour ce faire, l’étude recommande de lancer une vaste opération de formation initiale et continue de tout le personnel éducatif de la petite enfance.

Les jeunes adultes présentant des « problématiques multiples »

Limites du système de transition

Dorothee Schaffner, Heidi Hirschfeld & Lalitha Chamakalayil

Bien souvent, les jeunes présentant des « problématiques multiples » ne disposent ni de ressources propres ni d’aides informelles dans leur environnement social pour venir à bout de leurs problèmes. Par ailleurs, la formation professionnelle et les structures de transition se heurtent souvent à des limites quand il s’agit d’apporter un soutien adapté en fonction des besoins. C’est ce qu’indique une étude commandée par la Plateforme nationale contre la pauvreté. La structure des différents organismes manque de clarté, ces systèmes ne suivent trop souvent qu’un seul objectif unilatéral (l’intégration professionnelle par exemple), l’intégration sociale est oubliée. L’étude montre clairement que pour mettre en pratique les principes de « soutien adapté en fonction des besoins » et de « coordination des aides », des évolutions sont nécessaires à au moins trois niveaux du système : au niveau stratégique, au niveau de la gestion des cas et au niveau du suivi des cas. Le projet de la « Cité des Métiers » de Genève est pris en exemple : ce modèle suggère des angles d’approche possibles.

La formation professionnelle duale favorise la motivation à la performance

Irene Kriesi & Ariane Basler

Au terme de la scolarité obligatoire, les jeunes prennent des chemins différents, professionnellement et scolairement. Deux tiers entament une formation professionnelle initiale en entreprise, moins d’un tiers fréquente une école de formation générale, et une minorité de 7 % fait le choix d’une formation professionnelle initiale en école. Les conclusions d’une étude longitudinale démontrent que, selon le type de formation suivi, les jeunes jusqu’à l’âge de 21 ans développent différemment les compétences informelles que sont la disposition à l’effort, la persévérance et la volition. D’après cette étude, cela pourrait s’expliquer par les différences entre les différents environnements pédagogiques et de socialisation. La formation initiale en entreprise offre ainsi les conditions favorisant au maximum le développement desdites compétences, qui sont d’une grande pertinence sur le marché du travail. La formation professionnelle en entreprise joue donc un rôle crucial dans le renforcement de la motivation à la performance des adolescent-e-s.

La formation professionnelle duale favorise la motivation à la performance

Irene Kriesi & Ariane Basler

Au terme de la scolarité obligatoire, les jeunes prennent des chemins différents, professionnellement et scolairement. Deux tiers entament une formation professionnelle initiale en entreprise, moins d’un tiers fréquente une école de formation générale, et une minorité de 7 % fait le choix d’une formation professionnelle initiale en école. Les conclusions d’une étude longitudinale démontrent que, selon le type de formation suivi, les jeunes jusqu’à l’âge de 21 ans développent différemment les compétences informelles que sont la disposition à l’effort, la persévérance et la volition. D’après cette étude, cela pourrait s’expliquer par les différences entre les différents environnements pédagogiques et de socialisation. La formation initiale en entreprise offre ainsi les conditions favorisant au maximum le développement desdites compétences, qui sont d’une grande pertinence sur le marché du travail. La formation professionnelle en entreprise joue donc un rôle crucial dans le renforcement de la motivation à la performance des adolescent-e-s.

La formation professionnelle duale favorise la motivation à la performance

Irene Kriesi & Ariane Basler

Au terme de la scolarité obligatoire, les jeunes prennent des chemins différents, professionnellement et scolairement. Deux tiers entament une formation professionnelle initiale en entreprise, moins d’un tiers fréquente une école de formation générale, et une minorité de 7 % fait le choix d’une formation professionnelle initiale en école. Les conclusions d’une étude longitudinale démontrent que, selon le type de formation suivi, les jeunes jusqu’à l’âge de 21 ans développent différemment les compétences informelles que sont la disposition à l’effort, la persévérance et la volition. D’après cette étude, cela pourrait s’expliquer par les différences entre les différents environnements pédagogiques et de socialisation. La formation initiale en entreprise offre ainsi les conditions favorisant au maximum le développement desdites compétences, qui sont d’une grande pertinence sur le marché du travail. La formation professionnelle en entreprise joue donc un rôle crucial dans le renforcement de la motivation à la performance des adolescent-e-s.

La formation professionnelle duale favorise la motivation à la performance

Irene Kriesi & Ariane Basler

Au terme de la scolarité obligatoire, les jeunes prennent des chemins différents, professionnellement et scolairement. Deux tiers entament une formation professionnelle initiale en entreprise, moins d’un tiers fréquente une école de formation générale, et une minorité de 7 % fait le choix d’une formation professionnelle initiale en école. Les conclusions d’une étude longitudinale démontrent que, selon le type de formation suivi, les jeunes jusqu’à l’âge de 21 ans développent différemment les compétences informelles que sont la disposition à l’effort, la persévérance et la volition. D’après cette étude, cela pourrait s’expliquer par les différences entre les différents environnements pédagogiques et de socialisation. La formation initiale en entreprise offre ainsi les conditions favorisant au maximum le développement desdites compétences, qui sont d’une grande pertinence sur le marché du travail. La formation professionnelle en entreprise joue donc un rôle crucial dans le renforcement de la motivation à la performance des adolescent-e-s.

Développement des compétences informelles après la fin de la scolarité obligatoire

La formation professionnelle duale favorise la motivation à la performance

Irene Kriesi & Ariane Basler

Au terme de la scolarité obligatoire, les jeunes prennent des chemins différents, professionnellement et scolairement. Deux tiers entament une formation professionnelle initiale en entreprise, moins d’un tiers fréquente une école de formation générale, et une minorité de 7 % fait le choix d’une formation professionnelle initiale en école. Les conclusions d’une étude longitudinale démontrent que, selon le type de formation suivi, les jeunes jusqu’à l’âge de 21 ans développent différemment les compétences informelles que sont la disposition à l’effort, la persévérance et la volition. D’après cette étude, cela pourrait s’expliquer par les différences entre les différents environnements pédagogiques et de socialisation. La formation initiale en entreprise offre ainsi les conditions favorisant au maximum le développement desdites compétences, qui sont d’une grande pertinence sur le marché du travail. La formation professionnelle en entreprise joue donc un rôle crucial dans le renforcement de la motivation à la performance des adolescent-e-s.

Sondage réalisé auprès de formateurs et formatrices en entreprise, en Suisse alémanique

Comment s’y prendre avec les apprentis présentant des troubles psychiques ?

Niklas Baer, Barbara Schmocker & Tanja Kuhn

Une formation professionnelle n’est pas seulement une étape importante de la vie professionnelle ; elle offre aussi l’opportunité de déceler le plus tôt possible certaines difficultés professionnelles d’origine psychique. Ce type de difficultés professionnelles ne cesse d’augmenter chez les adolescents et les jeunes adultes : Les déclarations d’invalidité pour raisons psychiques ont triplé chez les moins de 30 ans en Suisse depuis 1997. Un sondage réalisé en 2021 auprès de formateurs et formatrices en entreprise fournit à présent, pour la première fois, des données très complètes sur la façon dont ces derniers discernent les apprentis qui souffrent de désordres psychiques, ainsi que sur leur manière d’agir, leur assurance dans ce domaine et la fréquence de ce type de problèmes. Le fait qu’environ 6400 formateurs et formatrices aient participé à ce sondage est un indice de leur engagement et de l’urgence de cette problématique. Les résultats montrent quelles caractéristiques contribuent à la résolution du problème et quels facteurs de risque doivent être pris en considération. L’étude propose aussi des recommandations concrètes pour un meilleur soutien des formateurs et formatrices eux-mêmes.

Enquête standardisée auprès d’élèves de classes terminales 2022 dans les écoles professionnelles suisses

Apprentissage et enseignement numériques : un degré de satisfaction étonnamment élevé

Seraina Leumann & Caroline Müller

À ce jour, la progression de la transformation numérique dans la formation professionnelle initiale reste largement inconnue. Les données issues de l’enquête standardisée effectuée en 2022 auprès d’élèves de classes terminales livrent de premiers éléments de réponse du point de vue des élèves en fin de scolarité d’écoles professionnelles de Suisse alémanique. Il ressort de cette enquête une appréciation très positive des élèves concernant les conditions-cadres scolaires, les compétences numériques du personnel enseignant et l’utilisation des médias numériques à différentes fins pendant le cours. En revanche, les élèves attribuent une appréciation plus modérée aux acquis pédagogiques personnels, notamment dans les domaines éloignés de l’enseignement.

Examens finals dans la formation professionnelle initiale : une aberration ?

Plaidoyer pour une meilleure procédure de qualification

Dominique Tellenbach

Une partie de la procédure de qualification n’a pas été effectuée en 2020, année marquée par la pandémie. Conséquence : les jeunes ont été beaucoup plus nombreux que d’habitude à décrocher leur diplôme de fin d’apprentissage. L’auteur de cet article profite de ce constat pour réfléchir à la pertinence des examens écrits dans l’enseignement professionnel et dans l’enseignement général. Il arrive à la conclusion qu’ils ne remplissent pas leur objectif : les examens finals opèrent une sélection au mauvais moment et en disent trop peu sur l’aptitude professionnelle des élèves. Souvent, ils ne testent pas les connaissances qui devraient être contrôlées et ont tendance à être discriminatoires. Quelle forme pourrait avoir une procédure de qualification améliorée ?

L’accompagnement de l’apprentissage dans le canton de Vaud

Les conseillères et conseillers aux apprenti-e-s : une fonction nécessaire pourtant peu répandue en Suisse

Isabelle Caprani & Kerstin Duemmler

Durant leur formation professionnelle, les jeunes sont confrontés à différents défis qui peuvent être parfois difficiles à surmonter seuls. Pour faire face aux difficultés personnelles, scolaires, pédagogiques, sociales et de santé, le canton de Vaud a mis en place depuis 2001 la fonction des conseillères et conseillers aux apprenti-e-s afin de mieux les soutenir, accompagner et orienter. C’est dans ce contexte qu’une étude mandatée par l’État de Vaud a été menée par la HEFP dans le but de décrire et évaluer l’activité et les enjeux de leur travail.

Formation continue à des fins professionnelles : état des lieux

Un domaine pédagogique sous-estimé

Katrin Kraus

La formation continue à des fins professionnelles fait souvent l’objet d’une couverture médiatique moins importante comparé à la formation professionnelle initiale et à la formation professionnelle supérieure. C’est un constat surprenant car l’importance de la formation continue à des fins professionnelles est incontestable depuis les années 1970. En conséquence, le changement de nom de la chaire de la formation professionnelle à l’Université de Zurich est parfaitement logique : elle s’appelle désormais « chaire de la formation professionnelle et continue ». Dans ce texte, Katrin Kraus, la nouvelle titulaire de cette chaire, dresse un état des lieux de la formation continue à des fins professionnelles et présente des perspectives de recherche complémentaires. Le projet actuel « Governance : Cohesion and Context (GoCC) » s’interroge sur la manière dont les personnes prennent des décisions en matière de formation continue dans le cadre de leur activité lucrative. Ce projet se penche aussi sur les besoins en matière de gestion qui existent chez les différents acteurs à propos des nouvelles approches sur le développement des compétences.

Pertinence des résultats aux tests Stellwerk 9

Un regard dans la boule de cristal

Janine Gut & Joël Zbinden

Lors de la transition entre les degrés secondaires I et II, les résultats des tests Stellwerk 9 sont souvent utilisés pour déterminer dans quelle mesure les futures personnes en formation ont le profil requis pour exercer telle ou telle profession. La Haute École pédagogique de Lucerne a réalisé une étude englobant huit domaines professionnels auprès de 6687 personnes en formation afin de déterminer dans quelle mesure les résultats obtenus au test Stellwerk 9 sont pertinents pour prédire les performances ultérieures dans la formation professionnelle initiale. De nombreux liens entre les résultats aux tests et les notes obtenues dans les matières de l’enseignement de culture générale et l’enseignement professionnel ont pu être mis en évidence dans tous les domaines professionnels examinés. De très grandes disparités existent toutefois quant à l’intensité de ces liens. Le test Stellwerk 9 peut fournir des informations supplémentaires sur le profil de compétences des personnes en formation. Cependant, compte tenu de sa pertinence limitée et des grandes disparités constatées entre les différents domaines professionnels, il convient d’utiliser avec nuance et circonspection les résultats à ce test dans le processus de choix d’un métier.

Interface a étudié les outils d’évaluation et de conseil pour la promotion des compétences de base

Promotion des compétences de base – Encore beaucoup de points à clarifier

Ruth Feller, Karin Büchel & Isabella Lussi

Les personnes qui ont des difficultés à lire, à écrire ou à compter présentent des lacunes dans les compétences de base. Identifier ces lacunes dans l’activité de conseil et recommander des mesures de développement n’est pas aussi simple que cela peut le sembler. C’est ce que montre clairement le projet de recherche « Triage » mandaté par la CDIP. Ce projet montre que le groupe cible est aussi hétérogène que l’ensemble des acteurs qui agissent pour le développement des personnes concernées. Ces acteurs ont différentes missions : intégration sur le marché du travail, soutien économique, intégration sociale. Pour les accomplir, ils ont besoin d’une multitude d’outils afin de pouvoir évaluer selon la situation le niveau de compétences des personnes concernées. L’étude propose six mesures pour améliorer la situation, parmi lesquelles une meilleure intégration du thème dans l’orientation professionnelle, universitaire et de carrière.

L’Inventaire de la Qualité de l’Apprentissage Dual : une évaluation formative en formation professionnelle

Un instrument au service de la qualité

Matilde Wenger, Florinda Sauli & Jean-Louis Berger

Qu’est-ce qui fait la qualité de la formation professionnelle initiale et quelle est sa qualité ? Pendant quatre ans, des chercheur-e-s se sont penché-e-s sur cette question dans le cadre d’un projet du Fonds national suisse. Il et elles ont développé un instrument composé de 13 dimensions permettant aux apprenti-e-s d’évaluer la qualité de leur formation. Cet « Inventaire Qualité de l’Apprentissage Dual » (IQAD) peut être utilisé aussi bien par les enseignant-e-s des écoles professionnelles que par les responsables de la formation dans les entreprises. Il est facile d’accès via Internet et adapté aux destinataires.

Réflexions sur l’intégration des technologies dans la formation professionnelle

L’apprentissage numérique : en exploitons-nous vraiment toutes les possibilités ?

Alberto Cattaneo

L’intégration des technologies dans la formation devient de plus en plus une nécessité et s’est faite encore plus impérative avec la pandémie de COVID-19. Dans la formation professionnelle (duale), la question est de savoir dans quelle mesure nous exploitons réellement le potentiel didactique des technologies pour soutenir les processus d’enseignement et d’apprentissage. Cet article rassemble les résultats d’un projet de recherche à long terme mené pendant seize ans et part du principe qu’il faut avant tout mettre en œuvre un concept pédagogique fort et pas nécessairement la dernière technologie de pointe. C’est sur cette base que l’« Erfahrraum » (espace d’expérience) est introduit en tant que modèle pédagogique spécifique à la formation professionnelle pour l’intégration de la technologie, qui vise à améliorer l’apprentissage entre les différents lieux de formation. Son efficacité pour l’apprentissage et en faveur de la connectivité entre les acteurs et les actrices de la formation professionnelle est illustrée par un exemple. Enfin, les résultats du projet sont discutés à l’aide de deux concepts synthétiques : la réflexion basée sur la visualisation et la coopération.

Swisscom et l’école professionnelle spécialisée BBB de Baden lancent le projet « Lernvolution »

Apprendre là et quand cela est pertinent

Daniel Fleischmann

Ces jours-ci débute l’un des projets pilotes actuellement les plus intéressants de la formation professionnelle suisse. Il permettra à 16 apprenties et apprentis dans les métiers d’informaticien-ne (développement d’applications) et de médiamaticien-ne de choisir individuellement le contenu, le moment et le format de leurs objectifs d’apprentissage, bien entendu dans le cadre prédéfini par la loi. Ce projet pilote intitulé « Lernvolution » doit permettre d’adapter beaucoup mieux qu’auparavant les contenus d’apprentissage « théoriques » en fonction des exigences de l’entreprise. Il a des conséquences majeures pour les enseignantes et enseignants impliqués : leur rôle ne se limite plus à celui de «transmetteur» du savoir : ils endossent le rôle d’un coach en compétences qui conseille, soutient et évalue les personnes en formation. Ce projet pilote est soutenu par Swisscom et l’École professionnelle spécialisée BBB (Baden) et ne doit pas coûter plus cher que le format d’enseignement actuel.

La formation professionnelle suisse peut apprendre de ce qui se fait à l’étranger

La mobilité est une source d’innovation

Daniel Fleischmann

Il y a quelques années, des délégations d’enseignantes et d’enseignants spécialisés du centre de formation professionnelle IDM de Thoune se sont rendues à plusieurs reprises au Vietnam. Pas pour montrer la qualité de la formation professionnelle suisse, mais au contraire pour apprendre comment produire des vêtements à l’échelle industrielle. « L’échange est une source d’innovation », déclare Ben Hüter, directeur du centre de formation professionnelle IDM. Movetia, l’agence nationale pour la promotion des échanges et de la mobilité, soutient financièrement de tels projets.

Défis spécifiques pour les jeunes vivant en foyer

L’insertion professionnelle des Care Leavers

Renate Stohler & Karin Werner

Les jeunes vivant dans des foyers se voient confrontés à des défis spécifiques pour leur insertion professionnelle. Ainsi, dans la plupart des cas, ils sont peu soutenus par leurs parents ou leur entourage social élargi pour le choix d’un métier et pendant leur formation. On remarque que beaucoup de ces jeunes choisissent plutôt un apprentissage d’accès aisé – et qu’il n’est guère question de formations plus exigeantes, éventuellement scolaires dans des écoles secondaires II. C’est ce qui ressort d’une étude achevée récemment de la haute école de travail social ZHAW.

Les salons d’apprentissage dans le canton de Zurich

De retour sur le chemin de l’apprentissage

& Marianne Rupp

En vertu de la loi fédérale sur la formation continue de 2017, la Confédération et les cantons doivent garantir l’acquisition et la consolidation des compétences de base chez les adultes. Le canton de Zurich a élaboré le programme « Compétences de base », dont l’axe central est la mise en place des salons d’apprentissage ou « Lernstuben ». Les personnes qui souhaitent améliorer leurs compétences en lecture, en écriture ou en calcul ou qui ont besoin d’un soutien pour rédiger des candidatures ou utiliser les outils de communication modernes trouvent dans ces lieux d’apprentissage des offres gratuites et des conseils. Des salons d’apprentissage existent désormais dans cinq régions zurichoises et leur déploiement doit se poursuivre.

Désirs de formation des jeunes qui réussissent et de leurs parents issus de familles défavorisées

La réussite malgré tout

Sandra Hupka-Brunner, Chantal Kamm & Marieke Heers

La plupart des parents souhaitent « un bon avenir » pour leurs enfants. Un jalon important sur cette voie est une bonne formation. Mais en Suisse comme dans d’autres pays également, le succès de formation ne dépend pas uniquement des aptitudes et désirs des jeunes, mais en grande partie également des ressources familiales et des structures du système éducatif. Ainsi, en tendance, les jeunes de familles financièrement défavorisées obtiennent de moins bons résultats dans le système éducatif suisse et ont davantage de problèmes sur le marché du travail. Néanmoins, certains parviennent à réussir. Pourquoi ? Et quelles formations sont jugées souhaitables ? Y a-t-il des différences entre les familles avec et sans origine migratoire ? C’est sur ces questions que se penche le présent article, sur la base de quelques résultats du projet de recherche PICE.

Nouvelle étude de l’EPF de Zurich sur le comportement en matière de recrutement

Une formation professionnelle est souvent un avantage dans les processus de recrutement

Ladina Rageth & Aranya Sritharan

La formation d’une personne joue un rôle déterminant dans sa réussite sur le marché du travail. Pour la Suisse, des études montrent que la réussite sur le marché du travail des personnes avec une formation professionnelle est comparable à celles des personnes avec une formation générale ou académique. Pour déterminer laquelle de ces filières de formation est privilégiée dans les processus de recrutement, nous avons interrogé 2384 employeurs en Suisse à propos de leurs préférences dans le processus de recrutement. Nos résultats montrent que les employeurs préfèrent, pour les postes de débutants, des candidates et candidats ayant une formation professionnelle à ceux ayant une maturité gymnasiale. Pour les postes supérieurs, cette préférence dépend du poste mentionné dans l’offre d’emploi : pour un poste dans la direction des ventes, on privilégie des personnes avec une formation professionnelle supérieure, tandis que pour un poste dans la direction informatique, les candidat-e-s avec un diplôme académique sont préférés. Par ailleurs, les employeurs qui sont davantage familiarisés avec le système de formation professionnelle ont souvent une préférence plus marquée pour les diplômes de cette filière.

Andreas Pfister à propos de son nouveau livre publié chez hep Verlag : « Neue Schweizer Bildung »

« Nous ne formons pas assez les jeunes »

Daniel Fleischmann

On ne peut pas lui reprocher de redouter la confrontation : Andreas Pfister est professeur de gymnase et auteur. Il y a quatre ans, il exigeait la « maturité pour tous ». Aujourd’hui, dans son nouveau livre, il fournit d’autres arguments pour illustrer ce postulat. Qu’est-ce qui motive Andreas Pfister ? Le marché du travail a besoin de davantage de personnes diplômées d’universités, répond-il. Et le chemin est encore long avant que l’on puisse parler d’égalité en matière d’éducation.

Enquête dans le canton de Genève auprès de 478 apprenti-es

Le sexisme et l’homophobie provoquent-ils des ruptures d’apprentissage ?

Lavinia Gianettoni

Chaque année, entre 20% et 25% des contrats d’apprentissage sont résiliés avant leur terme, ce qui précarise le parcours des jeunes concerné-es. La présente recherche aborde une thématique encore peu étudiée voire négligée dans la recherche en formation professionnelle : celle de l’impact de l’orientation sexuelle sur les trajectoires de formation. Elle analyse dans quelle mesure le vécu ou l’anticipation de discriminations sexistes et / ou homophobes par des apprenti-es peut amener celles-ci et ceux-ci à vouloir interrompre leur formation professionnelle. Les résultats de cette recherche montrent que le vécu de discriminations homophobes explique de manière significative l’intention d’arrêter l’apprentissage, et cela dans toutes les filières de formation étudiées.

Les personnes formatrices d’apprenti·e·s en entreprise

Une diversité de postures face à la formation

Roberta Besozzi

En dépit du rôle central qu’elles exercent dans le système de formation professionnelle duale, les personnes formatrices d’apprenti·e·s en entreprise (FEE) font l’objet de peu d’études. En mettant en évidence la diversité du rapport que ces personnes entretiennent avec leur fonction, une récente thèse de doctorat vise à combler ce manque (Besozzi, 2022). Dans ce travail, une typologie basée sur deux axes d’analyse – la satisfaction dans la fonction formatrice (faible ou forte) et la représentation des apprenti·e·s (élèves ou travailleurs ou travailleuses) – est proposée. Quatre profils idéaux-typiques de FEE émergent : les « entrepreneur·e·s de soi », les « garant·e·s du métier », les « reconverti·e·s » et les « résigné·e·s ». Cette typologie permet de saisir finement les finalités que les formateurs et formatrices attribuent à la formation des jeunes et les choix en matière d’accompagnement pédagogique. Elle permet également d’envisager des recommandations destinées aux institutions impliquées dans la formation initiale duale.

Évaluation de l’aptitude aux études des titulaires d’une maturité professionnelle

Comment les titulaires d’une maturité professionnelle maîtrisent-ils les études HES ?

Flavia Amann, Nicole Kaiser & Barbara Haering

La maturité professionnelle (MP) est la voie d’accès principale vers les hautes écoles spécialisées (HES). Le plan d’études cadre a été révisé en 2012. Une étude a été récemment réalisée sur l’aptitude aux études des titulaires d’une maturité professionnelle (MP) et sur les possibilités d’améliorer la MP à l’avenir. Sur la base d’enquêtes menées auprès d’une cohorte d’étudiants HES en 2019 et de responsables de filières bachelor HES, cette étude montre d’une part quels facteurs de la formation préalable jouent un rôle pour la réussite des études. L’étude met en évidence des différences entre les domaines d’études. Par ailleurs, elle identifie un potentiel d’optimisation, en particulier dans les branches fondamentales. Une interview de Christof Spöring, président de la CFMP, montre comment les politiques traitent cette question (tout en bas).

Voies de formation et employabilité – nouveaux résultats de recherche

La formation professionnelle fait des carrières

Rudolf H. Strahm

La comparaison de tous les niveaux de formation montre que les diplômes de la formation professionnelle supérieure sont les plus recherchés sur le marché de l’emploi, davantage que les diplômes universitaires. C’est ce que prouve un travail de recherche effectué par la Haute école fédérale HEFP sur mandat du SECO. Par ailleurs, les diplômés et diplômées des hautes écoles ayant accompli un apprentissage professionnel au préalable sont plus rapidement ancrés dans le métier après les études et accèdent plus rapidement à des fonctions dirigeantes. Ces résultats surprennent et s’écartent de l’opinion courante sur la pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Pour les parents, le corps enseignant, l’orientation professionnelle et les jeunes, ils sont fondamentaux pour le choix des parcours de formation.

Conditions de réussite et résultats d'une étude de bonnes pratiques

Comment les lieux de formation pourraient mieux coopérer

& Sabine Seufert

Une coopération réussie entre les lieux de formation est considérée comme un prérequis essentiel pour une qualité élevée de la formation. Elle change toutefois dans le cadre de la transformation numérique. Le projet « Modèles d’avenir pour la collaboration entre les lieux de formation » soutenu par le SEFRI a examiné les potentiels de la numérisation avancée (Data Analytics et intelligence artificielle (IA)) pour la coopération entre les lieux de formation. Dans une première phase, on a déterminé les facteurs de succès et bonnes pratiques pour une coopération réussie entre les lieux de formation. Les principaux résultats sont esquissés dans cet article.

Formation professionnelle intégrant des études supérieures à la Berufliche Hochschule Hamburg (BHH)

New kid on the block

Dieter Euler

Depuis août 2021, une centaine de jeunes adultes suivent une « formation professionnelle intégrant des études supérieures » à la « Berufliche Hochschule Hamburg » (haute école professionnelle de Hambourg) nouvellement créée à cet effet. Dans cinq filières à l’heure actuelle, elle permet aux étudiants et étudiantes d’entamer tout d’abord une formation professionnelle duale et de suivre en même temps des modules d’un cursus de bachelor en rapport avec leur spécialité. Au bout de 18 mois au plus tard, ils décident s’ils veulent poursuivre la formation professionnelle, les études ou les deux. Ce modèle évite les difficultés des mises en œuvre actuelles des études duales. Les fondateurs espèrent qu’il renforcera la formation professionnelle duale, qui est sous pression en Allemagne.

Étude TREE : premiers résultats sur les parcours de formation post-obligatoires des jeunes ayant terminé l’école obligatoire en 2016 2/2022

L’école – et après ?

Thomas Meyer & Andrés Gomensoro

De plus en plus de jeunes accomplissent une formation générale, tandis que la part de ceux qui entreprennent une formation professionnelle initiale diminue. Les jeunes femmes et les élèves de Suisse romande sont particulièrement attirés par les gymnases ou les écoles de culture générale. C’est ce qu’indiquent les premiers résultats de l’enquête longitudinale auprès de la seconde cohorte TREE, qui a terminé la scolarité obligatoire en 2016. En comparaison avec la première cohorte TREE de l’année 2000, l’importance de l’origine sociale et du type d’école fréquenté au degré secondaire I pour le parcours de formation consécutif reste élevée. Par ailleurs, malgré des conditions changées sur le marché des places d’apprentissage, plus d’un cinquième des jeunes se retrouvent toujours encore au départ dans une solution transitoire.

Nouveau livre aux éditions hep

Une école sans notes

Björn Nölte

Vous souvenez-vous comment vous avez appris à lire ? Ou à jongler ? À programmer, cuisiner, courir ou pêcher ? Si oui, vous en avez certainement aussi gardé des souvenirs d’échecs, de réussites et de joies face à ce que vous arriviez à faire. Mais sans doute guère d’évaluations. Des processus d’apprentissage efficaces ont beaucoup à voir avec le développement, l’encouragement, la culture de l’erreur et l’expérience vécue des compétences – et pratiquement rien avec des évaluations. – Un plaidoyer en faveur de la suppression des notes à l’école.

Les jeunes venus d’Ukraine avant le triage gymnase-formation professionnelle

Réfugiés en Suisse – et à présent un apprentissage ?

Daniel Fleischmann

En raison de la guerre en Ukraine, selon l’estimation des cantons, environ 300 000 personnes arriveront en Suisse d’ici la fin de l’année. Beaucoup d’entre elles fréquentaient jusqu’alors un gymnase dans leur pays. Quelles possibilités s’ouvrent à ces jeunes en Suisse ? Que peut leur proposer la formation professionnelle ? Dans un entretien avec Transfert, Peter Marbet (CSFP) affirme clairement que d’importants aiguillages individuels seront posés pour les personnes concernées au cours des prochains mois. Les cantons décident de l’orientation vers une école de formation générale ou vers des voies alternatives.

Evaluation du projet « kabel » dans les écoles professionnelles du canton de Zurich

Les jeunes ont besoin de conseils

Silvia Pool Maag

L’apprentissage professionnel n’est pas une voie facile à suivre pour tous les jeunes. Des difficultés à l’école et en entreprise, mais aussi des problèmes de santé ou familiaux les obligent à chercher conseil. « kabel », service spécialisé des deux Églises nationales, s’occupe de ces jeunes dans le canton de Zurich depuis plus de 30 ans. L’offre a été élargie à quatre écoles professionnelles dans le cadre d’un projet. Une évaluation montre que les besoins sont élevés et que les utilisateur.trice.s sont très satisfaits. Cela pose donc la question de savoir si des offres de ce genre ne seraient pas utiles dans toutes les écoles professionnelles.

Les jeunes en formation professionnelle initiale et à l’école d’enseignement général

Lorsque l’environnement d’apprentissage est favorable, la disposition à l’effort augmente

Markus P. Neuenschwander, Lukas Ramseier & Jan Hofmann

La disposition à l’effort des jeunes lors du passage au degré secondaire II est une condition importante pour le succès de la formation. Il est toutefois étonnant qu’il n’existe guère d’études sur la question de savoir de quoi dépend la disposition à l’effort dans l’entreprise formatrice, à l’école professionnelle et à l’école postobligatoire d’enseignement général. De nouveaux résultats du projet WiSel montrent qu’une auto-efficacité élevée avant la transition et de bonnes relations avec les formateurs ou formatrices et les enseignants ou enseignantes favorisent la disposition à l’effort après le passage au degré secondaire II.

Grâce à movetia, des apprentis en logistique passent trois semaines en allemagne

« Avec Jever, j’ai gagné le gros lot »

Daniel Fleischmann

Aller à l’étranger au cours de l’apprentissage – c’est un rêve que la logisticienne Maria Schmid a pu réaliser il y a un peu plus de deux ans. Avec d’autres apprentis et apprenties du centre de formation professionnelle IDM à Thoune, elle est partie pour trois semaines à Jever, où elle a continué à travailler comme apprentie. Grâce à l’allègement des mesures anti-Covid, l’école entend reprendre cette année la coopération avec l’école partenaire allemande.

Apprendre à l'école et dans le pratique

Les deux univers de la formation professionnelle

La contribution à la coopération des lieux de formation fait partie de la mission des institutions de formation suivant une approche duale. Ceci est également important pour les jeunes en formation. Dans le cadre d’une étude de la Haute école pédagogique de Zoug (PHZG, en allemand), ils ont été interrogés sur leur perception de l’apprentissage à l’école et dans l’entreprise, et sur la mise en relation de l’apprentissage entre ces lieux de formation. Il s’est avéré qu’à côté des exigences organisationnelles de coordination, la mise en relation des deux différentes voies cognitives (apprentissage pratique et apprentissage formel scientifiquement fondé) pose des défis particulièrement importants. Les deux voies sont parfois perçues comme « deux univers ». Un groupe d’accompagnement du projet en a déduit des recommandations pour l’amélioration de la coopération entre les lieux de formation.
https://transfer.vet/die-zwei-welten-der-berufsbildung/

Formation professionnelle initiale en maçonnerie

Conditions de formation du point de vue des apprenti-e-s

Kerstin Duemmler, Alexandra Felder & Isabelle Caprani

La pénurie de main-d’œuvre qualifiée est forte dans de nombreux métiers manuels, notamment dans la maçonnerie. Beaucoup d’entreprises parviennent de moins en moins bien à trouver et à garder des apprenti-e-s. Le nombre d’apprenti-e-s maçons (CFC) a diminué d’un quart entre 2015 et 2020 (OFS 2021). Un travail manuel exécuté en extérieur, dans des conditions météorologiques parfois difficiles, manque peut-être d’attrait auprès des jeunes. Une étude qualitative mené par la HEFP auprès de futurs maçons et futures maçonnes a révélé que les jeunes s’épanouissent dans ce métier et apprennent vite à s’accommoder de conditions de travail exigeantes. Cependant, les conditions de formation dans les entreprises sont parfois jugées difficiles. Elles ne dépendent pas seulement de l’entreprise formatrice, mais aussi de spécificités sectorielles.

Formations d'orientation industrielle dans les pays tiers

Premiers résultats du projet « Skills-for-Industry »

L’intérêt accru porté à la formation professionnelle par la coopération au développement a également débouché ces dernières années sur une augmentation des projets et programmes soutenant des formations industrielles. On sait toutefois encore peu de chose sur le rapport de ces programmes de formation avec des changements favorables dans les entreprises – qu’il s’agisse d’une modification de l’organisation du travail, d’une meilleure productivité ou d’une plus forte croissance. Dans ce contexte, le projet (résumé en allemand) examine les facteurs à travers lesquels des projets de formation contribuent à une croissance industrielle inclusive par le biais d’une transformation des processus de travail. Il fait ressortir entre autres que l’orientation poursuivie par de nombreux donateurs, centrée sur l’offre d’une formation professionnelle visant des niveaux de qualification peu élevés, est certes louable sur le papier. Elle pose toutefois des problèmes s’il n’y a pas ensuite de demande des entreprises pour les personnes ainsi formées.
https://transfer.vet/erste-ergebnisse-aus-dem-projekt-skills-for-industry/

Le « paradoxe de l’égalité des sexes »

Les femmes évitent les métiers techniques – à cause de la prospérité

Louisa Hizli, Annina Mösching & Margit Osterloh

En Suisse, la part des femmes dans les filières d’études techniques ou mathématiques est de 22 % ; au Maroc, elle est de 45 %. La raison de cette différence peut sembler paradoxale : plus un pays est riche et égalitaire, moins les femmes travaillent dans des métiers techniques. La science parle ici du « paradoxe de l’égalité des sexes ». Un projet de recherche explique la cause de ce phénomène. Lorsque la prospérité augmente, l’avantage supplémentaire en termes de revenu diminue, tandis que les coûts identitaires augmentent pour les femmes dans les disciplines MINT. C’est pourquoi beaucoup de femmes choisissent de ne pas étudier ces disciplines. Les auteures de l’étude proposent des voies qui pourraient permettre de sortir de ce paradoxe.

L’importance de la pratique du métier dans l’entreprise

Comment l’entreprise favorise – ou empêche – le développement de l’identité professionnelle

Alexandra Felder, Isabelle Caprani & Kerstin Duemmler

Toute personne qui apprend un métier souhaite participer pleinement aux activités de l’entreprise. La perspective de devenir indépendant et de progresser contribue de manière décisive au développement de l’identité professionnelle. Cependant, cette participation n’est pas suffisamment encouragée par l’ensemble des entreprises. La recherche « Développement de l’identité professionnelle » menée à l’IFFP et soutenue par le FNS, analyse ces mécanismes auprès d’apprenti-e-s maçons et automaticiens. Elle montre entre autres que la conscience d’une responsabilité partagée de l’accompagnement des apprenti-e-s au sein de l’entreprise apporte un grand avantage.

Nouveau Livre aux éditions HEP : Modélisation avec Metalog

Textes off

La méthode de la « modélisation avec MetaLog », développée de façon expérimentale, est un mode de formation efficace pour la pratique dans les métiers de services à la personne. Pendant son travail avec les clients ou les patients, le formateur ou la formatrice expose explicitement les connaissances professionnelles qui guident son action, en la commentant continuellement. Grâce à ces commentaires, les apprenants ou étudiants qui l’observent tirent un enseignement direct de cette expertise – comme d’une voix off dans un film documentaire. Le MetaLog complète l’apprentissage par modélisation que l’on connaît déjà. En avril 2020, un ouvrage expliquant le travail avec la « modélisation avec MetaLog » paraîtra aux éditions hep. Notre texte apporte un résumé (en allemand). De premières études et les rapports des expériences réalisées jusqu’à présent indiquent que la méthode recèle un grand potentiel pour une formation plus efficace dans le domaine de la santé, de l’assistance, de la formation, de la thérapie ou encore de la vente et d’autres métiers de services à la personne.
Texte en allemand : https://transfer.vet/texte-aus-dem-off/

Les finalités de la formation professionnelle

La formation professionnelle, une formule 3 en 1 ?

Jackie Vorpe

Apprendre un métier, trouver un emploi, poursuivre ses études ? Un ouvrage qui expose les finalités et usages de la formation professionnelle, voilà de quoi donner, redonner ou cultiver ses lettres de noblesse à un édifice éducatif cher à la Suisse. Pour cela, il faut sortir d’une logique purement utilitariste. Qui apprend un métier en passant par l’apprentissage peut certes rejoindre la voie rapide vers l’emploi, mais pas uniquement. En Suisse, la maturité professionnelle instaurée en 1994 a comme qui dirait redoré le blason de l’apprentissage. Mais où s’arrête le « Kein Abschluss ohne Anschluss » ? Ne peut-on pas se contenter aujourd’hui d’un CFC ? Et quid du risque de polarisation de la formation professionnelle entre deux nouvelles finalités – allonger les cursus et insérer les publics vulnérables ? Comme Sisyphe, la formation professionnelle semble sans cesse soumise aux réajustement de ses finalités.

Conférence de printemps et remise du prix SRFP

Comment la recherche en formation professionnelle rejoint la pratique

Le 29 avril 2020, cela vaut doublement la peine de venir au Palais fédéral à Berne. Ce jour-là, la Société suisse pour la recherche appliquée en matière de formation professionnelle (SRFP) organise la conférence intitulée « L’avenir de la formation professionnelle supérieure… vers un Professional Master ? ». Et elle décerne au projet gagnant de cette année le nouveau prix SRFP pour le transfert de la recherche dans la pratique.

La formation professionnelle supérieure fait partie du système de formation tertiaire. Sur les marchés de la formation et de l’emploi, toutefois, la formation professionnelle supérieure n’est souvent pas considérée à sa juste valeur. C’est vrai non seulement à l’échelle nationale, mais aussi et surtout au niveau international. Quelles en sont les raisons ? Et quelles mesures doit-on prendre afin que la formation professionnelle soit correctement positionnée et perçue de façon adéquate ? Lors de la conférence, on entendra à ce sujet Ursula Renold, directrice du secteur de recherche Systèmes de formation du KOF, ainsi que Peter Berger, président de la Conférence suisse des écoles supérieures ES.

Par ailleurs, les trois projets nominés pour le prix SRFP seront présentés dans le cadre de la conférence. Avec ce prix, la SRFP entend distinguer le transfert d’une recherche de qualité en matière de formation professionnelle dans la pratique. Le jury du prix se réjouit du grand nombre et de la qualité supérieure des dossiers soumis. Parmi les dix soumissions, trois projets ont été sélectionnés, dont l’un recevra le prix.

Recherche sur le rapport entre la personnalité et la performance professionnelle

Recherche d’une personnalité appropriée

Angelika Kornblum

Dans des champs d’application tels que la sélection du personnel ou l’orientation professionnelle et de carrière, l’adéquation entre la personne et l’environnement professionnel joue un rôle central. Il s’agit entre autres de savoir dans quelle mesure la personnalité d’une personne donnée convient au métier, au poste ou à l’entreprise. Une adéquation élevée est souhaitable, puisqu’elle devrait avoir un impact favorable sur la satisfaction et la performance professionnelle. De nombreuses études ont examiné l’influence de la personnalité sur la performance professionnelle. Une méta-analyse publiée récemment montre que dans divers groupes de métiers, différents traits de personnalité peuvent aider à gérer les exigences avec succès et à faire preuve d’une bonne performance. Ces constats ne sont pas uniquement pertinents pour identifier les candidats les plus appropriés lors de la sélection du personnel. Dans l’orientation professionnelle et de carrière également, le profil de personnalité peut constituer une base pour l’autoréflexion et le développement individuel.

Filières d'études bachelor intégrant une partie pratique (PiBS)

Réception et challenges d’une nouvelle formule d’études

Si les titulaires d’une maturité gymnasiale veulent faire des études dans une haute école spécialisée, ils doivent accomplir une année d’expérience pratique dans le monde du travail. Dans le cadre d’un essai pilote, ce stage en entreprise a été intégré à la période des études – une mesure dans le cadre de l’initiative visant à combattre la pénurie de personnel qualifié. Une évaluation d’econcept a montré que la demande et la satisfaction sont élevées parmi les étudiants comme parmi les entreprises – le modèle PiBS est donc une offre attrayante qui contribue ponctuellement à réduire la pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans le secteur MINT. Une autre évaluation de l’Institut des sciences de l’éducation de l’Université de Zurich (en allemand) a examiné le modèle d’études PiBS de la Haute école spécialisée à distance suisse (FFHS). Elle parvient à une conclusion similaire quant à l’utilité de ce modèle, mais note que le lien étroit ainsi visé entre les études supérieures et la formation pratique en entreprise exige une coopération intense entre les entreprises et les hautes écoles spécialisées participantes.
Texte en allemand : https://transfer.vet/akzeptanz-und-herausforderungen-eines-neuen-studienmodells/

Etude de IFFP dans trois grandes entreprises Suisses

Créativité et compétence professionnelle

Anna Keller

La compétence et le savoir professionnels constituent une base essentielle d’un travail performant dans la formation professionnelle. Ils sont également indispensables à la créativité. L’importance de la créativité est soulignée depuis le débat sur le développement des compétences du XXIe siècle (p. ex. l’esprit critique, la communication et la coopération). En ce sens, la créativité a déjà été intégrée dans les descriptifs de compétences de certaines professions en Suisse, telles que gestionnaire du commerce de détail ou employé-e de commerce. Par ailleurs, les compétences du XXIème siècle ne sont pas totalement dissociées l’une de l’autre ; elles interagissent entre elles. Concernant notamment le développement de la créativité, l’existence d’une conscience esthétique joue un rôle prépondérant ; le travail et les études artistiques peuvent également y contribuer.

Rafisa Informatique forme des jeunes ayant le syndrome d’Asperger

Le long chemin de Silvan vers la certification professionnelle

Daniel Fleischmann

Elon Musk, Steven Spielberg, Michael Jackson – tous trois sont autistes. Environ une personne sur cent est touchée par ce trouble du développement, et beaucoup d’entre elles ont du mal à suivre une formation ou à trouver du travail, parce que l’interaction avec les gens ou la gestion des stimuli leur est difficile. Pour ces personnes, il y a des places de formation protégées – par exemple chez Rafisa Informatique. La formule de cette société connaît un tel succès qu’elle l’exporte à présent à Dubaï; à cet effet, elle y a créé une grande école professionnelle selon le modèle suisse.

Rapport sur la conférence SRFP-IFFP « Sortir du piège du genre »

Choix d’un métier : ébranler les schémas de pensée obsolètes

« Sortir du piège du genre », tel était le thème de la conférence SRFP-IFFP du 22 novembre 2019, qui s’est penchée sur le problème du choix professionnel et du parcours de carrière spécifiques (ou non) au genre du point de vue de la pratique professionnelle, de la recherche et de la politique de la formation. Quelles stratégies peuvent aider à échapper au piège du genre dans la formation professionnelle ? Ce sujet a été discuté dans des exposés, un forum-débat et des ateliers. Un constat : à l’échelle internationale, la Suisse occupe une place de pointe en matière de ségrégation des genres. Selon la chercheuse Irene Kriesi, ceci est entre autres à porter au compte du moment du choix professionnel dans le système de formation en alternance. « Le choix d’un métier survient dans une phase de vie dans laquelle il est particulièrement difficile pour les jeunes de transcender les frontières de genre », affirme Kriesi.
Texte en allemand : https://transfer.vet/berufswahl-alte-denkmuster-aufbrechen/

Nouvelles études de la swiss leading house «vpet-econ» (Université de Zurich)

Les hautes écoles spécialisées accélèrent l’innovation régionale – mais pas dans la même mesure partout

Tobias Schlegel, Patrick Lehnert & Uschi Backes-Gellner

Dans la théorie et la pratique économiques, on s’accorde largement à considérer que la formation d’une manière générale, et la formation tertiaire en particulier, constituent un prérequis fondamental pour l’innovation. Mais puisque ce débat est fortement marqué par l’influence anglo-saxonne, on n’a encore guère déterminé jusqu’à présent le rôle de la formation tertiaire d’orientation professionnelle dans les hautes écoles spécialisées (HES), qui font de la recherche appliquée et se concentrent sur les étudiants et étudiantes ayant accompli une formation professionnelle initiale. Une série d’études de la «Swiss Leading House VPET-ECON», qui examine la création de HES depuis le milieu des années 1990 en Suisse, fournit à présent de premiers renseignements sur la manière dont et les conditions dans lesquelles les HES influencent les activités d’innovation régionales dans les domaines «mathématiques, informatique, sciences naturelles et technique» (MINT). En résumé, on constate deux choses: premièrement, la création des HES a un impact favorable sur l’activité d’innovation régionale; deuxièmement, ces impacts favorables sur l’innovation sont particulièrement puissants dans des régions avec un marché du travail régional important, dense et présentant une forte intensité high tech. On peut déduire de ces constats des recommandations politiques concrètes pour le développement (régional) du paysage des HES en Suisse.

Nouveau livre aux éditions hep : Nichtwissen der Lehrperson – le non-savoir de l’enseignant

Pourquoi le non-savoir fait partie du métier d’enseignant

Les enseignantes et enseignants, dit-on, transmettent du savoir. Certes. Mais l’on ne parle pratiquement pas du fait que les enseignants sont également confrontés régulièrement à de nombreuses situations imprévisibles, aux exigences contradictoires, où l’on n’a guère le temps de réfléchir de façon approfondie. L’action professionnelle de l’enseignant suppose la gestion du « je ne sais pas ». Toutefois, les enseignants ne sont souvent pas suffisamment au fait du phénomène du non-savoir, comme le met en lumière l’auteure de l’ouvrage, Irene Schumacher, dans cette interview.
Texte en allemand : https://transfer.vet/warum-nichtwissen-zum-lehrerberuf-gehoert/

Étude de l’IFFP sur la résilience des enseignants dans la formation professionnelle

Comment les enseignants gèrent les situations difficiles

Selon le consensus général, la profession d’enseignant présente un niveau de stress élevé. Sur la base d’une étude à l’IFFP, cet article expose les multiples facteurs contextuels et individuels qui contribuent à la résilience des enseignants des écoles professionnelles. Ces acquis font ressortir que des mesures systémiques à plusieurs niveaux sont nécessaires afin de favoriser cette résilience. Il faut notamment transmettre aux enseignants les compétences requises pour la gestion de tâches d’enseignement complexes et hétérogènes, renforcer leur sentiment d’accomplir une mission et favoriser un environnement scolaire de collaboration et de soutien.
Texte en allemand : https://transfer.vet/wie-lehrpersonen-widrigkeiten-standhalten/

ÉVALUER LA PROFESSIONNALITÉ

Formation professionnelle: mieux évaluer c’est révolutionner la professionnalisation

Jean Matter

Aujourd’hui plus que jamais, la formation est en voie de se repositionner : cours à distance, délocalisation du lieu de formation, apprentissage en autodidacte, etc. Les acteurs de l’évaluation font face à des transformations sociétales qui bouleversent la façon dont peut être reconnue la professionnalité. La qualité même d’être « professionnel-le » est redéfinie, notamment par la numérisation. Que veut-on réellement évaluer ? Qu’est-ce qui rend plus professionnel ? Le diplôme est-il encore nécessaire ? Sous la direction de Christophe Gremion et Cathal de Paor, un ouvrage récent publie plusieurs articles regroupés selon trois thématiques fondamentales en matière d’évaluation  : les moyens d’évaluation de la professionnalité, les processus de la professionnalisation, l’identification d’indicateurs de la professionnalisation.

Recherche sur le parcours de vie au moyen de données longitudinales TREE

Bilan intermédiaire à l’âge de 30 ans

L’étude longitudinale suisse TREE (Transitions de l’école à l’emploi) observe depuis déjà presque 15 ans les parcours de formation et de travail après la scolarité obligatoire. Les résultats les plus récents montrent que près de la moitié de la cohorte observée quitte le système de formation avec une certification professionnelle initiale. 40 % environ acquièrent une certification au niveau tertiaire (haute école, université ou formation professionnelle supérieure). 10 % de la cohorte restent sans certification professionnelle post-obligatoire. Dans l’ensemble, la situation sur le marché du travail est en majorité favorable : le taux d’emploi est élevé, le chômage faible, et le revenu moyen se situe à près de 6000 francs par mois.
Texte en allemand : https://transfer.vet/zwischenstand-im-alter-von-30-jahren/

Possibilités et limites de la coopération entre les lieux de formation dans la formation interentreprises

Le troisième lieu de formation

Markus Maurer

La formation professionnelle duale est en réalité triale: avec les cours interentreprises, il y a aux côtés des entreprises et des écoles professionnelles un troisième lieu de formation, non moins important. Une étude de la Haute école pédagogique s’est penchée sur ses tâches et en décrit les quatre principales fonctions pédagogiques: initiation, standardisation, application, réflexion. Mais comment gère-t-on dans ces cours le niveau de connaissances hétérogène des apprenant/e/s? Comment coopèrent les trois lieux de formation? L’étude apporte à cette question une réponse pragmatique: pour la formation interentreprises, on aura déjà beaucoup gagné si les contenus de formation sont bien harmonisés entre les lieux de formation à l’échelle fédérale, si les CIE s’alignent encore plus sur le niveau d’apprentissage individuel des apprenti/e/s et si les lieux de formation s’informent mutuellement de manière efficace et effective sur les résultats obtenus, notamment au moyen des technologies numériques disponibles.

Profil de compétences de l’enseignant et de l’enseignante de la formation professionnelle

Onze compétences sont au cœur de l’enseignement

Elena Boldrini

Quelles sont les situations professionnelles qui distinguent le travail d’un enseignant ou d’une enseignante du domaine professionnel? Et quelles sont les ressources qui composent actuellement et qui composeront, à l’avenir, son profil de compétences? Un projet mené par l’IUFFP au niveau national a permis d’identifier onze compétences et 50 situations professionnelles qui caractérisent le profil de l’enseignant et de l’enseignante de la formation professionnelle et qui servent désormais de cadre de référence pour le développement des différents parcours de formation de base des enseignantes et des enseignants.

Décisions et parcours de formation des jeunes

La motivation débouche sur une formation tertiaire

Le choix d’une formation post-obligatoire est un processus complexe. Dans le cadre d’une étude financée par le SEFRI, de jeunes adultes ont été interrogés à trois reprises à intervalles de deux ans. Les résultats permettent de mieux comprendre comment les décisions de formation sont prises et concrétisées. Ils établissent entre autres l’importance cruciale de la motivation des jeunes pour la planification de leur formation. Les jeunes optent pour une formation par intérêt pour un sujet ou une activité. Un éventuel gain de prestige, de revenus ou de sécurité de l’emploi est moins déterminant.
Texte en allemand : https://transfer.vet/motivation-bringt-tertiaere-bildung/

Souvenirs – rétrospective de 50 ans d’école professionnelle

Et les chaises volèrent à travers la classe

Johann Widmer

Il y a 50 ans, la jeunesse a commencé à se rebeller contre les autorités – également dans les écoles professionnelles. Certains enseignants et enseignantes ont réagi de manière autoritaire, d’autres ont cherché le dialogue. Johannes Widmer était apprenti mécanicien à l’époque – et il est revenu à la TBZ huit ans plus tard comme enseignant en connaissances professionnelles. «Mon Dieu, que vient faire chez nous ce sauvage de Widmer?», s’est exclamé un membre du corps enseignant. Aujourd’hui, Widmer est à la retraite. Pour Transfert, il a consigné quelques-uns de ses souvenirs, par exemple ce moment où les chaises ont volé à travers la classe.

La surveillance et l’accompagnement de l'apprentissage en comparaison cantonale

Des prestations inégales pour les apprenti-e-s et les entreprises?

Kerstin Duemmler & Isabelle Caprani

Les rapports de formation entre apprenti-e-s et personnes formatrices ne sont pas toujours dénués de problèmes. Alors que les apprenti-e-s ont tendance à regretter le manque d’accompagnement dans l’entreprise, les responsables de la formation professionnelle déplorent parfois le manque de motivation des jeunes. En de pareilles circonstances, les deux parties peuvent s’adresser au service cantonal en charge de la surveillance et de l’accompagnement de l’apprentissage. Une étude menée par la HEFP relève toutefois une mise en œuvre très hétérogène de cette surveillance, ce qui pose des questions de fond sur l’égalité des prestations, la qualité et la professionnalisation.

Participation des entreprises à la formation dans les régions linguistiques

La Suisse alémanique se fie davantage aux entreprises que la Suisse romande

Manuel Aepli, Andreas Kuhn & Jürg Schweri

La volonté des entreprises d’offrir une formation varie d’une région à l’autre en Suisse. Cette différence se manifeste tout particulièrement entre les régions linguistiques, la participation des entreprises à la formation étant plus forte en Suisse alémanique qu’en Suisse romande. Cette situation n’est pas imputable à des incitations financières différentes, qui jouent sinon un rôle important pour pousser les entreprises à former. Dans un article récemment publié (Aepli et al. 2021), nous proposons par conséquent une explication complémentaire : des différences culturelles dans des normes locales.

Josef Widmer, directeur suppléant du SEFRI, quittera ses fonctions à la fin de l’année

«Nous avons accompli beaucoup de choses ces dernières années»

Daniel Fleischmann

Josef Widmer a été chef du domaine Formation pendant 13 ans. En tant que directeur suppléant du SEFRI, il a posé des jalons importants, notamment dans la formation professionnelle supérieure, la formation continue ou la gestion de la formation professionnelle. Signe de la bonne santé de la formation professionnelle aujourd’hui: le coronavirus n’a pas eu d’effets préjudiciables durables sur le nombre de places de formation. Dans un entretien avec Transfert, Josef Widmer passe en revue les principaux aspects de la formation professionnelle et porte un regard critique sur les écoles supérieures ou sur l’attitude des cantons. Enfin, il nous révèle le nom de son successeur.

État actuel de la numérisation dans les écoles suisses

Formation professionnelle numérique: de grandes lacunes

Benjamin Volland

La numérisation n’a pas attendu la fermeture des écoles due au Covid-19 survenue au printemps 2020 pour changer la manière d’apprendre, d’enseigner et de vivre dans les écoles. L’importance des technologies numériques pour la structuration et l’organisation des institutions, des contenus et des interactions dans le système éducatif ne fait que croître depuis des années. Mandatée par la Confédération et les cantons, l’agence spécialisée Educa a résumé pour la première fois l’état actuel des connaissances et des effets de la numérisation dans le système éducatif de la Suisse – du degré primaire au degré secondaire II.

La formation professionnelle dans la polarité entre la Confédération et les cantons

Une barrière de rösti ou de polenta dans notre système de formation?

Philipp Gonon & Lorenzo Bonoli

En Suisse alémanique, 64% des jeunes accomplissent un apprentissage. Il en va tout à fait différemment en Suisse romande, où ce n’est même pas le cas de la moitié des élèves d’une année. Un projet de recherche financé par le Fonds national suisse a cherché à en déterminer les raisons. Cet article montre à l’exemple de trois cantons (ZH, GE, TI) que d’importants aiguillages politiques ont été posés au début des années 60, entre autres avec l’exécution de la nouvelle loi sur la formation professionnelle. Tandis que l’on a laissé dans le canton de Zurich l’initiative aux associations professionnelles qui ont participé dans une large mesure à l’organisation de la formation professionnelle cantonale, on a considéré dans le canton de Genève la formation professionnelle comme partie d’un système éducatif d’ensemble avec des objectifs politiques et sociaux.

Contacts internationaux

Une école professionnelle mobilise

Daniel Fleischmann

L’échange et la mobilité dans la formation – pour beaucoup de gens, cela évoque avant tout les échanges culturels et l’acquisition de langues étrangères. Mais les programmes de mobilité peuvent être bien plus que cela, comme le montre l’exemple du centre de formation professionnelle et continue GBS (Gewerbliches Berufs- und Weiterbildungszentrum) à Saint-Gall. Les projets d’échange y sont devenus un véritable moteur d’expériences d’apprentissage pour les jeunes et le personnel de formation. «La formation professionnelle suisse peut apprendre bien des choses à l’étranger», affirme le directeur Daniel Kehl. Le nouveau projet Swiss-CoVE «innoVET» donne de l’élan à cette idée; il est soutenu par movetia.

Bruno Weber prend sa retraite

Les défis de la politique de la formation et les solutions requises

Bruno Weber

Bruno Weber a été responsable de la politique de formation de Travail.Suisse pendant 25 ans. Pendant cette période, il a accompagné de manière intensive et a contribué à façonner le développement de l’enseignement et de la formation professionnelle. Il est l’un des rares experts à posséder une connaissance approfondie de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur en Suisse. Aujourd’hui, Bruno Weber prend sa retraite, non sans avoir une nouvelle fois rendu compte des défis qui l’attendent. Il a notamment demandé la création d’une commission fédérale de l’éducation au sein de laquelle l’enseignement académique et la formation professionnelle pourront se rencontrer sur un pied d’égalité.

Nouveau livre «berufen statt zertifiziert»

Fini le principe du métier

Le monde professionnel évolue à un rythme rapide. Des techniques toujours nouvelles exigent des compétences toujours nouvelles et créent de nouveaux profils d’emploi, alors que dans le même temps, de plus en plus de personnes quittent le métier qu’ils avaient initialement appris. L’idée d’un métier à vie devient de plus en plus précaire. C’est dans ce contexte qu’Anja C. Wagner a écrit le livre « Berufen statt zertifiziert » (rédigé en allemand), publié par la maison d’édition hep verlag. Wagner y défend la thèse selon laquelle le principe du métier a fait son temps et que nous avons besoin de nouvelles formes d’organisation de l’enseignement. Interview (uniquement en allemand) par Daniel Fleischmann.
Texte en allemand : https://transfer.vet/abschied-vom-berufsprinzip/

Empolyee-e-s de commerce 2022

Réforme, quo vadis?

La réforme « Employé-e-s de commerce 2022 » n’en finit pas de faire les gros titres des journaux. Alex Bieli, auteur de plusieurs matériels pédagogiques pour l’enseignement commercial, monte au créneau. Dans son article (uniquement en allemand), Alex Bieli critique en particulier les efforts énormes que la réforme va susciter en termes de temps, d’organisation et de ressources humaines. L’abandon du principe de la division par matières tel qu’il existait jusqu’ici est une expérience délicate du point de vue de la pédagogie et de la psychologie de l’apprentissage. En effet, il n’existe aucune preuve scientifique que cette nouvelle approche mènera à un apprentissage meilleur et plus efficace.
Texte en allemand : https://transfer.vet/kv-reform-quo-vadis/

Nouvelles études de la Swiss Leading House « VPET-ECON » (Université de Zurich)

Dans quelle mesure la formation professionnelle doit-elle être spécifique à un métier ?

Uschi Backes-Gellner & Christian Eggenberger

Dans les débats actuels sur la formation professionnelle, on argumente souvent que les curricula de la formation professionnelle initiale devraient être aussi généraux que possible et qu’il convient d’éviter les métiers d’apprentissage « à faible effectif », afin de favoriser la mobilité et l’adaptabilité des personnes ainsi formées sur le marché du travail. C’est toutefois négliger le fait que l’aptitude d’un métier d’apprentissage à s’affirmer sur le marché du travail n’est pas nécessairement déterminée par la part des qualifications scolaires générales (telles que les mathématiques ou les langues) ou l’effectif (plus ou moins important) de ce métier. La question décisive est plutôt la mesure dans laquelle le bouquet des compétences d’un métier donné correspond à ceux du reste du marché du travail ou s’en écarte – et cela ne dépend pas forcément de la part des contenus scolaires ou de la fréquence du métier. Dans ce contexte, les présentes études empiriques montrent comment l’on peut calculer dans la pratique une mesure quantitative pour la spécificité d’un métier, et comment elle est liée à l’évolution des salaires, à la mobilité professionnelle et à la capacité d’adaptation des personnes ayant accompli une formation professionnelle plutôt générale ou plutôt spécifique.

Discrimination dans le système de formation professionnelle

L’art de nier un problème

Luca Preite

Les études faisant état du caractère discriminatoire et exclusif du système suisse de formation professionnelle ne datent pas d’hier. Tandis que cette situation ne s’est pas réellement améliorée et que les pratiques discriminatoires sur le marché de l’apprentissage n’ont pas vraiment disparu, ces avis critiques tombent visiblement dans l’oubli. Cet article retrace comment nous en sommes arrivés à cette situation.

L'adéquation entre les plans de formation et les besoins des entreprises

Les plans de formation garantissent une formation étendue, mais occasionnent aussi des coûts

Manuel Aepli, Jürg Schweri & Andreas Kuhn

Les plans de formation décrivent les activités et les compétences opérationnelles auxquelles les entreprises doivent former leurs apprenti‑e‑s dans une profession déterminée. Ils garantissent ainsi qu’au terme de l’apprentissage, les titulaires du CFC possèderont l’ensemble des compétences opérationnelles requises, quelles que soient les caractéristiques de l’entreprise qui les a formés. Toutefois, les plans de formation, qui sont définis par profession d’apprentissage, ne correspondent pas à chaque entreprise formatrice ni à ses besoins de qualification dans la même mesure. Sur la base des données issues de l’étude coût/bénéfice, la présente étude examine les problèmes d’adéquation entre les plans de formation et les besoins des entreprises. Les analyses montrent que toutes les entreprises ne sont pas touchées par ces questions de la même manière, que le type de problèmes rencontrés dépend également de l’ancienneté du plan de formation et qu’enfin, les problèmes d’adéquation se traduisent par une augmentation des coûts de la formation pour les entreprises.

Réforme Employée-e-s de commerce 2022

Quelle est la place de la culture générale dans la formation commerciale initiale ?

Daniel Fleischmann

Les changements du monde du travail ont fait évoluer les exigences de qualification ; les compétences supradisciplinaires gagnent désormais en importance. En même temps, les développements écologiques et sociaux confrontent la jeune génération à des tâches croissantes. Tous ces aspects – professionnels, personnels et sociaux – font l’objet de l’enseignement de la culture générale dans la formation professionnelle initiale. Certains craignent une réduction de cet enseignement – notamment dans la formation professionnelle initiale la plus importante, l’apprentissage commercial.

Littératie professionnelle

Promotion linguistique basée sur des scénarios et spécialement axée sur le domaine des soins

Liana Konstantinidou & Lisa Gubler

L’apprentissage de la langue locale est une condition essentielle à l’intégration professionnelle et sociale en Suisse. Cet article décrit la mise en œuvre de la promotion linguistique basée sur des scénarios dans le cadre d’une offre de la Croix-Rouge suisse et du Secrétariat d’État aux migrations. Elle a pour but d’aider les réfugiés et les personnes admises à titre provisoire à réussir leur intégration professionnelle dans le domaine des soins de santé. Cet article montre comment il est possible de combiner des formations professionnelles et linguistiques dans des scénarios didactiques.

L’IFFP devient haute école : entretien avec la directrice Barbara Fontanellaz

À l’aube d’une ère nouvelle

L’IFFP devient adulte : c’est par cette image que la directrice de l’IFFP décrit le passage de l’institut à la haute école, entré en vigueur le 1er août 2021. À vrai dire, c’est un peu comme chez les 18 ans : les changements ne sont pas encore concrets. L’identité de la haute école en tant qu’institution nationale dotée d’un ancrage régional donne encore lieu à des débats.

Enquête standardisée auprès des élèves de classes terminales d’écoles professionnelles en Suisse

Beaucoup de jeunes en formation sont satisfaits de leur école professionnelle

Caroline Müller & Ivo Schorn

Comment les jeunes en formation vivent-ils le temps passé à l’école professionnelle ? L’enquête standardisée E-CT menée à l’échelle de la Suisse auprès d’élèves de classes terminales pose précisément cette question. Elle a lieu tous les trois ans et offre aux écoles participantes un aperçu de l’avis des jeunes en formation professionnelle sur la qualité de l’école et de l’enseignement. Les résultats de la dernière E-CT font ressortir que les apprentis sont dans l’ensemble très satisfaits de leur formation scolaire. Ils se montrent toutefois plus critiques en ce qui concerne la coopération entre les lieux de formation et la promotion individuelle ciblée.

La formation professionnelle comme artisanat numerique: restrospective et perspectives

Les robinsonnades de l’apprentissage

Philipp Gonon a prononcé son discours d’adieu intitulé «Apprendre un métier artisanal» le 17 décembre 2020 à l’université de Zurich. Dans son exposé, il revient sur les débuts des débats pédagogiques au 18e siècle, lorsque Jean-Jacques Rousseau voyait dans le personnage romanesque de Robinson Crusoe un modèle de l’apprentissage moderne. Dans son roman «Emile» consacré à l’éducation, son élève doit dans l’idéal apprendre l’art de la menuiserie: s’il pouvait le faire, il pourrait s’affirmer dans tous les domaines techniques. Cette pensée est très moderne: grâce aux outils numériques, nous sommes tous à nouveau invités à arpenter le chemin aventureux de l’apprentissage permanent qui conjugue «travail manuel et travail intellectuel».
Texte en allemand : https://transfer.vet/robinsonaden-des-lernens/

Nouveau livre publie aus editions hep verlag

La «gamification» dans l’enseignement dispensé dans les écoles professionnelles

Lorsque des éléments propres au jeu sont utilisés hors de leur contexte initial, à savoir le divertissement, on parle de «gamification» (ou ludification). Des études montrent que l’utilisation de la «gamification» peut permettre d’accroître la motivation et les performances dans le domaine de la formation. L’autrice du présent article, Silke Fischer, a publié à ce sujet une brochure complète de 40 pages aux éditions hep verlag. Elle présente le concept de «gamification» aux enseignants des écoles professionnelles et offre un guide d’action didactique et axé sur la pratique. Elle en décrit les principaux aspects dans cet article.
Texte en allemand : https://transfer.vet/gamification-im-unterricht-an-berufsfachschulen/

Hétérogénéité dans la formation professionnelle – incidence sur les parcours professionnel

Quel degré de culture générale dans la formation professionnelle ?

Irene Kriesi & Miriam Grønning

La formation professionnelle en Suisse est très hétérogène. Elle compte quelque 240 professions qui se distinguent par leur contenu, mais aussi par la durée et l’organisation de la formation. Cette dernière composante englobe par exemple la part de formation spécifique à la profession par rapport aux éléments de culture générale, la part relative de formation pratique en entreprise ou le degré de spécialisation du savoir transmis. Les résultats d’un projet du Fonds national montrent que ces caractéristiques sont en corrélation avec le salaire et la mobilité dans le début du parcours professionnel, ou encore avec la probabilité d’acquérir ultérieurement un titre de formation professionnelle supérieure. Dès lors, le choix du métier a des conséquences à long terme sur la suite de la carrière.

À propos de l’importance du choix du métier, de la typologie sexuelle du métier et du feed-back sur le lieu de travail

Les compliments renforcent la motivation

Markus P. Neuenschwander, Jan Hofmann & Lukas Ramseier

De nombreux jeunes se réjouissent de l’apprentissage. Ils ont trouvé un métier qui leur convient et pensent qu’ils pourront être à la hauteur des exigences. Comme le montre une étude, telles sont les conditions propices à un début d’apprentissage sans ressentir trop de stress, ce qui contribue à une motivation professionnelle élevée. Cependant, un bon départ dans l’apprentissage ne dépend pas uniquement d’une bonne préparation de la part des jeunes. Les formateurs-rices ont également un rôle à jouer en donnant fréquemment un feed-back positif aux personnes en formation. Les jeunes, surtout quand ils qui exercent une profession qui n’est pas spontanément associée à leur genre, ont tout particulièrement besoin de ces encouragements.

«Employé-e-s de commerce 2022»

Implications didactiques d‘une réforme de grande ampleur

Nicole Ackermann

La réforme «Employé-e-s de commerce 2022» vise à adapter la formation commerciale initiale aux nouvelles exigences du monde du travail globalisé et numérique. La formation des personnes impliquées doit être systématiquement axée sur le développement et la vérification des compétences opérationnelles, et ce sur les trois lieux de formation. L’approche non limitée à un lieu de formation et orientée sur les compétences représente un changement de paradigme. Cet article analyse les implications didactiques de la réforme «Employé-e-s de commerce 2022» pour les écoles professionnelles commerciales et pour la formation des enseignant-e-s.

Transmission professionnelle et sentiment de perte dans l’horlogerie suisse

La transmission, une « complication » toute horlogère

Hervé Munz

Alors que la profession d’horloger-ère n’a jamais autant été médiatisée sur les scènes suisse et internationale qu’aujourd’hui et que la transmission du savoir professionnel est devenue un argument marketing abondamment employé par les fabricants de montres « Swiss made », les horlogers-ères estiment que leur métier se perd et que sa pérennité est en danger. Pour quelles raisons ? N’est-ce pas là un paradoxe ? La transmission pose-t-elle problème ? En quoi cela concerne-t-il la formation professionnelle ? Telles sont les questions auxquelles cet article se propose de répondre succinctement, à partir d’une enquête ethnographique de cinq années dans le monde de l’horlogerie en Suisse. L’article montre que, contrairement aux idées reçues, la prolifération récente de la valorisation des horlogers-ères (par les patrimonialisations, entre autres) renforce le sentiment de perte qu’éprouvent les professionnel-le-s à l’égard de leurs savoirs.

Certification professionnelle pour adultes dans le canton de Vaud

Un mentorat plus soutenu, SVP !

Kokou A. Atitsogbe, Robin Zufferey & Jérôme Rossier

Les métiers à faible niveau de qualification sont progressivement délocalisés hors de Suisse. Parallèlement, l’évolution technologique induit une élévation des niveaux de qualification et la demande en emplois qualifiés augmente. Ceci conduit à une pénurie de main d’œuvre qualifiée et à une dépendance accrue à la main d’œuvre étrangère. Ainsi, dans un contexte où l’immigration de masse est limitée, le recours à une main d’œuvre interne qualifiée devient un enjeu majeur. Face à cette évolution, la certification professionnelle pour adultes (CPA) joue un rôle majeur. Cependant, les personnes s’inscrivant dans une démarche CPA rencontrent des difficultés pouvant compromettre leur réussite. En s’appuyant sur un rapport réalisé par une équipe de recherche de l’Université de Lausanne concernant la CPA dans le canton de Vaud, le présent article expose les différentes étapes de ce processus de certification, les difficultés rencontrées par les acteurs-rices concerné-e-s, les facteurs de réussite ainsi que des propositions d’amélioration du dispositif.

Étude de l'IFFP

Innovations en matière de formation professionnelle pour les PME en Suisse romande

Florinda Sauli, Matilde Wenger & Antje Barabasch

La majorité des apprenti-e-s en Suisse sont formé-e-s dans des petites et moyennes entreprises (PME). La pression du temps, une charge de travail élevée et des ressources plus limitées que dans les grandes entreprises rendent difficile d’apporter un soutien adéquat aux apprenti-e-s et d’innover dans la formation professionnelle (FP). En même temps, les changements sur le marché du travail et dans les écoles exigent de nouvelles cultures d’apprentissage dans la formation en entreprise. En Romandie, les jeunes qui suivent une FP sont proportionnellement moins nombreux qu’en Suisse alémanique, l’influence culturelle gymnasiale étant plus présente. Ainsi, plusieurs pratiques innovantes ont su s’implanter en Romandie et se focalisent sur les processus d’orientation et de recrutement des potentiel-le-s apprenti-e-s. Dans ce cadre, l’article présentera la situation spécifique liée aux PME. Sur la base de plusieurs entretiens avec des institutions, des exemples sélectionnés de projets innovants seront illustrés.

Étude TREE

Comment les origines sociales déterminent le choix professionnel

Thomas Meyer & Stefan Sacchi

En Suisse, la formation professionnelle initiale est très stratifiée. Des formations professionnelles aux exigences scolaires élevées, ouvrant un grand potentiel de formation et de carrière, font face à des apprentissages moins exigeants avec des perspectives plus limitées. Le présent article, s’appuyant sur les données de l’étude TREE (Transitions de l’école à l’emploi), montre entre autres que la sélection d’entrée dans la formation professionnelle initiale est caractérisée par une forte canalisation institutionnelle : elle est davantage déterminée par des paramètres d’origine sociale que par des aspects de prestations scolaires. Par ailleurs, même dans des conditions initiales scolaires et familiales comparables, l’accomplissement d’un apprentissage avec un nombre limité de leçons d’école des métiers a un impact défavorable sur les futures chances de formation et d’emploi des jeunes.

Le programme myidea.ch développe les compétences entrepreneuriales

La pensée et l’action entrepreneuriales comme compétences d’avenir dans l’enseignement de la culture générale

Susan Müller, Eveline Gutzwiller-Helfenfinger, Manfred Pfiffner & Aline Scherz

Dans le monde du travail de demain, les tâches qui consistent simplement à « exécuter » vont disparaître. Il deviendra encore plus important d’agir avec un esprit d’initiative et de créativité, de savoir reconnaître les opportunités, de développer une réflexion critique et de résoudre différents types de problèmes. Ceci exige des compétences entrepreneuriales – des compétences qui ne sont toutefois guère promues de manière systématique dans les écoles professionnelles en Suisse à l’heure actuelle. Une nouvelle initiative entend changer cela : la pensée et l’action entrepreneuriales doivent devenir parties intégrantes de l’enseignement de la culture générale (ECG). Le programme d’enseignement et d’apprentissage myidea.ch, dont le projet pilote a été accompli avec succès, offre aux apprenant-e-s la possibilité d’acquérir et de développer des compétences entrepreneuriales. Les enseignant-e-s volontaires qui ont travaillé avec succès avec « myidea » sont désormais formé-e-s au rôle de transmetteur-rice afin de former à leur tour d’autres enseignant-e-s. La Conférence suisse des offices de formation professionnelle (CSFP) a recommandé en 2020 la mise en œuvre de ce programme. Le projet relève de la responsabilité de la Conférence suisse des directrices et directeurs d’écoles professionnelles (CSD).

Parcours et univers d’adolescents «vulnérables» en formation professionnelle

Tout sauf dans la norme

Luca Preite

Lorsqu’il s’agit de choisir un métier, certains adolescents adoptent un comportement qui va à l’encontre de la raison. Soit ils restent passifs, soit ils aspirent à des métiers dont ils remplissent à peine les exigences. Ardi, Bruno et Blerim en sont quelques exemples. Ces trois jeunes font partie des 36 adolescents qui ont partagé des informations sur leur vie et leurs actions dans cette étude de cas. Des adolescents qui sont considérés comme vulnérables en raison de facteurs socio-démographiques et structurels. L’étude révèle néanmoins que leur comportement est tout à fait sensé: en refusant de se conformer, ils retrouvent le sentiment d’être maîtres de leur destinée malgré des pronostics défavorables. Les conseillers ou les responsables pédagogiques se voient ainsi confrontés à la tâche difficile de devoir sanctionner tout comportement inadéquat tout en travaillant main dans la main avec ces adolescents, et non contre eux.

Évaluation du projet « NON-STOP – entrée directe dans la formation professionnelle » pour les jeunes d’origine immigrée se trouvant en difficulté scolaire

Entrée en apprentissage sans détours

Silvia Pool Maag & Reto Jäger

Environ 14 % des jeunes suisses se retrouvent, après le secondaire II, dans une solution transitoire ou intermédiaire. Pour les jeunes d’origine immigrée en difficulté scolaire, c’est deux fois plus souvent le cas (21 %) que pour les jeunes suisses-ses. Ils-elles n’optent pas toujours pour une telle solution de raccordement de leur plein gré ; et 3 à 6 % des jeunes en question ne parviennent pas à accéder par la suite à une formation certifiante. Dans le cadre du projet NON-STOP, 254 jeunes ont été soutenu-e-s individuellement durant quatre ans pendant la recherche d’une place d’apprentissage et la première phase de leur formation professionnelle initiale. De l’avis des personnes interrogées, ces mesures d’intégration professionnelle sont à recommander : elles sont efficaces et peu coûteuses en comparaison avec les autres offres transitoires (APP, SEMO). Il a pu être démontré que le projet favorise l’entrée directe dans un métier pour les jeunes d’origine immigrée en difficulté scolaire aux niveaux B et C. Le projet apporte une contribution essentielle à l’augmentation des certifications professionnelles des jeunes d’origine immigrée et soutient ainsi l’aspiration à la formation que préconise, de manière centrale, la CDIP.

Etude sur le choix de la profession

Les femmes et les hommes ont des intérêts différents

Stefan C. Wolter & Andreas Kuhn

Les choix professionnels des jeunes en Suisse continuent de différer considérablement selon le sexe. Une explication évidente, qui n’a jusqu’à présent guère retenu l’attention dans le débat public, est la différence d’intérêts professionnels entre les femmes et les hommes. En fait, il existe une corrélation étonnamment forte entre le profil professionnel d’un métier et la proportion de jeunes femmes et de jeunes hommes dans la profession correspondante. Cela – ainsi que d’autres conclusions – suggère que les normes et stéréotypes sociétaux ne sont pas la seule cause des différences observées dans les choix professionnels ; les jeunes suivent également leurs propres intérêts, inclinations et capacités lorsqu’elles/ils choisissent une profession. De ce fait, il est probable que les femmes et les hommes continueront à choisir des professions différentes à l’avenir.

La SRFP a décerné pour la première fois un prix pour la formation professionnelle

Realto réunit les lieux d‘apprentissage

SRFP, le 27.11.2020. À travers la remise d’un prix de reconnaissance, la Société suisse pour la recherche appliquée en matière de formation professionnelle (SRFP) encourage le transfert de la recherche de qualité en matière de formation professionnelle vers la pratique. Le premier lauréat de ce prix est le projet Realto. Cet espace numérique est un point de rencontre entre l’école professionnelle et la pratique professionnelle. La remise du prix a eu lieu le 27 novembre 2020.

Prix de la formation professionnelle de la SRFP

De nouvelles voies grâce à Realto

Jean-Luc Gurtner

À travers la remise de ce prix, la Société suisse pour la recherche appliquée en matière de formation professionnelle (SRFP) encourage le transfert de la recherche de qualité en matière de formation professionnelle vers la pratique. Le premier lauréat de ce prix est le projet Realto. Cet plateforme numérique est un lieu de rencontre et de dialogue entre les différents espaces de la formation professionnelle (écoles professionnelles, entreprises, cours interentreprises). La remise du prix a eu lieu le 27 novembre 2020. Dans cet article, Jean-Luc Gurtner, l’un des porteurs du projet, montre comment l’outil Realto pourrait gagner encore en visibilité et devenir un important forum de coopération entre les espaces d’apprentissage, en particulier en période de pandémie.

Didactique des domaines professionnels en Suisse

Un paysage hétéroclite

Carmen Baumeler & Antje Barabasch

L’organisation swissuniversities finance, depuis quelques années, la leading house « Didactique des domaines professionnels », qui étudie la conception et la mise en œuvre de cette didactique en Suisse. Les partenaires de cette institution sont l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle, les Hautes écoles pédagogiques de Lucerne, Saint-Gall et Zurich ainsi que l’Université de Zurich. Le présent article donne une vue d’ensemble des résultats. Il montre qu’aucune conception homogène n’a été établie établie en Suisse jusqu’à présent en matière de didactique des domaines professionnels, notamment parce que les expert-e-s répondent de manière contradictoire à la question fondamentale de savoir si une telle approche didactique est nécessaire. Dans le contexte institutionnel actuel de la Suisse, il est donc peu opportun de promouvoir le développement de didactiques des domaines professionnels pour toutes les professions, même si elles ont pu s’imposer en ce qui concerne les principales professions. La formation limitée dans le temps du personnel enseignant des écoles professionnelles justifie que la priorité soit accordée principalement à la didactique de situation, aux fondements pédagogiques et didactiques ainsi qu’aux principes généraux d’un enseignement de qualité.

Nouveau livre aux éditions hep : L’examen des compétences opérationnelles

Du savoir au savoir-faire

L’« orientation vers les compétences opérationnelles » est le principe directeur de tout apprentissage dans la formation professionnelle. Il se fonde sur le « Manuel relatif aux ordonnances » qui définit l’« acquisition de compétences professionnelles opérationnelles » comme objectif de la formation professionnelle initiale. Les apprenants ne doivent pas seulement savoir comment on fait quelque chose, ils doivent également savoir le faire. Mais aussi simple que cela puisse paraître, la mise en œuvre de ce paradigme pose toujours encore des défis importants pour l’enseignement, et tout particulièrement pour la réalisation des examens. Un ouvrage sur ce sujet (en allemand) est paru ces dernières semaines aux éditions hep. Il contient entre autres une « taxonomie des compétences opérationnelles » destinée à remplacer la taxonomie de Bloom.
Texte en allemand : https://transfer.vet/vom-wissen-zum-koennen/

In memoriam Fritz Oser

Fritz Oser est décédé le 5 septembre à l’âge de 83 ans. De 1981 à sa retraite en 2007, Oser était professeur ordinaire de pédagogie à l’Université de Fribourg. « Le plus grand mérite de Fritz Oser est d’avoir révolutionné la formation universitaire des enseignants et de l’avoir fondée sur une base scientifique », déclare Franz Baeriswyl, ancien directeur de la formation des professeurs de gymnase à l’Université de Fribourg. « Il a développé la didactique sur une base psychologique comme discipline en tant que telle. » Oser a été parmi les premiers à effectuer un travail de recherche fondamentale sur les processus d’apprentissage dans la formation professionnelle. Il a ainsi dirigé la Leading House « Professional Mind », dont Margrit Stamm fait l’éloge en ces termes : « Oser et son équipe de chercheurs ont apporté une précieuse contribution à la recherche soutenue sur la formation professionnelle en Suisse, et également acquis un renom considérable à l’échelle internationale. » L’une des publications de la Leading House s’intitule « Ohne Kompetenz keine Qualität » [Pas de qualité sans compétence] (Bad Heilbrunn : Klinkhardt 2013). À l’occasion des obsèques de Fritz Oser, Horst Biedermann, recteur de la Haute école pédagogique de Saint-Gall, a rendu hommage au défunt.
Texte en allemand : https://transfer.vet/im-gedenken-an-fritz-oser/

Étudier les rapports aux temps des apprentis permet de contrer l’idée reçue selon laquelle les jeunes se définiraient par une posture présentiste

Gestion du temps et capacités projectives des apprentis : à l’encontre de quelques idées reçues

Guillaume Ruiz

Les rapports aux temps des jeunes apprentis semblent autant intriguer qu’exaspérer les adultes qui les côtoient. Ils seraient davantage impatients et moins organisés que leurs aînés. Mais surtout, ils se complairaient volontiers dans un éternel présent sans trop se soucier de leur avenir. Qu’en est-il vraiment ? Contre toute-attente, la plupart des apprentis rencontrés savent s’organiser et nourrissent des projets d’avenir réalistes, même s’ils ne s’en vantent pas. Après tout, le temps est un langage social et se mettre en scène différemment des adultes qui leur semblent très organisés permet de signifier qu’ils appartiennent à une catégorie sociale qui a fait de la liberté sa principale définition : la jeunesse.

Etude « Parcours professionnels sûrs en période d'incertitude ? »

Temps incertains – carrières incertaines ?

Annabelle Hofer & Daniel Spurk

Les parcours professionnels ont beaucoup changé, les carrières au sein d’une même entreprise de l’entrée dans la vie professionnelle à la retraite deviennent de plus en plus rares. Cela crée des incertitudes de carrière qui peuvent avoir un impact défavorable sur la satisfaction, la santé physique et psychique ainsi que la performance des travailleurs. C’est ce que fait ressortir le projet « Parcours professionnels sûrs en période d’incertitude ? » soutenu par le Fonds national (FNS). Dans le cadre de l’étude, un questionnaire pour la mesure de l’incertitude du parcours professionnel, utile à l’orientation de carrière, a également été élaboré et validé. Le présent article montre que les personnes interrogées dans le cadre de plusieurs études ressentent particulièrement une incertitude par rapport à leur retraite.

Projet de recherche « Enhanced Inclusive Learning » sur la compensation des désavantages

Une aide dans la plupart des cas

Annette Krauss & Claudia Schellenberg

Plus d’un jeune ou jeune adulte sur quatre dit de lui-même qu’il est en situation de handicap. Les intéressés font état de difficultés relatives à la maîtrise des exigences de l’école ou de l’entreprise, et d’un bien-être réduit. Une partie d’entre eux bénéficie d’un instrument appelé « compensation des désavantages ». Les bénéficiaires sont avant tout des personnes présentant des troubles de l’écriture ou de la lecture, suivies de personnes souffrant de TDAH ou d’un handicap physique. Dans les écoles, le savoir et l’expérience portant sur la gestion de la compensation des désavantages ont beaucoup augmenté, mais l’on rencontre également des insécurités pour la mise en œuvre de cet instrument. Le projet « Enhanced Inclusive Learning » explore les expériences, les attitudes et les possibilités qu’offre cette mise en œuvre.

Recherche en sciences de l’éducation sur les interactions dans les pratiques éducatives liées à la petite enfance

Apprendre à observer : une compétence professionnelle centrale

Marianne Zogmal

Dans le champ de l’éducation de la petite enfance, l’observation des bénéficiaires est considérée, par les praticiennes, comme une compétence professionnelle à part entière. A partir d’un projet doctoral mené pendant quatre années dans des structures d’accueil à Genève, la présente contribution s’intéresse à cette compétence d’observation peu visible et néanmoins centrale. L’analyse de différentes situations de travail montre comment les observations s’imbriquent dans le cours des interactions, tout en offrant des opportunités d’apprentissage informel pour les éducatrices. Plus généralement, l’article illustre de quelles façons une meilleure compréhension de l’observation en actes peut contribuer à documenter la complexité des métiers éducatifs dans leur exercice quotidien et à offrir des ressources théoriques et méthodologiques pour développer des démarches de formation.

Enseignement à distance dans les écoles professionelles pendant la crise du COVID-19

Challenge didactique et poussée d’innovation possible

Dominic Hassler & Roger Keller

En l’espace d’un rien de temps, beaucoup d’enseignants ont été obligés de numériser leurs cours dans une large mesure et de les poursuivre sous forme d’enseignement à distance. Ceci a déclenché une poussée d’innovation, mais cette évolution met également en question l’égalité des chances. Dans un sondage, 99 enseignants ont notamment jugé que l’interaction avec la classe et l’agencement des relations constituaient une tâche exigeante, et que la gestion des technologies numériques représentait un moindre défi que la didactique pour l’enseignement à distance. Beaucoup d’enseignants pensent que leur enseignement connaîtra un changement durable.

L'école de culture générale s'est établie comme voie d'accès scolaire aux hautes écoles spécialisées

La lutte de l’école de culture générale (ECG) pour l’accès aux hautes écoles spécialisées

Regula Julia Leemann, Raffaella Simona Esposito & Christian Imdorf

L’école de culture générale (ECG) a réussi, malgré de nombreuses objections et critiques, à s’imposer comme troisième offre de formation post-obligatoire à côté des deux pôles puissants de l’apprentissage et de l’école gymnasiale. La présente étude examine ce processus de transformation à l’aide de la sociologie des conventions. Au niveau des données, elle s’appuie sur des documents de la politique de la formation et des entretiens avec des experts. Les résultats montrent que l’école de culture générale a dû accepter des compromis pour se maintenir comme offre de formation et être reconnue, avec la maturité spécialisée, comme voie d’accès aux hautes écoles spécialisées. Parmi ces compromis comptaient le renforcement d’un lien avec la profession et une expérience du monde du travail au moyen de stages professionnels dans le curriculum de l’ECG.

Projet « Univers de vie des jeunes en formation professionelle »

Vers un retrait dans le privé

Han Sam Quach & Anja Gebhardt

Les jeunes d’aujourd’hui attachent surtout de l’importance aux relations humaines – dans la famille, les amitiés, le couple. La possibilité d’un engagement politique arrive pratiquement tout en bas de l’échelle des valeurs. C’est là l’un des résultats d’une enquête réalisée par la Haute école pédagogique de St-Gall auprès de 953 jeunes en formation professionnelle. Des interviews avec huit enseignants expérimentés montrent comment l’on peut interpréter ces résultats. Ils se penchent également sur le constat surprenant que la charge pesant sur les jeunes en formation n’est pas vraiment si lourde qu’ils le prétendent volontiers. « Parce que ce sont des râleurs », dit un enseignant en souriant. D’autres en revanche sont d’un avis contraire.

Étude de l’IFFP

Comment les métiers rares survivent

Alexandra Strebel, Sonja Engelage & Carmen Baumeler

Quel est le point commun entre les créateurs de tissu, les facteurs d’instruments de musique et les mécatroniciens de remontées mécaniques ? Ils font partie de ce que l’on appelle les métiers rares, avec une moyenne de 7 à 28 nouveaux contrats d’apprentissage par an. Lors de la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle en 2002, l’objectif était de réduire le nombre de professions en Suisse en regroupant des professions similaires dans des champs professionnels ou en abrogeant certaines professions. Néanmoins, certains métiers rares ont survécu, et de nouvelles petites professions ont même vu le jour. Le présent article s’appuie sur trois exemples pour montrer que les associations professionnelles jouent un rôle décisif à cet égard. Par leur engagement extraordinaire, elles contribuent au maintien de leurs professions traditionnelles tout en assumant un rôle clé dans le développement de leurs formations professionnelles.

Une analyse systématique des organisations du monde du travail

Les moteurs de la formation professionnelle

Les organisations du monde du travail sont indispensables pour la formation professionnelle – elles en sont les moteurs. La Leading House « GOVPET : Governance in Vocational and Professional Education and Training » soutenue par le SEFRI a à présent recueilli et analysé pour la première fois des données d’ensemble sur les OrTra. Cette étude montre que le nombre d’organisations spécialisées de la formation professionnelle a fortement augmenté depuis la réforme de la formation professionnelle de 2002. Ces institutions regroupent souvent des membres ou des organismes responsables hétérogènes et se distinguent à maints égards des associations traditionnelles d’entreprises, de métiers ou de travailleurs.
Texte en allemand : https://transfer.vet/die-vielen-motoren-der-berufsbildung/

Les qualifications acquises correspondent-elles à la demande sur le marché du travail ?

Formation spécifique, mais à large base

La formation professionnelle développe un degré élevé d’aptitudes spécifiques (à un métier). Ceci permet souvent d’entrer sans difficulté dans la vie professionnelle. Mais les personnes ayant suivi une formation professionnelle sont-elles également bien équipées pour réagir aux changements au cours de leur vie professionnelle ? Dans la présente étude, on a examiné selon le modèle d’études internationales dans quelle mesure une divergence entre les qualifications acquises et celles qui sont exigées a des incidences sur le salaire. Elle constate qu’il n’y a pas à cet égard d’impact salarial systématique, ni pour les personnes avec un diplôme universitaire ni pour celles qui disposent d’une certification de formation professionnelle initiale ou supérieure.
Texte en allemand : https://transfer.vet/spezifisch-ausgebildet-aber-breit-aufgestellt/

Étude longitudinale sur l’accès à la formation et son déroulement

Les jeunes dans les filières de formation moins exigeantes AFP et FPra

Tous les ans, environ 7500 à 8000 jeunes commencent une formation initiale de deux ans débouchant sur une attestation professionnelle (AFP), et environ 600 à 700 jeunes une formation pratique (FPra). Ces offres constituent donc des éléments incontournables d’une formation professionnelle qui intègre également les jeunes ayant de plus grandes difficultés d’apprentissage. Ces deux formations se distinguent au niveau du parcours scolaire préalable des jeunes. Environ un quart des jeunes suivant une formation AFP ont fréquenté auparavant une école ordinaire, contre 3 % seulement des jeunes en FPra. La satisfaction des jeunes est élevée. À l’issue de la formation, plus de 70 % indiquent être au moins « assez satisfaits ». Le taux élevé des jeunes qui ne parviennent à une formation AFP ou FPra que par le biais d’un détour reste une source d’inquiétude.
Texte en allemand : https://transfer.vet/lernende-in-den-niederschwelligen-ausbildungsgefaessen-eba-und-pra/

Étude du KOF sur la gouvernance dans la formation professionnelle

Comment se présente la collaboration entre les acteurs de la formation professionnelle ?

Le KOF a examiné la coopération entre les différents acteurs dans le système de formation suisse. Il constate que ceux-ci sont généralement satisfaits de cette collaboration. On enregistre toutefois certaines tensions, c’est-à-dire de rapports moins satisfaisants, entre la Confédération et les Organisations du monde du travail (OrTra), et ce dans les deux sens. Il importe donc d’agir dans ce domaine, car les OrTra jouent un rôle majeur dans le système de formation en alternance. L’étude formule un certain nombre de suggestions, par exemple pour l’amélioration de l’information sur le système de formation professionnelle.
Texte en allemand : https://transfer.vet/wie-gut-arbeiten-die-akteure-der-berufsbildung-zusammen/

Étude « Reconnaissance des certificats de branche sur le marché du travail » (ABA)

La formation professionnelle continue est sous-estimée

Les certificats délivrés par les branches professionnelles jouent un rôle important sur le marché du travail. Tous les ans, le nombre de ces certificats non formels acquis en Suisse est plus de deux fois supérieur à celui des diplômes de la formation professionnelle supérieure. Une étude de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA examine ce qui détermine la reconnaissance des certificats de branche. Elle montre que ces certificats ouvrent diverses possibilités pour la résolution de problèmes spécifiques au sein d’une branche donnée. Parmi celles-ci compte la possibilité de qualifier de nouveaux groupes cibles et de les intégrer au marché du travail. Au moyen des certificats de branche, on peut par ailleurs répondre aux besoins de compétences spécifiques d’une branche au niveau souhaité d’une façon relativement rapide et flexible, avec un bon rapport coûts-bénéfices.
Texte en allemand : https://transfer.vet/unterschaetzte-berufliche-weiterbildung/

Analyse des Commissions pour le développement professionnel et la qualité (DP&Q)

Entre l’optimisation du pilotage et le cumul des fonctions

Avec la nouvelle loi sur la formation professionnelle de 2004, une Commission pour le développement professionnel et la qualité (DP&Q) a été mise en place pour chaque formation professionnelle initiale. Ces commissions sont responsables de veiller à la qualité et au développement des différents métiers. Quelle est leur composition, comment travaillent-elles, quelles sont leur attributions ? Ces questions font l’objet du projet de recherche « Contours du modèle de formation en alternance – réglementation et agencement de la formation professionnelle en Suisse » de la chaire de formation professionnelle de l’Université de Zurich. La première étude partielle montre que les Commissions DP&Q assument notamment sur le plan stratégique du pilotage des fonctions importantes et parviennent à intégrer des voix multiples au développement des métiers. À divers niveaux, on constate toutefois une concentration des influences.
Texte en allemand : https://transfer.vet/zwischen-steuerungsoptimierung-und-aemterkumulation/

Problèmes de positionnement des écoles supérieures

Nouveaux jalons pour les écoles supérieures

Les mérites des écoles supérieures comme sources de main-d’œuvre hautement qualifiée font l’unanimité. Mais il est moins évident de déterminer comment les écoles supérieures pourront garder des chances équitables sur le marché de la formation. Les conditions cadre sont de plus en plus défavorables, et les solutions proposées également sont controversées. Le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation a à présent décidé de se pencher sur la question des ES dans le cadre du processus stratégique « Formation professionnelle 2030 ». Il y a un potentiel d’amélioration au niveau des titres et des diplômes ainsi que de leur position en tant qu’institutions, mais le financement et les bases juridiques également soulèvent des questions. Un état des lieux des principaux problèmes.
Texte en allemand : https://transfer.vet/weichenstellung-fuer-die-hoeheren-fachschulen/

Voies vers la formation tertiaire : l’importance de la culture de l’apprentissage et du savoir

Compétence opérationnelle ou aptitude aux études ?

Face à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, la politique suisse de la formation doit relever le défi d’augmenter le taux de jeunes formés au niveau tertiaire. Une étude montre que la formation professionnelle initiale apporte à cet égard une contribution plutôt modeste. Elle est axée – à la différence de la maturité professionnelle ou spécialisée – sur le développement d’une compétence opérationnelle professionnelle et équipe plutôt moins les apprenants de connaissances de culture générale, abstraites, théoriques et systématiques. Il reste donc important de promouvoir la MP1 et de préparer les jeunes de façon propédeutique et précoce, immédiatement après la scolarité obligatoire, aux études supérieures. Par ailleurs, des voies plus scolaires telles que les écoles de culture générale restent appropriées pour conduire les jeunes vers les hautes écoles spécialisées.
Texte en allemand : https://transfer.vet/handlungskompetent-oder-studierfaehig/

Choisir des projets pour apprendre

Exemple d’une culture d’apprentissage innovante chez Swisscom

Anna Keller & Antje Barabasch

Les apprenti‑e‑s de Swisscom effectuent leur apprentissage dans le cadre de projets d’une durée allant d’un jour à six mois. Une étude de cas exploratoire de l’IFFP montre que les personnes en formation apprécient ce modèle d’apprentissage radicalement différent. Les apprenti‑e‑s semblaient très motivé‑e‑s et se sentent bien préparé‑e‑s pour la vie professionnelle. Chez Swisscom, on est persuadé que l’on peut attendre beaucoup de leur part. Les apprenti‑e‑s peuvent agir de manière autonome, faire des erreurs, assumer des responsabilités et demander conseil en cas de difficultés. Les conditions structurelles du modèle sont des coachs, un marché de projets en ligne, une organisation du travail flexible et une communication d’égal à égal.

Besoins des services cantonaux d’orientation professionnelle, universitaire et de carrière (OPUC)

Les défis pour l’orientation professionnelle

L’orientation professionnelle, universitaire et de carrière (OPUC) ne répond plus qu’en partie aux besoins de la population. Or, l’OPUC s’entend comme service public avec une offre diversifiée qui devrait être ouverte à tous les groupes de la population. C’est le constat d’une étude (en allemand) réalisée sur mandat du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI). Elle expose sur la base d’un atelier d’experts la nécessité de prendre des mesures en conséquence et formule des recommandations pour une évolution de l’OPUC. Ainsi, il faudrait par exemple réexaminer l’organisation de l’OPUC : certaines offres devraient être développées et le cas échéant également être proposées à l’échelle nationale ou suprarégionale (mots-clés : numérisation, consultations par chat, réponse aux questions par courriel, etc.). Ceci suppose une définition claire des domaines de l’OPUC qui devront être traités à l’avenir au niveau national ou cantonal.
Texte en allemand : https://transfer.vet/die-berufsberatung-ist-herausgefordert/

Entre les aspirations de la politique de la formation et les réalités du marché du travail

Chances et défis de l’apprentissage autonome

Une part plus élevée d’apprentissage autonome dans un cours de préparation à la maturité professionnelle II réduit la probabilité d’un accomplissement de la formation. C’est ce qui ressort d’une étude (en allemand) du Centre de recherches conjoncturelles KOF de l’EPF Zurich sur la base de données comparatives de l’AKAD College. Le résultat montre qu’une part élevée d’apprentissage autonome exige davantage de discipline, puisque les étudiants se sentent moins intégrés dans une communauté de classe. Les prestataires de cours devraient donc apporter un soutien accru aux étudiants et créer des formats leur permettant d’interagir avec les enseignants et les autres étudiants. Ceci permet d’éviter le risque d’un sentiment d’isolement. Un autre résultat de l’étude indique que cela pourrait en valoir la peine : un degré plus élevé d’apprentissage autonome ne débouche pas sur de moins bonnes notes à l’examen.
Texte en allemand : https://transfer.vet/chancen-und-herausforderungen-des-selbststudiums/

Voies et détours vers la formation postobligatoire

Pourquoi tant de jeunes ont besoin d’une année intermédiaire

Une grande partie des élèves qui ont accompli leur scolarité à Zurich réussissent sans faille le passage vers la formation post-obligatoire. Mais une minorité significative, provenant essentiellement des sections B et C, a besoin pour ce passage de plus de temps et de diverses solutions intermédiaires. Du point de vue des intéressés, la principale raison d’un tel délai, en dehors du manque de possibilités d’accomplir une formation, réside dans l’absence d’une orientation professionnelle. Si l’on considère les indicateurs de performance, on observe que les performances et notes scolaires dès la fin de l’école primaire ont déjà une valeur prédictive pour une transition tardive. Ce constat (texte long en allemand) nous permet d’identifier de manière précoce le groupe cible pour des mesures de prévention.
Texte en allemand : https://transfer.vet/warum-so-viele-jugendliche-ein-zwischenjahr-benoetigen/

La mise en œuvre du préapprentissage d’intégration

La validation des acquis à la croisée des chemins ? Une évaluation

Avec la Loi sur la formation professionnelle de 2004, la validation des acquis de formation a été ancrée dans la législation : l’article 33 prévoit pour l’attestation des qualifications et aptitudes professionnelles « d’autres procédures de qualification » – visant par là notamment les procédures de validation. Ces dernières années, un certain nombre de procédures de validation des acquis ont été développées et réalisées dans la formation professionnelle initiale. Entre temps, toutefois, un certain désarroi se fait jour : cela n’a pas débouché sur l’effet espéré d’une qualification à grande échelle de personnes sans formation, et l’on peut se demander si nous nous situons à présent encore au début ou plutôt déjà à la fin d’une ère de la politique de la formation qui cherche à intégrer davantage les acquis d’une formation informelle au processus de formation. Le présent article (en allemand) explore cette question sur la base de données actuelles sur les procédures de validation et tente un regard vers l’avenir.
Texte en allemand : https://transfer.vet/validierung-am-scheideweg-eine-einschaetzung/

La mise en œuvre du préapprentissage d’intégration

Facteurs de réussite pour la coordination des acteurs politiques

Avec la Loi sur la formation professionnelle de 2004, la validation des acquis de formation a été ancrée dans la législation : l’article 33 prévoit pour l’attestation des qualifications et aptitudes professionnelles « d’autres procédures de qualification » – visant par là notamment les procédures de validation. Ces dernières années, un certain nombre de procédures de validation des acquis ont été développées et réalisées dans la formation professionnelle initiale. Entre temps, toutefois, un certain désarroi se fait jour : cela n’a pas débouché sur l’effet espéré d’une qualification à grande échelle de personnes sans formation, et l’on peut se demander si nous nous situons à présent encore au début ou plutôt déjà à la fin d’une ère de la politique de la formation qui cherche à intégrer davantage les acquis d’une formation informelle au processus de formation. Le présent article (en allemand) explore cette question sur la base de données actuelles sur les procédures de validation et tente un regard vers l’avenir.
Texte en allemand : https://transfer.vet/erfolgsfaktoren-fuer-die-koordination-politischer-akteure/

Ce qui importe aux jeunes lorsqu’ils choisissent un emploi ou un apprentissage

L’argent, la sécurité ou les horaires de travail réguliers ?

Lors de la transition de la scolarité obligatoire à la formation professionnelle, puis au marché du travail, les jeunes prennent des décisions lourdes de conséquences. La présente étude (en allemand) porte sur deux de ces décisions : le choix d’une place d’apprentissage, et celui du premier emploi après la formation. Au moyen de deux expériences, nous montrons que la concordance du contenu de l’apprentissage ou de l’emploi avec la spécialisation professionnelle souhaitée constitue le critère essentiel du choix. Des horaires réguliers sans travail le week-end ou le soir ainsi que la perspective d’un emploi dans l’entreprise à l’issue de l’apprentissage constituent des critères supplémentaires. On constate par ailleurs que les jeunes adultes sont prêts à accepter des sacrifices salariaux pour leur premier emploi si on leur propose un contrat à durée indéterminée ou si l’entreprise soutient leurs désirs de formation continue.
Texte en allemand : https://transfer.vet/geld-sicherheit-oder-regelmaessige-arbeitszeit/

Les jeunes en transition de l'école à la vie professionnelle

Des années sensibles après l’enfance

Les jeunes en âge de choisir un métier ont besoin de soutien. Sans celui-ci, le risque d’un échec de l’intégration au marché du travail augmente – et cela peut laisser des « cicatrices » durables. Dans le recueil « Jugendliche im Übergang zwischen Schule und Beruf » (Les jeunes en transition de l’école à la vie professionnelle), huit auteurs se penchent sur divers aspects des sollicitations et ressources psychiques dans la jeunesse, faisant ainsi ressortir les défis particuliers auxquels sont confrontés de nombreux jeunes lors de la transition de l’école à la vie professionnelle. Dans le présent article (en allemand), la co-éditrice de l’ouvrage, Filomena Sabatella, donne un aperçu des principaux facteurs qui influent sur le choix professionnel des jeunes. Son constat: il faut faire le maximum pour éviter ou limiter à une période minimale l’expérience du chômage, ainsi que pour prévenir les abandons d’apprentissage.
Texte en allemand : https://transfer.vet/sensible-jahre-nach-der-kindheit/

Etudes de l’IFFP

Les formateurs et formatrices en entreprise, des personnes centrales, mais méconnues

Nadia Lamamra, Carmen Baumeler, Barbara Duc & Roberta Besozzi

Les formateurs et formatrices en entreprise sont les piliers du système de formation professionnelle duale, pourtant elles et ils sont méconnu·e·s, peu de recherches s’y étant intéressées. Une étude réalisée à l’IFFP s’est intéressée à leurs trajectoires, leurs motivations et leur quotidien, notamment la tension produire/former (Moreau 2003) qu’elles et ils vivent de manière particulièrement forte. Les résultats concluent que les personnes formatrices obtiennent peu de reconnaissance réelle (statut, salaire, décharge, cahier des charges) ou symbolique (reconnaissance de leur rôle par leurs collègues ou leurs supérieur-e-s). Toutefois, afin d’assurer la continuité du système de formation professionnelle dual, il est essentiel de valoriser et de mieux reconnaître cette activité.

Pourquoi les apprentis restent fidèles à la branche du commerce

Dois-je rester ou partir?

Dans la formation commerciale initiale, six sur dix apprentis reçoivent peu avant la fin de leur apprentissage un emploi pour la période d’après – 85% d’entre eux dans l’entreprise formatrice. C’est ce que montrent les résultats quantitatifs d’une étude sur les processus d’enseignement et d’apprentissage dans la formation commerciale (en allemand) réalisée dans le cadre du Leading House LINCA. L’étude examinait par ailleurs l’interaction entre la motivation, la satisfaction et le désir de rester fidèle à la branche du commerce également après l’apprentissage. La relation entre l’intention de rester et la satisfaction avec la formation, qui s’influencent l’une l’autre, est particulièrement significative. Une motivation d’apprentissage positive augmente en outre la satisfaction avec la formation.
Texte en allemand : https://transfer.vet/soll-ich-bleiben-oder-gehen/

Un nouveau livre publié par la maison d'édition hep: Formation juridique dans l'enseignement CG

Des connaissances factuelles au lieu de conseils pratiques?

L’analyse des examens finaux de l’enseignement CG montre que dans l’enseignement de culture générale les questions juridiques sont assez mal enseignées. Les connaissances juridiques conceptuelles sont encore trop peu utilisées dans un sens instrumental. En revanche, beaucoup d’importance est accordée aux connaissances factuelles – même si elles sont souvent de peu d’utilité. Dans sa thèse de doctorat, Daniel Schmuki, professeur à l’IFFP, tente de jeter des bases conceptuelles pour une meilleure formation juridique dans le niveau secondaire II. Ce texte (en allemand) est une compilation des principaux résultats de cette thèse.
Texte en allemand : https://transfer.vet/faktenwissen-statt-lebenshilfe/

Travail de thèse

L’entretien motivationnel en appui aux prestations d’orientation

Shékina Rochat

Ce travail de thèse s’est intéressé au potentiel de la méthode de l’entretien motivationnel pour amplifier la motivation des personnes qui entreprennent des démarches d’orientation pour rechercher une place d’apprentissage ou pour s’insérer sur le marché de l’emploi en les conduisant à trouver, par eux-mêmes, les raisons qui les pousseraient à entreprendre de telles démarches. L’étude a notamment montré qu’une formation de deux jours suivie d’une séance de supervision permet de maîtriser les bases de la méthode de l’entretien motivationnel. En revanche, une formation plus intensive permettrait une meilleure aisance et finesse dans son utilisation.

Les attitudes normatives influencent l'activité de formation des entreprises

Celui qui s’occupe de formation, le fait aussi par conviction

Dans le domaine de l’économie de la formation, la recherche sur la motivation des entreprises à former des apprentis s’est jusqu’à présent presqu’exclusivement penchée sur les motifs liés à des considérations financières des entreprises. Les résultats d’une nouvelle étude (en allemand) de chercheurs de l’IFFP et de l’Université de Berne montrent maintenant qu’également des facteurs non monétaires ont une influence décisive sur la décision de former en entreprise. Ces facteurs expliquent diverses particularités du système de formation suisse, qui autrement seraient difficiles à comprendre.
Texte en allemand : https://transfer.vet/wer-ausbildet-tut-dies-auch-aus-ueberzeugung/

Nouveau livre «Migration und Berufsbildung in der Schweiz»

Un potentiel non exploité

Nous vivons actuellement une diversité culturelle à l’école, en classe et sur le lieu de travail d’une manière que nous ne connaissions pas encore. Notamment dans les écoles professionnelles, le pourcentage de migrants et de migrantes varie fortement d’une classe à l’autre ; ces variations sont considérables dans certains domaines professionnels. Ici différentes visions du monde, valeurs, mentalités et besoins se rencontrent. Les enseignants sont plus que d’autres confrontés à la question de savoir comment gérer cette situation. Une réponse possible: ils devraient se montrer créatifs dans l’aménagement de l’environnement d’apprentissage et d’enseignement et aborder la diversité culturelle et linguistique sans tomber dans les stéréotypes.
Texte en allemand : https://transfer.vet/unausgeschoepftes-potenzial/

Renforcer l’intégration des jeunes étrangers dans la formation professionnelle

Exploiter le potentiel de réseaux d’entreprises formatrices

Les jeunes étrangers ou perçus comme tels sont confrontés à divers désavantages dans la formation professionnelle traditionnelle dans une entreprise unique : ils ont plus difficilement accès à une place d’apprentissage, et résilient plus souvent leur contrat de formation prématurément. En raison de leurs caractéristiques organisationnelles spécifiques, les réseaux d’entreprises formatrices pourraient faciliter pour ces jeunes notamment l’intégration dans la formation professionnelle. L’article présente les résultats d’une étude examinant les potentiels de tels réseaux.
Texte en allemand : https://transfer.vet/potenziale-von-lehrbetriebsverbuenden-nutzen/

Étude sur la mobilité professionnelle des enseignants

Pourquoi les enseignants passent-ils à l’enseignement de culture générale ?

Environ deux tiers des enseignants de culture générale ont travaillé auparavant à l’école ordinaire. Comme l’indique une étude, beaucoup d’entre eux se sont réorientés par hasard. Ce changement est associé à de nombreuses expectatives ; chez les hommes, ce sont plutôt des considérations de carrière, chez les femmes, elles sont souvent pragmatiques. L’étude conclut avec deux suggestions : selon elle, il conviendrait de professionnaliser le recrutement des enseignants de culture générale. Par ailleurs, leur formation devrait être réformée, car en comparaison avec d’autres qualifications ultérieures pour le changement d’échelon, la formation à l’enseignant de culture générale à l’école professionnelle semble plutôt « légère ».
Texte en allemand : https://transfer.vet/die-ausbildung-der-abu-lehrpersonen-sollte-reformiert-werden/

Enquête de la haute école pédagogique de Zurich

Constats actuels sur l’hétérogénéité des classes des écoles professionnelles

Hétérogénéité : ce terme sert souvent à décrire de manière compacte les problèmes qui rendent l’enseignement dans la formation professionnelle plus difficile. Mais en fait, on ne peut pas dresser un tableau général de ce que représente l’hétérogénéité dans les écoles professionnelles. Car selon le secteur professionnel, les différences entre les élèves dans les classes varient, ce qui conduit à des particularités spécifiques à chaque métier. Indépendamment du domaine professionnel, les enseignants des écoles professionnelles perçoivent toutefois la gestion des différences dans le comportement d’apprentissage, le comportement social et les compétences linguistiques comme le plus grand défi.
Texte en allemand : https://transfer.vet/aktuelle-befunde-zur-heterogenitaet-in-berufsfachschulklassen/

Projet de recherche du KOF

Le statut social de la formation professionnelle en Suisse est resté constant

Dans le débat public, on a l’impression que le statut social de la formation professionnelle en Suisse a diminué. Mais qu’en disent les analyses empiriques ? S’appuyant sur les données PISA, les chercheurs du KOF se sont penchés sur cette question et ont comparé les compétences cognitives relatives des futurs élèves d’écoles professionnelles à celles de futurs lycéens. Les résultats indiquent qu’une partie substantielle des élèves ayant des compétences scolaires élevées opte pour un apprentissage professionnel. Par ailleurs, le statut social de la formation professionnelle – contrairement à ce que fait croire le débat public – n’a pas diminué.
Texte en allemand : https://transfer.vet/der-soziale-status-der-berufsbildung-in-der-schweiz-ist-konstant-geblieben/

Transistions réussies vers la formation prfessionnelle pour les groupes à risques (Étude « GÜRB »)

Un soutien en vaut la peine

Pour beaucoup de jeunes, l’entrée dans la formation professionnelle et sur le marché du travail ne se passe pas sans frictions. L’une des raisons à cela : un jeune sur trois a une situation scolaire de départ peu favorable et ne possède que de faibles ressources sociales. C’est ce que montre l’étude « Transitions réussies vers la formation professionnelle pour groupes à risques » (GÜRB). Selon leurs propres affirmations, beaucoup de jeunes se sentent dépassés par la responsabilité d’avoir à prendre une décision professionnelle qui influencera à leur sens toute leur vie. Le processus de choix d’un métier commence trop tôt.
Texte en allemand : https://transfer.vet/unterstuetzung-im-berufsorientierungsprozess-macht-sinn/

Nouvelle publication aux éditions hep

Est-il vraiment simple de bien enseigner ?

Bien enseigner, ce n’est pas simple. Cela exige un répertoire pédagogique et méthodologique personnel bien réfléchi. Un nouveau livre paru aux éditions hep, intitulé « Einfach gut unterrichten » (Tout simplement bien enseigner) présente les principales approches pédagogiques et méthodologiques et plaide pour une didactique intégrative et diversifiée. Partant des expériences et constats des lecteurs au niveau de l’apprentissage et de l’enseignement, il fait des propositions d’applications et propose des exercices et des exemples. Les membres de la SRFP bénéficient d’une réduction de 15 % sur le prix de l’ouvrage. Veuillez vous adresser au Secrétariat.
Texte en allemand : https://transfer.vet/wie-einfach-ist-es-gut-zu-unterrichten/

Étude longitudinale sur le dÉveloppement professionnel tout au long de la vie

Ce qui influence les parcours professionnels

Les positions de pointe dans l’encadrement et les salaires les plus élevés ne sont pas uniquement accessibles aux diplômés des universités et hautes écoles, mais également aux professionnels poursuivant une formation continue. Il convient donc de renforcer et de développer la formation professionnelle supérieure. C’est ce que conclut une « étude longitudinale de Zurich » dont le rapport final est à présent disponible. Dans le cadre de cette étude, un millier de personnes ont été interrogées sur leur situation professionnelle à onze reprises au total depuis 1978.
Texte en allemand : https://transfer.vet/was-berufsverlaeufe-beeinflusst/

Thèse de doctorat sur les mécanismes d’accès aux programmes d’accompagnement à la formation professionnelle

Pourquoi les jeunes les plus désavantagés ont-ils moins accès aux programmes d’accompagnement ?

Delia Pisoni

La transition entre école obligatoire et formation post-obligatoire est une phase délicate et pour certains jeunes aussi problématique. De nombreux programmes voués à soutenir les jeunes à intégrer et achever une formation professionnelle ont vu le jour ces dernières années. Il s’avère néanmoins, que ces programmes risquent de concentrer les ressources sur les jeunes moins désavantagés. Comprendre les mécanismes qui mènent à cet effet est le sujet d’une thèse de doctorat menée à l’Université de Lausanne dans le cadre de la Leading House GOVPET. Les résultats de cette recherche mettent en exergue deux facteurs cruciaux: la marge de manœuvre laissée aux professionnelles accompagnant les jeunes et le focus politique concernant ce groupe cible. Des changements au niveau du cadre référentiel administratif et politique seraient donc désirables pour atteindre aussi les jeunes les plus désavantagés à travers ces programmes.

Avis venant de la pratique

LINCA : d’importantes pistes de réflexion

Dans notre dernier numéro, nous avons publié l’article «Comment améliorer l’enseignement commercial» (en allemand). Les propositions qui y ont été faites sont bien accueillies dans la pratique de la formation. Il faudrait effectivement viser une meilleure coopération entre les lieux de formation et penser à des cours plus individualisés, éventuellement sous forme de modules, estiment les spécialistes de la société des employés de commerce dans un avis rédigé pour cette Newsletter.
Texte en allemand : https://transfer.vet/linca-wichtige-denkanstoesse/

Discussions didactiques et pédagogiques dans l'enseignement commercial

Mener des discussions en classe : plus exigeant que prévu

Dans l’enseignement des écoles professionnelles commerciales, les discussions didactiques et pédagogiques sont largement utilisées. Selon leur propre appréciation, la majorité des enseignants est convaincue que cette méthode, favorise l’apprentissage. Une étude vidéo sur le comportement lors de la conduite d’entretien dans la branche «Économie et société» a montré que seulement 8 % des 461 séquences d’entretien analysées pouvaient être considérées comme dialogue et de ce fait propices à l’apprentissage. Ce résultat ainsi que d’autres sont tirés d’une thèse de doctorat rédigée à l’Université de Zurich dans le cadre du Leading House LINCA. Il fait apparaître la nécessité de réformer la formation d’enseignants.
Texte en allemand : https://transfer.vet/unterrichtsgespraeche-fuehren-anspruchsvoller-als-gedacht/

Le choix professionnel en tant que processus de socialisation

Donner une chance aux jeunes en difficulté scolaire

Le choix professionnel pose de grandes difficultés aux jeunes. Pour les surmonter, ils ont besoin du soutien des parents et des enseignants. Comme le montrent les recherches du centre d’apprentissage et de socialisation de la Haute école pédagogique du Nord-Ouest de la Suisse, la FHNW, le choix professionnel devrait davantage inclure l’environnement social. Cette démarche permettrait aux jeunes ayant des résultats scolaires modestes de faire un choix professionnel qui leur convient. Pour saisir ces processus au niveau théorique, le centre a réalisé divers projets de recherche. Ceux-ci ont débouché sur la théorie du choix professionnel comme processus de socialisation qui se voit confirmée par des études longitudinales. – Une interview avec le chef de recherche Markus Neuenschwander.
Texte en allemand : https://transfer.vet/chancen-fuer-schulschwaechere-jugendliche/

Un nouvel instrument permet de mesurer le transfert d'apprentissage

Comment la formation continue devient mesurable

La mesure du transfert d’apprentissage de formations continues en entreprise est un élément central d’un contrôle d’efficacité compétent. Jusqu’à présent, il manquait d’instruments scientifiquement valides et utilisables dans la pratique. Dans le cadre d’un projet de la CTI, un instrument de mesure du transfert combinant des procédés existants a été développé et validé.
Texte en allemand : https://transfer.vet/wie-weiterbildung-messbar-wird/

Publication sur les personnes peu qualifiées en Allemagne

Une tâche irrésolue

L’intégration sur le marché du travail de personnes peu qualifiées est un problème non résolu en Allemagne. Le livre «Formation professionnelle pour personnes peu qualifiées» se penche sur ce problème et permet de faire des parallèles avec la Suisse. Le travail sur le processus de validation par exemple est intéressant ; il accorde moins de poids à la langue que ne le font les instruments établis. Mais en Allemagne, il en va de même qu’en Suisse : les sociétés peuvent couvrir leur besoin en personnel qualifié sans la promotion de personnel peu qualifié. Lorsqu’ils y participent tout de même, c’est généralement pour des raisons sociopolitiques et sociales. Emil Wettstein a lu le livre et résume les aspects les plus intéressants.
Texte en allemand : https://transfer.vet/ungeloeste-aufgabe/

Parcours de formation après l'école obligatoire

L’influence directe et indirecte du rendement scolaire

Quelle influence le rendement scolaire a-t-il sur les décisions relatives à la formation et sur la réussite de la formation ? De nouvelles sources de données permettent de trouver des réponses plus exactes qu’auparavant à cette question. Une première évaluation dans le cadre de l’étude SEATS montre que les résultats scolaires en mathématiques ont une influence majeure sur les événements suivants : passage direct à une formation post-obligatoire, entrée au gymnase, diplôme professionnel sans interruption. Si on ne tient pas compte des ces résultats, on surestime l’importance de facteurs tels que le sexe, l’arrière-plan migratoire ou la maison parentale sur ces événements.
Texte en allemand : https://transfer.vet/der-direkte-und-indirekte-einfluss-von-leistung/

Le programme d'enseignement 21 et le degre secondaire ii

Un catalyseur pour le développement de l’école

Dans les prochaines années, des jeunes ayant appris à connaître des formes d’enseignement et d’apprentissage élargies et possédant des bonnes connaissances informatique grâce à l’orientation compétences du programme d’enseignement 21, entreront dans le degré secondaire II. Lors d’une journée des cadres, on s’est interrogé sur les conséquences que cela entraîne pour le degré secondaire II. Dans son exposé d’introduction, Kurt Reusser, professeur émérite en sciences de l’éducation, a exprimé la thèse que le terme d’orientation compétences ne représente pas une rupture dans le développement, mais est l’expression et le catalyseur du développement de l’école. L’exposé de Kurt Reusser constitue une base précieuse pour les prochaines discussions.
Texte en allemand : https://transfer.vet/ein-katalysator-fuer-die-weiterentwicklung-der-schule/

Résultats d'une étude réalisée en allemagne

Quels domaines de la formation sont menacés par la formation universitaire ?

En Allemagne, près de 435’000 jeunes ont la possibilité d’entreprendre des études après la scolarité obligatoire – ils sont titulaires d’un certificat d’enseignement secondaire ou d’un diplôme donnant accès à une haute école spécialisée. De fait, près de 35’000 (31 %) d’entre eux se lancent dans un apprentissage au lieu d’entamer des études. À l’avenir, ce pourcentage pourrait diminuer au profit d’un parcours de formation universitaire. Une étude (en allemand) voit un grand potentiel de substitution avant tout pour les professions de la santé et les professions commerciales. La formule préconisée, à savoir l’académisation de formations professionnelles, est un sujet d’actualité également en Suisse.
Texte en allemand : https://transfer.vet/welche-ausbildungsbereiche-sind-durch-akademische-bildung-gefaehrdet/

À props de passerelles atteintes et manquees

À quel point la formation professionnelle est-elle réellement perméable en Suisse ?

La politique de formation (professionnelle) suisse ponctue depuis près de vingt ans le terme de perméabilité par diverses initiatives et campagnes. L’idée qui sous-tend cette action, à savoir que dans le système de formation, des jeunes avec différentes formations préalables peuvent obtenir une grande variété de diplômes, est entrée dans le langage courant avec des slogans comme «pas de diplôme sans passerelle vers d’autres formations». Une analyse critique montre que notamment la maturité professionnelle arrive à peine à remplir les espoirs qui y ont été placés. L’obtention d’une maturité professionnelle I ou II dépend, pour des rendements comparables (déterminés par des tests standardisés), en large partie du statut socio-économique des parents, du sexe et du type d’école fréquente au degré secondaire I.
Texte en allemand : https://transfer.vet/wie-durchlaessig-ist-die-schweizer-berufsbildung-wirklich/

Avis «certification professionnelle pour les adultes»

Unilatéral et pas toujours correct

Dans le dernier numéro de la Newsletter SRFP, Emil Wettstein commentait les deux études publiées sur la «certification professionnelle pour les adultes» mandatées par le SEFRI. Les auteurs de l’étude axée sur le point de vue des diplômé-e-s, sont d’avis que l’article reflète les résultats de l’étude de manière unilatérale et ne les interprète pas toujours correctement. Dans un avis, ils publient leur point de vue.
Texte en allemand : https://transfer.vet/einseitig-und-nicht-immer-korrekt/

Dossier de Margrit Stamm

L’apprentissage a un sexe

Dans l’apprentissage, les talents féminins semblent avoir la vie plus dure que les masculins. Les personnes féminines en formation sont par exemple jugées nettement moins favorablement que les masculines. De plus, en dépit d’une motivation au rendement pratiquement identique, les femmes sont nettement plus touchées par le stress durant leur apprentissage, tant en entreprise qu’à […]

Quelques résultats des recherches du Leading House LINCA

Comment améliorer l’enseignement commercial

Chaque année, près de 17 000 jeunes commencent une formation commerciale initiale – cela fait plus d’un cinquième de toutes les personnes en formation. Le Leading House LINCA a étudié les processus d’enseignement et d’apprentissage dans la formation commerciale scolaire au cours des six dernières années. Les résultats montrent que d’une manière générale, l’enseignement dans le domaine Économie et société aux écoles professionnelles donne de bons résultats. Cependant, les plans d’étude des entreprises et écoles professionnelles pourraient être mieux adaptés à la pratique commerciale. De plus, l’activité des enseignants devrait être davantage centrée sur l’activation cognitive et le soutien constructif des personnes en formation ; trop souvent, le dialogue didactique dominant dans les cours n’est pas assez productif.
Texte en allemand : https://transfer.vet/wie-der-kaufmaennische-unterricht-noch-besser-werden-kann/

Thèses et réflexions

Certification professionnelle pour les adultes : nouvelles données – nouvelles questions

Dans le cadre du projet «Certification professionnelle et changement de profession pour les adultes», le SEFRI a mandaté deux études. Celles-ci montrent qu’actuellement près de 2500 personnes de plus de 25 ans achèvent pour la première fois une formation professionnelle initiale. Ce chiffre correspond à 42 % de tous les adultes de plus de 25 ans ayant obtenu un diplôme. Ces deux études fournissent également de nombreuses informations sur l’attitude de moyennes et grandes entreprises face à la formation complémentaire. Quant à savoir combien les attentes des participants sont remplies et comment la formation est reçue sur le marché du travail, les avis se contredisent en partie et vont donner sujet à discussion. – Thèses et réflexions d’Emil Wettstein.
Texte en allemand : https://transfer.vet/berufsabschluss-fuer-erwachsene-neue-daten-neue-fragen/

Projet de recherche « Parcours professionnels du degré secondaire avec compensation des désavantages »

Projet de recherche « Parcours professionnels du degré secondaire avec compensation des désavantages »

L’année dernière, près de 1000 élèves du degré secondaire II auraient bénéficié d’une compensation des désavantages. Autant ce chiffre reste encore vague, autant la mise en œuvre des mesures correspondantes par les cantons est différenciée, comme le montre une étude de la Haute École intercantonale pour la pédagogie curative. Dans ce domaine, des efforts supplémentaires sont nécessaires. En effet, un sondage auprès des personnes concernées indique que des mesures telles que des allègements des examens favorisent l’égalité des chances.
Texte en allemand : https://transfer.vet/der-nachteilsausgleich-foerdert-die-chancengleichheit/

Pénurie de compétences et développement de la carrière d'assistants en soins et santé

Étape intermédiaire plutôt qu’emploi de rêve ?

Environ quatre ans après la fin de leur apprentissage, près de 60 % des assistants en soins et santé communautaire (ASSC) travaillent dans une autre profession médicale ou sociale. Ce changement de profession est avant tout motivé par une marge de manœuvre ressentie comme trop restreinte, un manque d’autonomie dans le quotidien professionnel et un salaire trop bas. En revanche la plupart des assistants socio-éducatifs restent fidèles à leur profession dans les premières années suivant l’achèvement de leur apprentissage. C’est ce qu’indique l’étude ProCom («Parcours professionnels d’assistants spécialisés en soins et accompagnement»). La question se pose donc de savoir s’il est socialement désirable que la profession d’assistant en soins et santé soit une étape intermédiaire pour une grande partie des personnes qualifiées.
Texte en allemand : https://transfer.vet/durchgangsstation-statt-traumberuf/

Projet de recherche du KOF

Le système dual de la formation professionnelle prépare mieux les jeunes au marché du travail

Les filières de formation duale préparent mieux les jeunes au marché du travail que les filières de formation générale. C’est ce que confirme une série d’indicateurs internationaux de la situation de l’emploi des jeunes, comme le montre un projet de recherche du KOF du centre de recherche conjoncturelle de l’ETH Zürich. La Suisse profite ainsi de la grande importance accordée au système de formation dual dans son système de formation. Les résultats indiquent toutefois qu’en particulier l’effet des filières de formation professionnelle scolaire est fortement lié à leur conception et leur qualité.
Texte en allemand : https://transfer.vet/die-duale-berufsbildung-bereitet-die-jugendlichen-besser-auf-den-arbeitsmarkt-vor/

Nouveau livre publié par la maison d'édition hep

Comment enseigner de manière interdisciplinaire

Dans les école de maturité, il faudrait également pouvoir enseigner de manière interdisciplinaire. Alors que les écoles de maturité professionnelle disposent d’un support scolaire avec le travail de projet interdisciplinaire, dans les gymnases, ce thème est presque totalement ignoré. Dans son livre publié par la maison d’édition hep, le maître de didactique spécialisée bernois, Marc Eyer, fait des suggestions sur la façon dont les enseignants peuvent malgré tout enseigner de manière interdisciplinaire. Dans une interview donnée à la Newsletter de la SFRP, il les encourage à s’adresser aux directions des écoles, car un enseignement interdisciplinaire est souhaitable à de nombreux égards. Les membres de la SFRP reçoivent une réduction de 15 % sur le livre.
Texte en allemand : https://transfer.vet/wie-man-interdisziplinaer-unterrichtet/

Les formateurs et formatrices en entreprise

Une fonction méconnue du système dual

David Perrenoud, Barbara Duc & Nadia Lamamra

Fonction peu étudiée, les formateurs et formatrices en entreprise jouent pourtant un rôle central dans le système dual de formation initiale, notamment dans la socialisation professionnelle des apprenti-e-s. Une étude en cours menée par une équipe de chercheurs de l’IFFP s’est penchée sur la question. Il ressort des premières analyses que les personnes formatrices se trouvent confronté-e-s à deux enjeux professionnels majeurs. D’une part, portant la double casquette – personne formatrice et employé-e – elles doivent faire face à la tension entre deux logiques : produire et former. D’autre part, l’enjeu de la reconnaissance de leur travail de formateur ou formatrice apparaît comme central. Souvent absente de manière formelle, la reconnaissance passe alors par les retours, mais aussi la progression de leur principal bénéficiaire, à savoir l’apprenti-e.

Thèse à l’Université de Zurich

Ce qui rend les enseignants des écoles professionnelles crédibles

Martin Berger

Les enseignants sont rarement impliqués dans l’élaboration des concepts de l’école pour la formation continue interne des enseignants ou le développement scolaire. Ils ne pensent pas non plus que des activités correspondantes pourraient avoir un impact sur leur situation professionnelle. Ce résultat d’une étude effectuée dans six écoles professionnelles zurichoises est en contradiction absolue avec la rhétorique de la politique de la formation. Une meilleure formation des enseignants dans le domaine du développement de la qualité scolaire et la mise en place d’un service de consultation neutre constituent des revendications importantes.

RÉTROSPECTIVE

Entre deux chaises pour l’entrée dans la vie professionnelle

Le 29 octobre 2016, environ 170 experts se sont rencontrés dans le cadre d’une conférence de la Haute école intercantonale de pédagogie spécialisée portant sur le passage de jeunes avec besoins spéciaux dans la vie professionnelle. La conférence a documenté un grand nombre d’activités pour améliorer cette transition souvent difficile. Une difficulté supplémentaire réside dans le fait que le marché du travail ne propose pas assez d’emplois pour les personnes présentant un handicap. L’un des constats qui ressort de la conférence est le fait qu’il est important de professionnaliser davantage la coopération interinstitutionnelle.
Texte en allemand : https://transfer.vet/zwischen-stuhl-und-bank-beim-berufseinstieg/

Projet « Realto » de la Leading House « Dual-T »

Comment faire le lien entre l’apprentissage dans l’entreprise et à l’école

Jean-Luc Gurtner, Joris Felder & Nicole Furlan

Pour toute formation, le plan de formation stipule ce qui doit être appris à l’école professionnelle d’une part et dans l’entreprise formatrice d’autre part. Mais pour les apprenants, les liens entre les deux lieux de formation restent souvent peu clairs. Le projet Realto permet de jeter ici des passerelles. Il propose une plateforme en ligne sur laquelle les jeunes peuvent consigner les expériences qu’ils font dans l’entreprise formatrice, à l’atelier ou à l’école professionnelle. Ces expériences peuvent être chargées sur la plateforme sous forme de photos ou de notes personnelles. Plusieurs associations professionnelles ont déjà réalisé l’intérêt de cette approche.

L’IFFP dirige la nouvelle Leading House Didactique des domaines professionnels

La formation professionnelle nécessite une didactique spécifique

Carmen Baumeler & Antje Barabasch

La didactique spécialisée joue un rôle central dans la formation des enseignant-e-s. L’enseignement, aussi bien aux niveaux primaire et secondaire I qu’au niveau gymnasial, est en grande partie orienté sur des critères de didactique spécialisée. En revanche, la situation dans la formation professionnelle en Suisse semble être toute autre. Presqu’aucune didactique spécifique à une profession ou à une branche n’a pu s’établir de manière formelle dans la formation des enseignant-e-s et étudiant-e-s. La nouvelle Leading House Didactique des domaines professionnels, financée par swissuniversities et dirigée par l’IFFP, permet la création d’un réseau scientifique d’envergure nationale étudiant la mise en place de la didactique des domaines professionnels en Suisse.

Thèses et reflexions

La formation professionnelle est-elle prête pour la transformation digitale des métiers ?

Pierre Dillenbourg

Les jeunes en formation n’ont souvent pas l’occasion d’appliquer leurs connaissances scolaires au travail ou – inversement – d’exploiter leurs expériences professionnelles à l’école. Les technologies numériques peuvent aider à combler ce « skills gap » : elles peuvent améliorer la coopération de la formation professionnelle initiale à l’école et en entreprise. Dans le cadre de la Leading House pour la formation professionnelle de Lausanne, on en explore les possibilités dans le cadre du projet « DUAL-T ». – Une contribution au débat.

Etudes de l’IFFP

Besoin et recrutement d’enseignant-e-s qualifié-e-s pour la formation professionnelle initiale

Carmen Baumeler & Jean-Louis Berger

Les enseignant-e-s de la formation professionnelle initiale sont des professionnel-le-s qualifiés importants qui contribuent largement à la qualité du système de formation professionnelle. À l’avenir, il sera également important de gagner des personnes motivées par la profession d’enseignant-e. Les prévisions de l’Office fédéral de la statistique sur le développement démographique en Suisse et la demande d’enseignant-e-s fournissent des informations sur la possible évolution de la demande future. Des prévisions précises ne sont toutefois pas possibles, comme le montre une étude de l’IFFP.

1/2017 Etude de l'IFFP

Le développement des enseignants de la formation professionnelle

Jean-Louis Berger & Ana-Maria Albornoz-Beneito

Maintenir voire améliorer la qualité de la formation, telle est la préoccupation des instances pilotant le système de formation et des directions d’écoles professionnelles. La professionnalisation des responsables de la formation professionnelle constitue ainsi un véritable enjeu. Une étude menée par le Dr Jean-Louis Berger de l’IFFP a permis d’analyser l’évolution des conceptions et pratiques enseignantes durant la formation. Il ressort de l’enquête menée auprès de 71 enseignants que la confiance en leurs capacités à enseigner est amplifiée lorsqu’un équilibre entre domaine professionnel et aspects pédagogiques et didactiques est atteint. La formation permet également le développement de conceptions et pratiques de gestion de classe plus favorable à l’apprentissage et plus centrées sur les apprentis que sur l’enseignant. L’articulation et la continuité entre formation initiale et mesures de développement professionnel devient dès lors essentielle en vue de poursuivre le développement professionnel.

Rétrospective

La formation professionnelle des adultes : défis pour les partenaires

Tous les ans, quelque 8000 personnes de plus de 25 ans acquièrent un certificat de capacité. Selon l’avis unanime des experts, ceci n’est pas assez. Par ailleurs, la grande majorité des adultes obtiennent leur certification professionnelle par le biais d’une formation professionnelle initiale ordinaire ou à durée réduite – deux voies peu flexibles, peu adaptées aux adultes et relativement coûteuses. L’amélioration de cette situation constitue toutefois une tâche ardue, qui exige l’engagement de tous les partenaires ; c’est ce qu’a fait ressortir une conférence conjointe de la SFRP et de la Haute école pédagogique de Zurich, qui a attiré de nombreux participants. Quelques exemples de bonnes pratiques, telles que les formations modulaires du Centre Interrégional de Perfectionnement (CIP) à Tramelan, montrent comment cela pourrait fonctionner.
Texte en allemand : https://transfer.vet/berufsbildung-fuer-erwachsene-herausforderungen-fuer-die-verbundpartner/

Les différences régionales créent des désavantages

L’occasion fait la formation

Pour ce qui est du niveau de formation, les filières d’études des écoles professionnelles supérieures ne craignent pas la comparaison avec les formations proposées dans les hautes écoles spécialisées. Elles sont également compétitives sur le plan international. C’est ce que constate une étude de l’Institut de pédagogie des sciences économiques (IWP) à Saint-Gall. Elle présente par ailleurs, en quatre scénarios, des perspectives de développement pour la formation professionnelle supérieure, notamment par rapport aux hautes écoles spécialisées. Eva Desarzens, secrétaire générale de la Conférence suisse des écoles supérieures (C-ES), prend position sur l’étude et les scénarios.
Texte en allemand : https://transfer.vet/gelegenheit-macht-bildung/

Une étude montre : La formation professionnelle supérieure est équivalente

Comment la formation professionnelle supérieure peut-elle se positionner ?

Pour ce qui est du niveau, les filières d’études des écoles professionnelles supérieures ne craignent pas la comparaison avec les formations proposées dans les hautes écoles spécialisées. Elles sont également compétitives sur le plan international. C’est ce que constate une étude de l’Institut de pédagogie des sciences économiques (IWP) à Saint-Gall. Elle présente par ailleurs, en quatre scénarios, des perspectives de développement pour la formation professionnelle supérieure, notamment par rapport aux hautes écoles spécialisées. Eva Desarzens, secrétaire générale de la Conférence suisse des écoles supérieures (C-ES), prend position sur l’étude et les scénarios.
Texte en allemand : https://transfer.vet/wie-kann-sich-die-hoehere-berufsbildung-positionieren/

Compétences de formation favorisant l’intégration professionnelle

« Donner une chance »

De nombreuses entreprises forment des jeunes malgré leurs difficultés d’apprentissage ou leurs problèmes de comportement. L’étude AgiL s’est interrogée sur les conditions que doivent remplir à cet effet les responsables de la formation dans l’entreprise. Celles-ci comprennent des aspects tels que les attentes réalistes envers les jeunes à former, des cycles de travail structurés ou une approche relationnelle bienveillante.
https://transfer.vet/auch-mal-eine-chance-geben/

Symposium 2016 de l’OKB sur la coopération entre les lieux de formation

Comment la connaissance génère la confiance

La coopération entre les trois lieux de formation constitue une tâche permanente et exigeante dans la formation professionnelle. C’est sur cette coopération que s’est penché le symposium de l’OKB fin 2016. Les orateurs étaient unanimes : il n’y a encore que peu d’exemples d’une coopération réussie entre les lieux de formation. Pour Josef Widmer, directeur suppléant du Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI), la responsabilité pour une amélioration de la situation relève des attributions organisationnelles des écoles professionnelles. Dieter Euler s’est interrogé dans son exposé sur les facteurs qui posent des difficultés pour la coopération des lieux de formation. L’une de ses thèses : la formation professionnelle fonctionne également sans elle. Nous documentons sa présentation.
https://transfer.vet/wie-aus-vertrautheit-vertrauen-wird/

Thèses et réflexions

Taux de maturité professionnelle entre volatilité et stabilité

La maturité professionnelle (MP) a connu un développement favorable depuis la réforme de l’ordonnance sur la maturité professionnelle de 1993. Environ un jeune sur sept accomplissant une formation professionnelle initiale acquiert également la maturité professionnelle. Tous les objectifs associés à la réforme n’ont cependant pas pu être atteints. Ainsi, la volatilité intercantonale des taux de MP, les facteurs qui l’influencent et la réaction des acteurs politiques à ces fluctuations invitent au débat. Les auteurs de la présente contribution préconisent de remplacer les campagnes d’image de marque par une réflexion sur l’organisation de la MP.
Texte en allemand : https://transfer.vet/die-berufsmaturitaetsquote-zwischen-volatilitaet-und-stabilitaet-eine-bildungspolitische-herausforderung/

Thèses et réflexions

Loi sur la formation continue : attentes déçues

André Schläfli

La loi sur la formation se révèle de plus en plus comme une déception pour les personnes concernées. Ce domaine ne dispose toujours pas des moyens nécessaires. Il n’y a par exemple pas d’argent pour les cours de réinsertion professionnelle, souvent très chers. Les associations engagées dans ce domaine se voient même confrontées à une réduction des aides financières. La formation continue – à savoir les formations continues non reconnues au niveau fédéral – restent les parents pauvres des activités de recherche. Un bilan de André Schläfli.

Editorial

Jeter des ponts entre la science et la pratique

Martina Munz

À quoi sert la formation professionnelle si elle ne tient pas compte des besoins de la pratique ? À quoi servent les résultats pertinents de la recherche s’ils ne se reflètent pas dans la pratique de la formation professionnelle ? La recherche en matière de formation professionnelle ne saurait être une fin en soi. Ses constats doivent, dans toute la mesure du possible, alimenter la pratique et être mis en œuvre. À cet effet, ils doivent être traduits en langage compréhensible. – Un éditorial de la Conseillère nationale Martina Munz, Présidente de la SFRP.

Livre sur les certifications professionnelles pour adultes en Suisse : « Berufsabschluss für Erwachsene in der Schweiz » (hep)

Nous avons besoin d’un système de formation professionnelle initiale pour adultes

Markus Maurer, Emil Wettstein & Helena Neuhaus

La formation professionnelle pour adultes est enfin devenue un thème important en Suisse. Il n’est plus tolérable que plus de 500 000 personnes de plus de 25 ans sans qualification secondaire II évoluent tant bien que mal sur le marché du travail, alors qu’il y a en même temps une pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Le nouvel ouvrage « Berufsabschluss für Erwachsene in der Schweiz – Bestandesaufnahme und Blick nach vorn » (Certifications professionnelles pour adultes en Suisse – état des lieux et perspectives) indique comment on peut remédier à cette situation. Il développe des propositions pour la mise en place d’un système de formation initiale pour adultes.

Étude « L’éducation à la citoyenneté au secondaire II : bilan »

En partie meilleure que dans les écoles gymnasiales

Isabelle Stadelmann-Steffen & Lisa Marti

Qui apprend un métier bénéficie d’une éducation civique comparativement bonne. C’est du moins ce que permet de supposer une analyse des programmes scolaires de la formation professionnelle initiale des cantons et des établissements. La plupart des programmes scolaires vont au-delà d’une conception de l’éducation à la citoyenneté comme simple transmission de connaissances – ils cherchent à éveiller l’intérêt pour les contextes politiques et à proposer des champs d’essai. Toutefois, puisque plus d’un tiers des enseignants accordent une importance (relativement) faible aux programmes scolaires dans la préparation des cours, leur impact est incertain.

Etude

La délicate situation scolaire des « Secondos » d’ex-Yougoslavie en Suisse

Andrés Gomensoro & Claudio Bolzmann

Les parcours scolaires des « secondos » se caractérisent par des inégalités scolaires laissant présager une insertion en bas de l ‘échelle sociale. Une étude menée par Andrés Gomensoro et par le professeur Claudio Bolzman se basant sur l’enquête TREE « Transition de l’école à l’emploi » ainsi qu’une enquête menée auprès des « secondos » albanophones d’ex-Yougoslavie dans les cantons de Genève et Vaud confirme le fait que des inégalités persistent dans l’accès aux formations professionnelles. Les deux chercheurs ont émis des recommandations qui contribueraient à résoudre certains défis intrinsèques au système éducatif suisse.

Éditions HEP présentent un nouveau livre

Contrat d’apprentissage résilié – certificat en danger ?

Barabara E. Stalder & Fabienne Lüthi

Les résiliations de contrat d’apprentissage – ou abandons d’apprentissage – prématurés font régulièrement l’objet de débats animés. Au premier plan se situent les taux élevés de résiliation et leurs causes. Une opinion courante, mais qui n’est jusqu’à présent pas étayée empiriquement, veut qu’une résiliation de contrat d’apprentissage compromet le succès de formation consécutif des jeunes. Le projet d’observation longitudinal LEVA étudie non seulement les risques, mais aussi les chances qu’apporte une résiliation de contrat pour le parcours de formation consécutif des apprentis. Pour la première fois, on peut mettre en évidence combien d’apprentis acquièrent un certificat professionnel après une résiliation de contrat, et quels groupes de jeunes restent sans certificat à long terme.

Formation commerciale de base profil E

La logique des réformes du passé

Anna-Lena Gründler & Martina Tatavitto

La formation commerciale de base a connu pas moins de trois réformes en trente ans. Une analyse du contenu des plans de formation montre que certains thèmes n’étant pas directement bénéfiques au monde de l’économie ont été remplacés par d’autres, comme la théorie de la gestion. La mise en œuvre des compétences transdisciplinaires dans les programmes scolaires a donné et continue à donner du fil à retordre aux experts. Roland Hohl, directeur de la CIFC Suisse, commente les résultats de l’étude consacrée à l’histoire de la formation commerciale de base.

Discours d’hommage à l’occasion du prix CORECHED de la recherche en éducation

Pourquoi il y a des métiers féminins et masculins

Irene Kriesi

Beaucoup de métiers ont un « genre ». Une étude réalisée par un groupe de chercheurs à ce sujet a obtenu cette année le prix CORECHED de la recherche en éducation. Elle montre entre autres – et contrairement à ce que l’on supposait précédemment – que le choix professionnel des femmes et des hommes est influencé par l’idée qu’ils de font de leur avenir familial et de leurs anticipations quant à leur propre rôle dans la famille. Nous publions ici le discours d’hommage prononcé par Irene Kriesi, IFFP, à l’occasion de la remise du prix. Elle situe l’étude dans son contexte de recherche et la résume.

Étude de l’Université de Lausanne

Gagne-t-on vraiment davantage avec la maturité qu’avec un apprentissage ?

Même si elle débouche sur des profils de qualification étroits, la formation professionnelle initiale ne constitue pas un risque pour l’employabilité à long terme. C’est le constat de l’étude réalisée par l’Université de Lausanne sur les perspectives d’emploi et de salaire après un apprentissage. Au niveau des salaires, les perspectives des personnes qui ont uniquement accompli un apprentissage sont moins favorables. À partir de l’âge de 30 ans, elles gagnent moins que les personnes ayant acquis uniquement une maturité gymnasiale (sans formation tertiaire). L’avantage salarial avec une maturité est particulièrement marqué chez les femmes.

THESES ET REFLEXIONS

Abandon du principe des lieux de formation

Emil Wettstein

Le principe des trois lieux de formation détermine depuis longtemps l’organisation, la distribution des responsabilités et le financement de la formation professionnelle. La répartition classique est la suivante : l’entreprise enseigne la pratique, l’école la théorie. Mais cette division devient de plus en plus contestable. Ainsi, la théorie est aujourd’hui enseignée dans tous les trois lieux de formation, et tous trois participent également à l’acquisition de compétences transversales. L’expert en formation professionnelle Emil Wettstein préconise dans son texte un nouveau principe de structuration de la formation professionnelle, car les tâches des différents lieux de formation varient d’un métier à l’autre – et un abandon du principe des lieux de formation.

Conférence de la SRFP « Orientation compétences dans la procédure d’examen »

Vieilles outres, vin nouveau

Katja Dannecker

L’examen de compétences professionnelles pose de nouveaux défis aux experts et expertes aux examens, qui doivent définir des critères pour leurs évaluations et des exigences de performance transparentes. Dans le cadre de la conférence « Dans quelle mesure les examens des entreprises, des écoles et des branches sont-ils orientés compétences ? » qui a réuni près de 50 personnes, des spécialistes se sont penchés sur ces nouvelles exigences. Nous publions ici les considérations de Katja Dannecker, IFFP.